Luc Durieux

10 bonnes raisons de s’aventurer sur le trek de l’Or à la Serra da Bocaina
May29

10 bonnes raisons de s’aventurer sur le trek de l’Or à la Serra da Bocaina

              Carnet de voyage dans le Parc National Serra da Bocaina au Brésil, par Luc, gérant Terra Brazil.                   Un aperçu video pour commencer:     1. Fuir la civilisation La Serra da Bocaina est idéalement située entre Rio de Janeiro et São Paulo.     On fuit les grandes agglomérations en prenant de la hauteur depuis la vallée de Paraiba pour rejoindre la petite et paisible ville de São José do Barreiro. Un véritable havre de paix dans la partie haute du Parc à plus de 1600 mètres d’altitude. Le Parc fait partie de la Serra do Mar, chaine de montagne avec des sommets à plus de 2000 mètres et plongeant dans l’Océan Atlantique, des paysages exceptionnels. Ce trekking propose donc de partir de 1600 mètres d’altitude pour rejoindre la mer.       2. Faire un retour à l’époque coloniale, phase marquante de l’histoire du Brésil Au-delà de la nature exubérante et ses paysages fascinants, ce chemin vous ramène à l’époque du cycle de l’Or fin 18e début 19e siècle. La région était alors occupée par les Indiens Guaianás. L’or provenait de la région intérieure du Minas Gerais et était acheminé à dos de mules par les troupes de la Couronne Portugaise jusqu’à Paraty, d’où partaient les bateaux pour le Vieux Continent chargés d’or et autres richesses naturelles du Brésil. Les sentiers que nous empruntons représentaient la route non-officielle utilisée par les contrebandiers qui fuyaient les contrôles et taxes appliquées par les troupes portugaises. Ils accédaient ainsi au petit port de Mambucaba à quelques kilomètres de Paraty.     3. Servir de repas pour les Indiens Guaianás? L’aventure des contrebandiers n’étaient pas sans encombres. Traversant des territoires indigènes Guaianás, certains ne verront jamais les plages idylliques de la Costa Verde, servis bien malgré eux comme plat principal d’un festin Guaianás.   De nos jours, le doute persiste encore sur la présence de la communauté indigène dans les forêts de la Bocaina. Prudence et vigilance sont de mise. Gardez un oeil sur vos compagnons de randonnée…     4. Trouver une pépite Les Indiens n’avaient que faire des cailloux transportés par le “plat principal”. Ouvrez l’oeil, à défaut de rencontrer des autochtones cannibales, vous aurez peut être la chance de débusquer une petite pétite d’or, heureuse de trouver un nouveau propriétaire.       5. Emprunter un chemin pavé au cœur d’une forêt luxuriante Ces sentiers alternatifs furent découverts par les troupes portugaises. À l’apogée du cycle du café, entre 1840 et 1864, elles décidèrent d’élargir et de paver tout le chemin jusqu’au littoral...

Read More
Pérou : Trek Vinicunca de l’arc-en-ciel
Mar14

Pérou : Trek Vinicunca de l’arc-en-ciel

          Carnet de voyage Trek Vinicunca, par Johan, concepteur voyages, et Henrry, responsable des opérations à Cusco, chez Terra Andina Peru.                     Jour 1 : Ca y est !!! Je m’octroie enfin deux jours de repos pour sortir de Cusco. Avec mon cher collègue, Henrry, nous partons découvrir la célèbre montagne arc-en-ciel, basée sur le géant sacré des cusquéniens, l’imposant Ausangate.     Le voyage commence à 7 heures du matin par la prise de notre véhicule privé en route vers le sud de Cusco en direction de Sicuani, la porte d’entrée de l’Altiplano. A Checacupe, notre chauffeur sort de la route principale pour bifurquer vers le village de Pitumarca, situé aux pieds des contreforts du massifs de l’Ausangate (6372m).     Ce village paisible est la plateforme commerciale des communautés vivant au sud du géant car c’est ici que se termine la route. Nous en profitons pour observer ces deux ponts d’un autre temps, le premier construit par les Incas, récemment restauré et l’autre, au style colonial.     Nous reprenons ensuite la route pour terminer par 50 minutes de piste où nous nous arrêtons pour débuter notre trek (3 850 mètres). Nous y rencontrons l’équipe, cette fois-ci au grand complet, qui nous accompagnera durant les deux jours à venir: six muletiers, deux cuisiniers et des chevaux d’urgence pour ceux qui voudraient se reposer.   Après avoir chargé nos affaires sur les mules, nous entamons la remontée d’une immense vallée ouverte où nous pouvons déjà observer de nombreuses formations rocheuses aux formes et couleurs surprenantes. Nous nous enregistrons auprès de la communauté pour nous acquitter du droit d’entrée (10 soles soit un petit peu moins de 3 €) et poursuivons notre chemin.     Notre guide nous explique que la majorité des touristes arrivent en masse et font l’ascension en une seule journée. Quelques-uns ont d’ailleurs eu beaucoup de difficultés à encaisser le dénivelé trop important de cette ascension… Il faut dire que plus de 800 mètres en une journée à cette altitude… c’est le soroche assuré !   Pour notre part, c’est royal ! Nous sommes seuls au beau milieu de ces paysages montagneux, complètement dépaysants. Nous avons le plaisir de croiser plusieurs camélidés sauvages, lamas, vigognes et alpagas.     Nous continuons notre ascension, toujours plus haut avec un panorama exceptionnel de l’Apu Ausangate (6384m), l’un des cols les plus hauts des environs.   La faim commence à se faire sentir et nous décidons de déjeuner au beau milieu d’un pâturage d’alpagas… tout simplement surréaliste !     En début d’après midi et après...

Read More
Le Trek Ausangate au Sud-Est du Pérou en BD !
Nov01

Le Trek Ausangate au Sud-Est du Pérou en BD !

Le Trek Ausangate en Bande Dessinée ! Sur une idée orginiale et réalisation d’Alexandra, conseillère voyages chez Terra Andina Peru.               L’Ausangate, point culminant du Sud Est du Pérou, est un sommet très esthétique qui domine la Cordillère de Vilcanota. Son glacier est considéré comme l’une des principales divinités tutélaires des peuples du sud des Andes.   Contactez Alexandra pour plus d’infos sur ce trek.   Consultez le programme détaillé jour par jour du Trek del’Ausangate et nos propositions de randonnées au...

Read More
Trek chez les Guérisseurs Kallawayas en Bolivie
Oct04

Trek chez les Guérisseurs Kallawayas en Bolivie

              Texte et photos de Maxime, concepteur voyages chez Terra Andina Bolivia.                   Je pars aujourd’hui vers la méconnue Cordillère d’Apolobamba. 10h de route seront nécessaires pour rejoindre les premiers villages de cette chaîne de montagnes aux massifs culminant à plus de 6000m. Je ressens déjà un certain privilège d’avoir pu atteindre l’une des régions les plus isolées du pays.     Quand on parle d’Apolobamba, un mot vient à l’esprit de tous les Boliviens: Kallawayas. Selon les dires, cette région est habitée par un peuple de sorciers capables de soigner toutes sortes de maux en utilisant des plantes médicinales, mais également grâce à la magie noire…   Justement, je vais aujourd’hui passer la journée avec eux ! Eugenio, Kallawaya habitant cette région, nous attend de bon matin à notre auberge en tenue traditionnelle, accompagné d’un de ses lamas, pour nous amener dans sa maison à la rencontre de sa famille.   Après quelques heures de marche à travers les magnifiques paysages de la cordillère, nous arrivons en fin de matinée dans sa petite maison de pierre. Nous faisons alors la connaissance de sa femme, son fils et sa mère, occupés dans leurs activités quotidiennes, prenant soin des bêtes, filant la laine pour le tissage et préparant le repas du midi. Vêtus de leurs plus beaux habits traditionnels, je comprends qu’une cérémonie rituelle se prépare aujourd’hui.         Eugenio commence par nous montrer les instruments utilisés dans sa région. Nous découvrons plusieurs flûtes de tailles et épaisseurs différentes, comme la Quena ou la Zampoña. Il nous joue quelques airs et nous explique que chaque instrument est utilisé pour une saison et une raison particulières : que les semis soient accompagnés de pluie, que la récolte soit fructueuse, ou encore pour remercier les divinités durant les solstices. De l’autre côté du jardin, sa femme tisse un aguayo, un tissu traditionnel utilisé par les femmes des hauts plateaux et des vallées andines. Elle nous invite à observer sa technique, et nous explique les différentes étapes nécessaires au tissage traditionnel, de la tonte de la laine de lama jusqu’ à la commercialisation du tissu, en passant par la teinte naturelle à base de plantes de la région.         Toute la famille se rassemble ensuite pour nous faire découvrir l’art si particulier des Kallawayas : leur savoir de guérisseur. Pendant près d’une heure, Eugenio et sa mère nous montrent une vingtaine de plantes, et nous expliquent quelles maladies elles soignent et comment les consommer. Nous terminons la matinée par une cérémonie rituelle, lors de laquelle nous faisons...

Read More
Australie : 50 nuances de (Centre) Rouge
Sep07

Australie : 50 nuances de (Centre) Rouge

              Carnet de voyage d’Elsa en stage chez Terra Australia.                     Il y a un peu plus d’un mois, j’ai eu la chance de parcourir le Centre Rouge, l’Outback, le cœur de l’Australie ! En 4×4, mais aussi et surtout à pied. Et ce qui m’a frappée, c’est que le Centre Rouge est rouge… mais pas seulement. Ce sentiment a été confirmé un peu plus tard, lorsque je me suis replongée dans les (nombreuses) photos de mon séjour. Laissez-moi vous entraîner aujourd’hui dans un voyage haut en couleurs !     Des étendues à perte de vue de sable rougeoyant. Une région riche en patrimoine aborigène. Un terrain de jeu idéal pour laisser s’exprimer son âme d’aventurier. Un coucher de soleil inoubliable sur l’un des plus grands monolithes au monde. Des terres vierges, comme coupées du monde, à l’écart du temps.   Voilà souvent comment l’on imagine le Centre Rouge.     A juste titre d’ailleurs ! Le Centre Rouge est bien un peu tout cela à la fois. Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette partie de l’Outback australien n’est pas aride au point de refuser à toute forme de vie de s’y épanouir… Il n’est ainsi pas rare de croiser, au détour d’un sentier, ici une jolie fleur, là un buisson recouvert de baies.   Pour parodier une célèbre énigme, inventée par le moins célèbre historien Raymond Deloison (celui qui se demanda, tandis qu’il préparait l’agrégation d’histoire, quelle est la couleur du cheval blanc d’Henri IV, N.D.L.R.), De quelle COULEUR est alors vraiment ce sacré* CENTRE ROUGE ?   * car oui, le Centre Rouge est bel et bien sacré pour ses premiers habitants, les Aborigènes.   « Facile ! », pensez-vous sans doute. Il est rouge ! La réalité est pourtant plus complexe… Selon que vous visitez le Centre Rouge en plein été austral ou au contraire durant les mois aux températures plus clémentes (juin-août), la réponse sera sans doute différente, mais dans tous les cas, le Centre Rouge sait se montrer généreux et laisser aux autres couleurs un espace d’expression. Durant l’hiver, ou après l’une des rares averses, il arrive même que le Centre Rouge se couvre de fleurs multicolores, que vous pourrez admirer au fil de vos balades. La preuve en images ! Les mille et une couleurs du Centre Rouge Non non, ce n’est pas un nuancier Pantone® que vous avez devant vous. Ni même un arc-en-ciel. C’est bien le Centre Rouge qui vous offre toutes ces couleurs. Voici un petit aperçu des fleurs que vous pourriez rencontrer le long d’un chemin. Et...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici