Alexandra Joos

Le Trek Ausangate au Sud-Est du Pérou en BD !
Nov01

Le Trek Ausangate au Sud-Est du Pérou en BD !

Le Trek Ausangate en Bande Dessinée ! Sur une idée orginiale et réalisation d’Alexandra, conseillère voyages chez Terra Andina Peru.               L’Ausangate, point culminant du Sud Est du Pérou, est un sommet très esthétique qui domine la Cordillère de Vilcanota. Son glacier est considéré comme l’une des principales divinités tutélaires des peuples du sud des Andes.   Contactez Alexandra pour plus d’infos sur ce trek.   Consultez le programme détaillé jour par jour du Trek del’Ausangate et nos propositions de randonnées au...

Read More
Trek chez les Guérisseurs Kallawayas en Bolivie
Oct04

Trek chez les Guérisseurs Kallawayas en Bolivie

              Texte et photos de Maxime, concepteur voyages chez Terra Andina Bolivia.                   Je pars aujourd’hui vers la méconnue Cordillère d’Apolobamba. 10h de route seront nécessaires pour rejoindre les premiers villages de cette chaîne de montagnes aux massifs culminant à plus de 6000m. Je ressens déjà un certain privilège d’avoir pu atteindre l’une des régions les plus isolées du pays.     Quand on parle d’Apolobamba, un mot vient à l’esprit de tous les Boliviens: Kallawayas. Selon les dires, cette région est habitée par un peuple de sorciers capables de soigner toutes sortes de maux en utilisant des plantes médicinales, mais également grâce à la magie noire…   Justement, je vais aujourd’hui passer la journée avec eux ! Eugenio, Kallawaya habitant cette région, nous attend de bon matin à notre auberge en tenue traditionnelle, accompagné d’un de ses lamas, pour nous amener dans sa maison à la rencontre de sa famille.   Après quelques heures de marche à travers les magnifiques paysages de la cordillère, nous arrivons en fin de matinée dans sa petite maison de pierre. Nous faisons alors la connaissance de sa femme, son fils et sa mère, occupés dans leurs activités quotidiennes, prenant soin des bêtes, filant la laine pour le tissage et préparant le repas du midi. Vêtus de leurs plus beaux habits traditionnels, je comprends qu’une cérémonie rituelle se prépare aujourd’hui.         Eugenio commence par nous montrer les instruments utilisés dans sa région. Nous découvrons plusieurs flûtes de tailles et épaisseurs différentes, comme la Quena ou la Zampoña. Il nous joue quelques airs et nous explique que chaque instrument est utilisé pour une saison et une raison particulières : que les semis soient accompagnés de pluie, que la récolte soit fructueuse, ou encore pour remercier les divinités durant les solstices. De l’autre côté du jardin, sa femme tisse un aguayo, un tissu traditionnel utilisé par les femmes des hauts plateaux et des vallées andines. Elle nous invite à observer sa technique, et nous explique les différentes étapes nécessaires au tissage traditionnel, de la tonte de la laine de lama jusqu’ à la commercialisation du tissu, en passant par la teinte naturelle à base de plantes de la région.         Toute la famille se rassemble ensuite pour nous faire découvrir l’art si particulier des Kallawayas : leur savoir de guérisseur. Pendant près d’une heure, Eugenio et sa mère nous montrent une vingtaine de plantes, et nous expliquent quelles maladies elles soignent et comment les consommer. Nous terminons la matinée par une cérémonie rituelle, lors de laquelle nous faisons...

Read More
Australie : 50 nuances de (Centre) Rouge
Sep07

Australie : 50 nuances de (Centre) Rouge

              Carnet de voyage d’Elsa en stage chez Terra Australia.                     Il y a un peu plus d’un mois, j’ai eu la chance de parcourir le Centre Rouge, l’Outback, le cœur de l’Australie ! En 4×4, mais aussi et surtout à pied. Et ce qui m’a frappée, c’est que le Centre Rouge est rouge… mais pas seulement. Ce sentiment a été confirmé un peu plus tard, lorsque je me suis replongée dans les (nombreuses) photos de mon séjour. Laissez-moi vous entraîner aujourd’hui dans un voyage haut en couleurs !     Des étendues à perte de vue de sable rougeoyant. Une région riche en patrimoine aborigène. Un terrain de jeu idéal pour laisser s’exprimer son âme d’aventurier. Un coucher de soleil inoubliable sur l’un des plus grands monolithes au monde. Des terres vierges, comme coupées du monde, à l’écart du temps.   Voilà souvent comment l’on imagine le Centre Rouge.     A juste titre d’ailleurs ! Le Centre Rouge est bien un peu tout cela à la fois. Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette partie de l’Outback australien n’est pas aride au point de refuser à toute forme de vie de s’y épanouir… Il n’est ainsi pas rare de croiser, au détour d’un sentier, ici une jolie fleur, là un buisson recouvert de baies.   Pour parodier une célèbre énigme, inventée par le moins célèbre historien Raymond Deloison (celui qui se demanda, tandis qu’il préparait l’agrégation d’histoire, quelle est la couleur du cheval blanc d’Henri IV, N.D.L.R.), De quelle COULEUR est alors vraiment ce sacré* CENTRE ROUGE ?   * car oui, le Centre Rouge est bel et bien sacré pour ses premiers habitants, les Aborigènes.   « Facile ! », pensez-vous sans doute. Il est rouge ! La réalité est pourtant plus complexe… Selon que vous visitez le Centre Rouge en plein été austral ou au contraire durant les mois aux températures plus clémentes (juin-août), la réponse sera sans doute différente, mais dans tous les cas, le Centre Rouge sait se montrer généreux et laisser aux autres couleurs un espace d’expression. Durant l’hiver, ou après l’une des rares averses, il arrive même que le Centre Rouge se couvre de fleurs multicolores, que vous pourrez admirer au fil de vos balades. La preuve en images ! Les mille et une couleurs du Centre Rouge Non non, ce n’est pas un nuancier Pantone® que vous avez devant vous. Ni même un arc-en-ciel. C’est bien le Centre Rouge qui vous offre toutes ces couleurs. Voici un petit aperçu des fleurs que vous pourriez rencontrer le long d’un chemin. Et...

Read More
Huaraz et la Cordillère Blanche, c’est le Pérou !
Jun29

Huaraz et la Cordillère Blanche, c’est le Pérou !

              Carnet de voyage et photos de Rocco Frontzek, conseiller voyage chez Terra Andina Peru.                   Hola la Planète! Hola Terra!   Souvent on me dit: “toi tu en as de la chance, tu travailles dans le tourisme, tu voyages tout le temps!”   Sachez que le travail de créateur de voyage ne se résume pas qu’à ça, je passe aussi beaucoup de temps au téléphone et sur mon ordinateur !   Mais il est vrai que je voyage, et il vrai que c’est génial !   Cette fois-ci, ma cheffe me donne rendez-vous dans l’un des endroits que j’ai toujours voulu visiter, Huaraz, pour y découvrir la fameuse Cordillère Blanche !     Mais avant de partir je me dois d’attendre mon coéquipier qui me rejoint de France.   Il est fort celui-là, un vol avec escale, arrivée à Lima au début de la nuit, ses valises égarées au pays des tulipes,  il se pointe comme une fleur à notre agence, les souliers lourds et quelques cernes bien cachés.   Pas le temps de respirer que nous voilà dans un bus de nuit en direction de la région des sommets blanc !   Nous n’avons même pas remarqué la petite heure de retard de notre transport, que nous étions arrivés. Direction l’hôtel pour y poser nos valises, une douche, un sandwich et surtout trois ou quatre cafés.   Car chez Terra, ça rigole pas, quand ta jefesita te dit “on y va”, je vous prie de croire que ça marche au pas ! Et oui, nous enchaînons directement à l’arrivée avec notre première marche d’acclimatation.     Comme des chiens égarés (nous en croisons beaucoup !) nous faisons connaissance avec la ville de Huaraz car nous partons de l’hôtel même pour cette première marche, pas besoin de véhicule. Nous rencontrons ses habitants souriants, marqués de quelques rides, avec un soleil si proche, que nous pourrions le toucher du doigt.   Parlons-en d’ailleurs ! Cette ville perchée à 3100 m d’altitude a été marquée dans les années 70 par un terrible tremblement de terre. Les maisons donnent l’impression d’avoir été reconstruites très (trop) rapidement, pour offrir au plus vite des toits aux habitants sans abris.   C’est pour cela que Huaraz a du caractère !   Nous arpentons ses chemins pour une première marche d’acclimatation, légère, qui en l’espace de quelques heures nous porte sur les hauteurs de la ville, Huaraz en bas, la cordillère blanche derrière. Pour une petite marche au départ de notre hôtel…Bluffant !     Jamais une nuit ne fut aussi réparatrice, jamais un petit déjeuner ne fut autant apprécié !...

Read More
Costa Rica : la vallée centrale, région du café
Apr12

Costa Rica : la vallée centrale, région du café

            Texte et photos de Cassandre & Guillaume, concepteurs voyages  au Costa Rica, chez Terra Caribea.                   Immersion totale chez les Ticos! Ce qui était parti pour être un trek de 3 jours dans la région de Dota, s’est révélé être tout à fait autre chose ! S’il y a eu trek durant ce séjour – de 2h30 à 4h, de haut en bas – les randonnées ont été la partie la moins intéressante, mais intéressante quand même, de cette immersion totale.   Ce qui nous a marqué a été l’accueil chaleureux de la communauté et la découverte d’une région cafetera, deux très bonnes raisons pour aller faire un tour du côté de San Marcos de Tarrazú !     Les coups de cœur de Guillaume Au pays de la Pura vida, dormir chez l’habitant est le meilleur moyen d’éprouver la sympathie et l’hospitalité des Ticos (surnom des Costariciens). Nous avons donc passé trois jours et deux nuits au cœur de la communauté de los Santos, dans un petit village de producteurs de café.     San Marcos de Tarrazú se situe en pleine vallée centrale, au sud de San José, à 1500 mètres d’altitude. Cachée au milieu des plantations de café qui dévalent les flancs de montagne, nous découvrons notre « gîte », la maison de Smith et Arellis. Nos hôtes nous accueillent à grand renfort de sourire et avec un brin de timidité qui ne tardera pas à s’estomper avec les premières discussions, en espagnol, bien entendu.     Le confort de la chambre est sommaire et la salle de bain partagée. En parlant de partage, certains intrus peuvent parfois avoir envie de passer quelques instants avec nous dans la chambre, il est donc préférable de faire une petite vérification avant de se coucher pour éviter qu’un charmant insecte volant ne tente de communiquer avec nous durant notre sommeil.   Les repas ont lieu sur une terrasse en bois spécialement aménagée pour offrir une vue spectaculaire sur le rio Pirris et le tout nouveau barrage électrique.     Apres avoir englouti un traditionnel gallo pinto (riz et haricot), ou les non moins typiques tortillas (galettes de farine de maïs) nous sommes fin prêts à entamer une marche à la découverte de la région, et à rencontrer des locaux ravis à l’idée de présenter leurs spécialités.     Nous marchons une bonne heure, ponctuée de nombreuses pauses pour déguster des mûres, matasanas, pommes d’eau ou autres fruits trouvés sur les bords du sentier et recommandés par Smith, avant de rencontrer Alejandro. Ce jeune agriculteur, membre d’une fratrie de 10...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici