Constance Faysse

Recette du voyage réussi dans le Sud de la Bolivie
Jul11

Recette du voyage réussi dans le Sud de la Bolivie

              Récit de voyage et photos de Constance Faysse, conceptrice voyages chez Terra Andina Bolivia.                   Vous préparez un voyage en Bolivie et vous ne savez pas comment vous organiser ? Quelles régions prioriser ? Quelles activités choisir ?   Je suis allée explorer le terrain dans le Sud du pays, de Tupiza à Uyuni, afin de vous concocter la meilleure recette d’un voyage réussi !     10 jours de voyage de reconnaissance terrain pendant lesquels j’ai arpenté les canyons, traversé les déserts et les salars, longé les lagunes multicolores et gravi les montagnes pour réunir tous les éléments pour un séjour parfait dans cette magnifique région du pays.   Voici donc la recette du voyage idéal dans le Sud de la Bolivie…   1)    Prévoir une bonne dose de paysages incroyables Le Sud de la Bolivie recèle d’une variété incroyable de paysages…   Des canyons multicolores et de formes aussi surprenantes les unes que les autres : cathédrale, lama, aigle, souris…     La charmante ville de Tupiza est en effet entourée d’innombrables canyons : La Poronga, Canyon del Inca, Puerta del diablo, Valle de los Machos, Quebrada Palala, Torre Huayco…     Le clou du spectacle ? La « Ciudad de Roma ». Un extraordinaire paysage érodé avec de monumentales formations rocheuses dont les tons varient du blanc au rouge en passant par toutes les nuances d’ocre et de gris.     Le sud de la Bolivie, c’est aussi des déserts à couper le souffle. De sable beige, rouge, orangé ou encore de sel blanc, des déserts venteux, chauds, froids… cette région désertique est en effet d’origine volcanique et sa géologie est variée et surprenante !     Et ce n’est pas tout ! Au menu encore : des lagunes rouge brique, verte émeraude, bleue turquoise, ou encore jaune vif! Des volcans à 6000m, des geysers fumants ou bouillonnants, des villages fantômes, des ruisseaux au milieu de pâturages verts… Bref, il y en a pour tous les goûts !     2)    Ajouter une grande variété d’activités   Si vous aimez galoper au milieu des canyons tel un cow-boy ou traverser les déserts en 4×4, cette région est faite pour vous.   Rien de mieux qu’une expédition à pied, à cheval ou en 4×4 pour profiter des fabuleux paysages de l’Altiplano !   Il est possible de réaliser une petite randonnée à cheval d’une journée ou une excursion de plusieurs jours avec nuits en bivouac en pleine nature. Le cheval est un excellent moyen de locomotion pour découvrir la fantastique région de Tupiza dans une ambiance far-west.     Pour les moins aventuriers, de nombreux chemins...

Read More
Bolivie : de Sucre aux mines d’argent de Potosí
Dec24

Bolivie : de Sucre aux mines d’argent de Potosí

              Récit et photos de Maxime Colosimo, concepteur voyage chez Terra Andina Bolivia.                     Sucre Je commence mon voyage par la ville de Sucre, que l’on surnomme la ville blanche et qui, avec moins de 300 000 habitants est en fait la véritable capitale de la Bolivie, comme aiment à le rappeler avec fierté ses habitants. Ce sentiment est cependant justifié. De nombreux Boliviens ont toujours tendance à prendre La Paz pour la capitale, Sucre ayant perdu le pouvoir exécutif lors de la guerre civile de 1898. La ville blanche n’abrite que le pouvoir législatif qui est d’ailleurs la première source économique avec près de 4000 avocats.   Je retrouve Céline, guide francophone et spécialiste de la ville. Elle m’emmène visiter la « Casa de la libertad » où fut signée l’indépendance de la Bolivie, premier pays d’Amérique du Sud à vouloir son indépendance vis-à-vis de la couronne espagnole, mais finalement le dernier à l’obtenir. Malheureusement, l’indépendance ne changea pas le sort des populations autochtones. Bien qu’ayant participé activement aux insurrections, ils continueront d’être exploités par les créoles pendant plus d’un siècle.   Nous visitons ensuite le monastère Franciscain de La Recoleta, avec ses patios remplis d’orangers, ses fontaines et son potager qui en font un véritable havre de paix à seulement 15 minutes du centre-ville. Je termine la matinée avec Céline par le musée du textile et de l’art indigène, un véritable coup de cœur. Il abrite une collection stupéfiante de tissus relatant aussi bien des scènes de vie quotidienne des habitants de la région que leur « cosmovision » ou vision du monde. L’espace abrite également des ateliers de tissage toujours bien vivants. Ces tissus représentent la mémoire de ces communautés.   Durant l’après-midi, je visite des hôtels à Sucre.   Maragua Après un petit déjeuner exceptionnel à l’hôtel Su Merced, je rejoins Christophe, professeur de langue de formation et spécialiste des environs de Sucre. C’est dans la brume matinale que nous commençons notre journée en direction de la « Cordillère de Los Frailes » et du village de Chataquila pour attaquer « El camino del Inca », qui est en fait un chemin préhispanique de 5 kms de long. Petit à petit, le temps s’améliore et l´histoire géologique de cette région se révèle sous nos yeux. Nous contemplons à travers la vallée ses formations de couches de roches, accumulées pendant des millions d’années, le passage du Jurassique au Crétacé.   Comme le temps s’améliore, je me dis qu’il y a sous doute des chances d’admirer le condor des Andes. Nombreux dans cette région, ils ont l’habitude de survoler ces...

Read More
Des Boliviens découvrent le Salar d’Uyuni
Mar29

Des Boliviens découvrent le Salar d’Uyuni

            Récit et photos de Paola Salazar, équipe multi-média Terra Group située à La Paz.                     Mon nom est Paola, je suis Bolivienne, et responsable de l’équipe multi-média de Terra Group, chargée de la création de sites web, de leur design, de leur référencement …   Je baigne dans le voyage, mais seulement depuis mon ordinateur, à travers les photos et les descriptions que j’intègre dans nos nombreux sites.   Un jour j’ai décidé qu’il était temps de changer cela, et de découvrir ces endroits spectaculaires que je connais sans les connaître, à commencer par ceux qui se trouvent dans mon propre pays.   Aussitôt dit, aussitôt fait, direction le salar d’Uyuni et la région des Lipez, parsemée de lagunes, de volcans et de sources d’eau chaude, justement l’un des sites les plus spectaculaires de Bolivie, en compagnie de mes collègues, Noelia, Luis, Ivan et Juan.     Une journée de transfert en bus puis en train depuis La Paz, et nous voilà à Uyuni, petite ville balayée par les vents de l’altiplano.   Le salar n’est qu’à quelques dizaines de kilomètres, sa présence proche nous tient excités toute la soirée, demain on y est !   Notre expédition en 4×4 débute par le cimetière des trains, à la sortie sud de la ville.   Des carcasses de locos et de wagons qu’on dirait sortis d’un western rouillent paisiblement au milieu de nulle part.   Mise en bouche sympathique, mais nous attendons le grand moment, celui où nous foulerons l’immense désert de sel, la plus grande surface plane de notre planète avec ses 10.500 km2.   Encore 40 minutes de piste et voici le moment tant attendu, nous pénétrons enfin sur le lac salé.   Sa blancheur semble s’étendre à l’infini, seuls quelques volcans enneigés marquent ses limites au loin.   Nous progressons sur la croûte de sel, mais chaque kilomètre parcouru se transforme en centimètre, comme si nous n’avancions pas tant le paysage est figé.   La notion de l’espace est altérée, le ciel semble s’unir à la terre, la verticalité s’estompe.   Après plus d’une heure dans cette ambiance surréelle, nous parvenons à l’île d’Incahuasi, “la halte de l’inca” en Aymara.   Encore un cliché ultra familier que ces cactus géants et centenaires qui hérissent le monticule de terre et de pierre.   Je ne suis pas vraiment surprise, simplement enchantée de les approcher, comme de vieilles connaissances.     Après une balade sur l’île, nous poursuivons, cap au sud. Durant la traversée du salar, qui dure quelques heures, nous sortons les appareils...

Read More
Chili : en piste sur le triangle d’or
Oct30

Chili : en piste sur le triangle d’or

              Par Florian Servant, gérant Terra Chile.   Photos de Mathieu Morelière, Continents Insolites.                   Partir en « reco » est toujours un moment spécial, que l’on prépare des semaines à l’avance. On  part à l’aventure et on peut enfin mettre des paysages sur des noms familiers, on s’approprie les endroits pour pouvoir ensuite en parler, on gratte des notes sur un bout de papier, on discute avec les locaux, on enchaîne les bonnes et mauvaises critiques sur les hôtels, bref on découvre un peu plus un pays que l’on propose à nos clients.   Que ce soit lors d’un trek en bivouac, un accompagnement de groupe, ou un road trip avec un client seul, c’est toujours un luxe et on se dit qu’on a le meilleur boulot du monde… Alors quand l’occasion se présente d’enchaîner 3 pays sur 15 jours, le célèbre triangle d’or Argentine-Bolivie-Chili, avec un groupe de gens sympas, c’est le top.   Nous voici réunis, avec Myriam Fernandez, gérante de Terra Andina Bolivia, et Mathieu Morelière, notre ami de Continents Insolites Lyon, à l’aéroport de Buenos Aires, prêts pour un décollage vers le NOA! Le NOA c’est le Nord Ouest argentin, ses salars, déserts et vignes dont les patagons de Terra Argentina nous vantent les mérites depuis des années.   Pourtant, quand on arrive à Tucuman, on est loin des paysages imaginés. Tout est vert ici.     Ce périple doit nous mener du NOA à La Paz, en Bolivie, en passant par l’extraordinaire Salar d’Uyuni, les volcans de San Pedro de Atacama, le lac Chungara, Cafayate dans les valléees Calchaquies, le parc Sajama et, en point d’orgue, le volcan Acontango afin de passer la barre symbolique des 6.000m d’altitude…   On part sur la route (ou plutôt sur les pistes) du fameux Triangle d’Or, dont nos clients raffolent d’avril à octobre, une véritable trilogie des déserts andins!   La partie argentine dure 6 jours, avec des étapes insolites et hors sentiers battus vers El Peñon et Antofagasta de la Sierra. La neige tombée récemment, qui nous comble lors des traversées d’immensités désertiques d’un blanc immaculé, aura raison de notre aventure, si chère à Mathieu, sensée nous emmener à Tolar Grande.     Ce voyage nous donne l’occasion de jouer les randonneurs qui se perdent sur les pentes de volcan vers Antofagasta, de pénétrer la quebrada de las Conchas (si si si…), de nous transformer en photographes professionnels pour faire quelques clichés des, désormais mondialement connus, « sauts Terra », au milieu du surprenant champs de pierre ponce et le volcan Carachi...

Read More
Bolivie : premier circuit, premières galères, premier amour…
Aug21

Bolivie : premier circuit, premières galères, premier amour…

          Par Eric Quillevere, guide pour Terra Andina Bolivia en 2000.               C’est juste après mon premier circuit en tant que guide que je gagnais le surnom de “superguide”. Sincèrement, quelques années plus tard, ça collait plutôt bien. Sur le coup, il y avait sans doute un peu d’ironie là dessous …   Le Salar d’Uyuni est un désert de sel perché a 3650 mètres d’altitude. Sa superficie, 12 000 km2, et sa régularité, en font la surface plane la plus grande du monde.   C’est un endroit hallucinant, unique, exceptionnel, où l’on perd toutes notions d’espace et de distances. Le Salar d’Uyuni portait originellement (bien avant que la ville d’Uyuni n’existe) le nom du volcan qui le domine, le Tunupa. Au pied du Tunupa, en bordure du Salar, se trouve le petit village de Jirira et une famille délicieuse qui vit dans cet endroit charmant.   C’est devenu l’une de mes étapes préférées (et je crois qu’elle l’est pour la majorité des guides de Terra Andina) car Doña Lupe, Don Carlos et leurs enfants nous accueillent chaque fois avec autant de plaisir, et il est largement partagé.   Les chambres sont disposées autour d’un patio, ornementé d’arbres et de plantes, qui nous procure une sensation de nature et de bien-être au milieu d’un altiplano si aride. Et puis il y a les enfants, et, autour du puits, des animaux : un chat, des chiens, des poules, un ñandu (autruche sud-américaine) et bientôt une vigogne. Bref c’est un endroit fort agréable et ce fut le théâtre de mes premiers “exploits”.   La première étape s’était relativement bien passée, quoiqu’un peu longue, car il s’agissait de rallier La Paz à Jirira par le nord. J’avais dû avouer à mes premiers clients, un couple de New-Yorkais d’une soixantaine d’années, que je ne connaissais pas toutes les portions du circuit que nous allions réaliser. J’entamais seulement ma première saison comme guide touristique et je ne pouvais donc pas connaître tous les circuits que nous proposions à l’époque, j’avais seulement visité deux ou trois endroits en tant que routard quelques mois auparavant.   Mes passagers n’étaient pas inquiets du tout, ils étaient venus pour l’aventure et ils allaient en avoir ! Nous quittons donc La Paz par la seule route qui monte du centre de la ville jusqu’à El Alto, la partie haute de La Paz et aussi la plus pauvre, et qui dessert ensuite tout le pays. Il y a tout de suite une première bifurcation : une route qui part à l’ouest vers le lac Titicaca et la frontière péruvienne, et...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici