Virginie Roé

Australie : Voyage au Centre Rouge
Apr12

Australie : Voyage au Centre Rouge

            Carnet de voyage au Centre Rouge, texte et photos d’Anne, conceptrice voyages chez Terra Australia.                     Sur les traces de Priscilla, folle du désert ou plus sérieusement Ananguku ngura nyangatja ka pukulpa pitjama (Bienvenue en terres aborigènes).     Départ de Sydney, à la recherche de Priscilla, on quitte la verdure des terres et le bleu de la mer pour rejoindre la terre rouge du désert.   Le contraste est stupéfiant.     Me voilà arrivée en terre aride, et je sens déjà que la différence de température va être éprouvante, ainsi que les millions de mouches qui envahissent mon espace personnel et mon sandwich.     Notre guide me récupère et je rejoins de suite le groupe de Québécois avec qui je vais passer ces 4 jours. Peut-être savent-ils où trouver Priscilla ? Tabarnak !   A peine le temps d’enfiler des chaussures adéquats, nous voilà partis sur les monts Olgas (Kata Tjuta en aborigène), formation rocheuse de 36 dômes de plus de 800 millions d’années. Le ton est donné, la marche d’à peine 1km en pleine journée s’avère plutôt rude mais le paysage en vaut la peine.     De retour dans notre bus qui va nous amener au point fort de la journée, le coucher de soleil sur Ayers Rock (Uluru en aborigène). Sans oublier l’apéro pour apprécier ce moment idyllique. A la vôtre 😉 (vous noterez cette formation bizarre de Uluru à l’envers dans le verre).     Pour la petite histoire, Uluru, site aborigène sacré de plus de 600 millions d’années, fut découvert par les Aborigènes il y a plus de 10,000 ans. Ce site est maintenant visité par plus de 300,000 touristes par an. La marche autour du rocher est de 10km et la hauteur est de 348m. Il était autorisé de grimper tout en haut mais suite à quelques accidents (mortels) et pour sauvegarder ce site sacré, la grimpette sera bientôt interdite. Je pense que Priscilla a dû avoir des soucis pour monter aves ses talons aiguilles.     Retour à notre campement pour la nuit. Coucher relativement tôt étant donné le réveil aux aurores pour voir le lever de soleil sur Uluru, cette fois.   Le lendemain … tout est calme et sérénité … ou presque.     Un petit groupe d’initiés, dont moi-même, s’engage pour la marche de 10km (Mala Walk) autour du rocher, ce qui nous permet d’en découvrir tous les recoins. Ce gros caillou n’aura plus de secret pour nous. Il était en effet un refuge pour les ancêtres Anangu (il est d’ailleurs interdit de prendre des...

Read More
Brésil : Trek au parc national Serra dos Orgãos
Nov16

Brésil : Trek au parc national Serra dos Orgãos

            Carnet de voyage au Brésil réalisé par Iva, conceptrice voyages chez Terra Brazil.                   On ne cessera de dire que Rio de Janeiro et sa région regorgent de petits coins de paradis. Il y en a pour tous les goûts, pour les amoureux de nature, de culture et d’aventure. Voilà 6 ans que j’habite à Rio et je ne connaissais pas la « Serra dos Órgãos ». Je peux apercevoir les montagnes de la Serra au loin depuis Rio les jours où le ciel est bien dégagé.   Le parc national de la Serra dos Orgãos, appelé aussi PARNASO, représente 20 mille hectares de paysage à couper le souffle. Que vous soyez des novices de la marche, de bons marcheurs ou bien des « trekkeurs » aguerris, vous pourrez découvrir la Serra.   C’est parti pour 5 jours d’immersion totale avec notre stagiaire Emma !   Le sac à dos bouclé, direction Teresópolis. Il y a trois entrées pour accéder au parc : Teresópolis, Petrópolis et Guapimirim.   Après 1h30 de route nous arrivons à destination. Une nuit de sommeil s’impose avant le début de l’ascension de la « Pedra do Sino ». 8 heures du matin, rendez-vous avec notre guide francophone Augusto à l’entrée du parc.     Un début de trek ardu, une heure de montée avec un dénivelé important, heureusement nous rencontrons des points d’eau pour nous rafraîchir.     Pour arriver au sommet de la Pedra do Sino, il faut compter cinq heures de marche.   Tout au long de l’ascension des points d’arrêts sont possibles, une vue 360 sur la région s’offre aux marcheurs, mais à ce stade nous n’en avons aperçu que quelques bribes… Malheureusement, les conditions climatiques n’étaient pas en notre faveur, un temps très nuageux et humide. Mais cela n’a en aucun cas miné notre moral, car notre guide originaire de la région et expert en botanique, nous a révelé tous les secrets de cette faune luxuriante.   Nous voilà arrivées au refuge où nous passerons la nuit, que fait-on ? Il reste vingt-cinq minutes pour atteindre le sommet de la Pedra do Sino, mais le temps est encore très nuageux.     Augusto nous suggère d’attendre le lendemain pour le lever du soleil.       Après cette ascension, nous voilà déjà sur le chemin de retour. Deux jours de marche dans la Serra dos Órgãos nous a fait découvrir juste une petite partie du parc. On ne peut pas s’arrêter là, ils nous reste peu de temps, le soleil est de retour et le ciel dégagé. On s’aventure alors à faire trois randonnées...

Read More
Torres del Paine : randonnez autrement !
Aug08

Torres del Paine : randonnez autrement !

Carnet de voyage au Parc National Torres del Paine au Chili             Video, Texte et photos par Emilie Guillou, conceptrice voyages chez Terra Chile.                   Le Sud de la Patagonie Chilienne offre plus que le mythique trek W du Parc National Torres del Paine. J’ai testé pour vous quelques itinéraires alternatifs :     Le W à la journée Si vous n’avez pas envie de camper ou de dormir en refuge et/ou que vous n’avez pas réussi à avoir de place même six mois à l’avance, nous avons la solution : les plus belles randonnées du W à la journée.   La base des tours Torres Elle est la plus connue et c’est aussi l’une des randonnées les plus exigeantes avec plus de 900 m de dénivelé ! Avec Marie, nous optons pour un trek long de niveau soutenu mais avec moins de dénivelé : le trek vallée Frances. Au programme : navigation sur le lac Pehoé pour rejoindre le secteur Pudeto du parc puis 17 Km en randonnée modérée en longeant le lac Nordenskjöld jusqu’à rejoindre la Vallée del Francés.   Le plus ? Le déjeuner au pied du Paine Grande.   Le moins ? Une grande partie de la forêt a brûlé pendant les derniers incendies de 2011.         Lago Toro Ce trek de 14 Km est l’un des mieux gardés de Torres del Paine. Nous sommes parties de l’Estancia Laso sous la pluie et le vent, Patagonie oblige, pour arriver quelques kilomètres plus tard sur un mirador d’exception avec une vue à couper le souffle (mais pas le vent) sur le Lago Toro. Au programme : steppes patagoniennes, forêt native encore préservée, terrains variés : route, piste, sable.   Le plus ? La vue et cette impression d’être seule au monde. L’un des rares treks à la journée à fonctionner en boucle et non en aller-retour.   Le moins ? Peu d’abri en cas d’intempérie, partir bien équipé.       Mirador de La Patagonia … à Punta Arenas ! Tout au bout du continent sud-américain, sur la péninsule de Brunswick, Punta Arenas, la plus grande ville au Sud du 46ème parallèle cache également d’autres parcs et réserves nationales. En face de l’impressionnant détroit de Magellan, la station de ski avec vue sur mer (et oui!), le Club Andino est également ouvert toute l’année. Après nous être enregistrées à la réception de ce dernier, carte en main, nous suivons notre itinéraire balisé de la couleur orange pour les randonneurs (les plus téméraires peuvent prendre l’option trail-running ou bien Mountain Bike !)   La boucle dure environ 2h et vous offre...

Read More
Port Stephens Australie : un désert au bord de l’eau
Feb16

Port Stephens Australie : un désert au bord de l’eau

Carnet de voyage à Port Stephens, Australie A 2 heures de Sydney se trouve un lieu aux mille paysages. Port Stephens est un kaléidoscope, une composition de sable, de dunes, de montagnes, de forêts tropicales, de baies, de plages…   Un point de rencontre pour les passionnés en tout genre : sports nautiques, mécaniques, de glisse, de randonnées, surf, voile, 4×4… amateurs de faune, flore… La liste est « too much » et bien non. L’inventaire, lui, par contre, en serait indigeste.   Alors je tire au sort 3 mots en relation avec cette baie naturelle, juste 3 mots pour définir ce lieu, frustrant tant il y a à dire … Mais je me lance ! Désert Port Stephens possède la plus grande étendue de dunes de sables d’Australie. Le sable y est pur et donne matière à bien des découvertes, et bien des sensations. Les dunes de sable de Stockton Bight (territoire aborigène du Worimi), à proximité d’Anna Bay, sont le point de départ de chevauchées mécaniques en quad, buggy, 4×4 ou en méharées à dos de dromadaires… Le sable s’amuse avec ses hôtes, il glisse sous nos pas, ceux des pieds des monobosse, ou sous les gommes des véhicules tout terrain.     Il vous suffit de choisir votre camp : la maîtrise et le contrôle de votre engin ou cette sensation d’échappement, de cette glisse qui grise, pour un petit grain de folie sur un tapis de silice.   Colline Pour appréhender la géographie des lieux, rien de mieux que de se lancer dans une petite randonnée. Celle-ci nous mène au sommet à Tomaree Headland.     Un fois arrivé, la vue vous redonne le souffle pour un grand «Whouah!»   Vous mesurez toute la grandeur du site.   Le parc national de Tomaree offre une nature intacte, accessible pour les amateurs de randonnées et davantage. Eau Elle est omniprésente, la baie de Port Stephens a de la matière avec ses 26 plages, ces lacs tranquilles. Ce terrain de jeu immense se conjugue avec : surf, pêche, kayak, bateau, croisière, plongée, nage avec les dauphins…Et rencontres insolites!       En hiver, les eaux au large de Port Stephens sont l’un des meilleurs sites d’Australie pour observer la migration des baleines à bosse.   Et si la faune aquatique ne vous suffit pas, rendez-vous à Tilligerry Habitat pour y voir des koalas, oiseaux, reptiles… évoluant dans leur milieu naturel, sur plus de 9 hectares.   3 mots, juste 3 mots … Pas simple de tailler le portrait de P.Stephens. Allez, un 4 ème mot en guise de bonus : Carpe Diem… Port Stephens est une invitation à la détente, au...

Read More
Açores : Entre les îles, mon coeur balance
Nov23

Açores : Entre les îles, mon coeur balance

            Carnet de voyage aux Açores, récit et photos de Sandrine, conceptrice voyages chez Terra Lusitania, agence de voyages sur mesure francophone au Portugal.                   Après plusieurs semaines à trépigner au bureau (et c’est peu dire), me voilà enfin sur la route, dans les airs ou voguant sur les eaux au milieu de l’Atlantique à la découverte d’un écrin açorien.     Telle une contine, entre les trois mon cœur balance, je ne sais pas laquelle aimer : Pico la « Noire », São Jorge la « Verte », ou Graciosa la « Blanche ».   Entre étendues de pierre de lave, fajãs flottant sur une palette de bleu et douceur champêtre açorienne, entre les trois mon cœur balance.       Pause-café sur la place de Santa Cruz de Graciosa avec Lizette, une canadienne installée sur l’île depuis de nombreuses années et seule guide officielle de l’île (c’est pour dire qu’elle est petite cette île et que l’activité y est encore peu développée). Elle m’apprend alors que les habitants aiment tellement la douceur de vivre que le carnaval commence le 25 décembre pour durer plusieurs semaines, période durant laquelle les heures d’ouverture et de travail ont tendance à se réduire comme bon leur semble. No stress at all !!!   Petit aparté culturel : de faible altitude et de petite taille, l’île de Graciosa, l’une des deux plus sèches de l’archipel a développé par le passé une route de l’eau dont témoigne la présence de nombreux réservoirs aux arcades souterraines. Elle possède également l’unique chapelle fortifiée de tout l’archipel, perchée au sommet de Monte de Ajuda et qui surplombe sa capitale.   Comme c’est Dimanche, direction les Termes de Carapacho, une halte obligatoire pour les visiteurs, voire dominicale pour ses habitants : personnellement j’ai préféré tester la piscine intérieure d’eau thermale chauffée à plus de 30 degrés, que de faire trempette dans la piscine naturelle extérieure d’eau de mer au pied des falaises. Je sais, un tant soit peu poule mouillée, mais l’âge et les courbatures ont fait pencher la balance vers un petit bain douillet… Excellent !   Mon coup de cœur : la Calderia que l’on atteint au travers d’un tunnel percé dans la roche, dont la végétation forestière luxuriante contraste avec celle du reste de l’île dont les côtes rocailleuses se teintent de couleur rouille grisée. Au cœur de ce havre de paix, un ancien tunnel de lave et la grotte de Furna de Enxofre que l’on atteint par une sorte d’escalier médiéval de pierre en colimaçon.   Le verre d’aguardante local comme digestif au dîner est bien mérité après un tel exercice….plus que quelques...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici