Virginie Roé

Sur l’Avenue des Volcans en Equateur !
Jul31

Sur l’Avenue des Volcans en Equateur !

Les Plus Beaux Volcans en Equateur           Carnet de voyage spécial volcans en Equateur. Récit, vidéo et photos by Marion, conceptrice voyages chez Terra Ecuador.                   Ca y est, nouvelle reconnaissance terrain de prévue pour moi et mes copains de la team Ecuador ! Depuis le temps qu’on l’attendait celle-ci ! On va enfin partir à l’aventure sur l’avenue des volcans et découvrir deux des sites les plus incontournables du pays !   Commençons en beauté avec la vidéo de notre séjour :     On débute notre voyage à trois, Mathilde, Pierre et moi. Super excités, on prend la route dès le matin pour pouvoir rejoindre la région du Quilotoa.     Mais c’est sans compter sur le 1er imprévu… Exceptionnellement ce jour-là (comme par hasard !), la route était barrée et on a dû attendre 2h dans la voiture avant que celle-ci soit libérée. Mais bon, on va pas se laisser faire comme ça et on en profite alors pour faire un petit tour à pied. Durant cette promenade et en commençant à monter quelques lacets à flanc de montagne, on apperçoit le volcan Ilinizas, la pointe Nord et la pointe Sud totalement découvertes !     Finalement, le temps passe assez vite, et c’est parti pour reprendre la route ! On arrive d’abord à la ville de Sigchos, puis Isinlivi et Chugchilan. Ces villes sont les 3 étapes pour faire le trek qui mène au cratère du Quilotoa. Un magnifique trek de 3 jours entre montagnes vertes, fleuve, airs de campagne… tout cela pour finir en beauté par la lagune du Quilotoa. Nous, on l’a fait en voiture donc c’était beaucoup plus rapide !   Ce volcan d’Equateur est surtout connu pour sa superbe lagune aux nombreux reflets. Une fois sur place, il est possible de faire la fameuse Quilotoa loop – soit le tour de la lagune en environ 5 heures. De quoi réjouir les bons marcheurs et les amateurs de randonnées !     Le Quilotoa se laisse entrevoir ; et là, c’est magnifique ! On ne le voit pas tout de suite et c’est cela qui décuple notre surprise ! On est impressionnés par sa grandeur.   Du coup, forcément, comme on est impressionnés, on prend pleeeeins de photos. Mais vraiment pleins. A nos 3 téléphones + go pro + appareil photos, on a bien dû accumuler une petite centaine de prises ! C’est surtout Pierre qui était content de patienter tous les 10 mètres pour que Mathilde et moi finissions notre shooting ! Pas facile d’être le seul homme de...

Read More
Canada : top 5 des plus belles balades sur l’île de Vancouver
Jun10

Canada : top 5 des plus belles balades sur l’île de Vancouver

Vancouver, here I come !     Carnet de voyage à la découverte de l’ïle de Vancouver au Canada. Texte, photos et vidéo by Fanny de Terra Canada.   A moi les huitres sur les terrasses de Yaletown, le café à côté de l’horloge à vapeur de Gastown, les smoothies aux fruits rouges du marché de Granville accessible en bateau taxi, les matches de hockey, le gigantesque Parc Stanley à vélo, les plages de sable au centre ville, les micro-brasseries, les dim sum du quartier chinois et à seulement 10 minutes de la trépidante Vancouver… J’ai pris le ferry pour une traversée d’1h30 pour rejoindre l’île de Vancouver, l’incontournable de Colombie-Britannique, à la recherche des meilleures randonnées !   Trois semaines de reco sur l’île, grande comme la Belgique… que je n’ai parcourue qu’à moitié !   Je vous dévoile ici mon TOP 5 des meilleurs sentiers :     1.Les plages du trek Juan de Fuca Je suis déjà plongée dans l’ambiance en arrivant au début du sentier ! Un panneau m’informe que je marche à mes risques et périls, des ours peuvent se mettre en travers de ma route… ai-je bien pris mon Bear spray pour me défendre ?   C’est parti pour ma première balade de cette reco dans la forêt pluvieuse qui porte bien son nom ! J’ai eu la chance d’en profiter sans pluie et donc de ne pas revenir de cette balade les chaussures pleines de boue. Dès le début de la randonnée, j’ai eu l’impression d’entrer dans une forêt enchantée. Ce vert vif, cette mousse abondante et ces arbres couverts de lichen, un autre monde. Après 45 minutes de marche à zigzaguer entre les racines, me voilà en haut d’une série de marches avec une très belle vue sur l’océan. Je suis quasiment seule sur cette grande plage de sable. Malheureusement, le temps est très nuageux donc je n’ai pas la vue sur les montagnes des Etats-Unis mais bon, cela n’enlève rien à la beauté du paysage !       2.L’île de Gabriola En ce jour encore ensoleillé, je suis partie pour l’île de Gabriola, à 25 minutes en ferry de la ville de Nanaimo, sur la côte Est. Avec seulement 18 kms de long, je pensais que j’aurais fait le tour de l’île en très peu de temps. Mais finalement, il y a tellement de balades à faire que j’y ai passé la journée ! Depuis le petit sentier qui longe l’océan, j’ai pu observer des phoques et des loutres de très près… Il y a des endroits ou l’eau est vraiment turquoise, ca donne envie de se baigner mais… on est tout de suite refroidi en mettant...

Read More
Brésil : Trek du Pati, Mission Chapada Diamantina
May16

Brésil : Trek du Pati, Mission Chapada Diamantina

            Carnet de voyage à la Chapada Diamantina, trek du Pati. Récit, video et photos de Sébastien, concepteur voyage chez Terra Brazil.                 Quand je suis arrivé au bureau du MI6 – Terra Brazil ce matin, j’avais un nouvel ordre de mission émanant de l´agent très spécial M (alias Luc) :   « Bonjour agent spécial Sébastien ! Votre mission, si toutefois vous l’acceptez, consiste à découvrir la région de la Chapada Diamantina. Située dans l´Etat de Bahia à 500 km à l’Ouest de Salvador, c´est une formation géologique constituée de grands plateaux, le Monument Valley Brésilien ! Vous devrez rencontrer nos agents locaux et faire une reconnaissance du terrain. Attention pour cette mission, vous n´aurez pas accès aux gadgets de l´Agent Q, il faudra donc marcher et porter son sac à dos… »     Après un vol Rio de Janeiro / Salvador, une nuit d´étape dans la capitale bahianaise suivie de 7 heures de bus, j’arrive dans la petite ville coloniale de « Lençois », la porte d’entrée de ce parc national de 84 000 kilomètres carrés, Eldorado des randonneurs.   Aperçu en video :     Première étape de ma mission, je rayonne autour de Lençois pendant 4 jours et me familiarise avec les principaux sites naturels de la région. Randonnées dans le lit des rivières environnantes, anciens lieux de prospection des chercheurs de diamants. Ascension du plateau de la chute de la Fumaça, l’une des plus hautes du Brésil avec ses 366 mètres. Baignade dans le Poço Azul, caverne célèbre pour ses eaux bleues cristallines. Marche de 6 km à la lampe frontale dans la grotte de la Torrinha et montée du Morro do Pai Inacio d´où l´on peut observer l´un des plus beaux panoramas de la région.         Deuxième étape de ma mission, le trek du Pati. Je commence par une journée de traversée sur les sentiers qui rejoignent Lençois à Capão, puis cap au Sud, je pénètre dans le parc naturel pour une immersion complète. Accompagné d’un guide et de deux intrépides aventuriers, nous gravissons les hauts plateaux. Le paysage qui défile devant nos yeux, ponctué des Morros, est grandiose.         Après quelques frayeurs sur les chemins escarpés des muletiers, nous redescendons dans la vallée où nous passons deux nuits en refuge à l’ombre du Morro Castelo et du Morro Branco. Au fond de la vallée entourée d´une forêt luxuriante toute tropicale nous suivons le cours des ruisseaux et passons de cascade en cascade.       Le 4ème jour, je ressors du parc par le flanc Ouest et traverse la Cordillère du...

Read More
Chili : la Patagonia
Apr24

Chili : la Patagonia

            Carnet de voyage en Patagonia au Chili, texte et photos de Clémentine, conceptrice voyages chez Terra Chile.                   Es como si fuera en otro mundo.   Punta Arenas. Un nom qui nous a fait longtemps rêvé. Un rêve d’enfant, une contrée éloignée, une terre sauvage inaccessible. L’inconnu ou le paradis chilien. Vingt-deux ans après être apparue dans ce petit monde, me voilà posant les pieds en Patagonie. Un léger mal-être s’empare de moi. L’impression de violer cette terre, d’y être arrivée trop vite. De ne pas l’avoir encore méritée, faute de n’y être point arrivée à pied. La mécanique aéronautique ne laisse pas le temps à l’âme de digérer la nouvelle. Mais après tout, le voyage sac sur le dos, les pieds dans des souliers d’un temps passé sera pour une autre fois. Aujourd’hui, je suis là, et je vais m’en émerveiller comme il se doit. Les cinq sens éveillés, c’est parti !   Il fait bon vivre à Punta Arenas, me partage le premier local croisé sur ma route. La vie est paisible, les salaires sont plus élevés que dans le reste du pays, les touristes ne tarissent pas, et surtout, le lieu est magnifique. A mon tour de découvrir. La lumière décline sur le bord de mer. Les oiseaux – race inconnue à mon regard d’étrangère – se laissent coiffer par la brise marine. Le monument aux marins domine le front de mer, posant un regard protecteur sur les marcheurs alentour. L’horizon se colore de son voile rosé tandis que le soleil épouse l’océan. Une image qui aurait certainement inspiré notre Señor Neruda.       Deuxième journée en cette contrée éloignée, direction Puerto Natales. Entre les deux villes, une plaine et ses guanacos tranquilles. Puerto Natales, petite métropole de 19,000 habitants à ce jour, est située dans la bouche orientale du canal de Señoret qui unie le golfe Almirante Montt et le bras de mer (Seno) Ultima Esperanza. Face aux montagnes, la vie bat son plein dans la capitale de la « Région du Dernier Espoir », comme le permettrait une traduction littéraire simpliste. Et hop, un petit saut au marché artisanal. A droite, à gauche, des peaux de moutons, des pingouins de bois peints à la main, des bonnets en laine de mérinos, et des représentations grandeurs natures des Selk’nams et Tehuelches, autochtones aujourd’hui disparus. Le nom de Patagonie serait inspirée de ces peuples, apparus tels des géants aux Espagnols, d’où le nom de « Terre des Grands Pieds », entre autres interprétations possibles… Des peintures murales nous rappellent le mode de vie ancestral : pêche, chasse,...

Read More
Australie : Voyage au Centre Rouge
Apr12

Australie : Voyage au Centre Rouge

            Carnet de voyage au Centre Rouge, texte et photos d’Anne, conceptrice voyages chez Terra Australia.                     Sur les traces de Priscilla, folle du désert ou plus sérieusement Ananguku ngura nyangatja ka pukulpa pitjama (Bienvenue en terres aborigènes).     Départ de Sydney, à la recherche de Priscilla, on quitte la verdure des terres et le bleu de la mer pour rejoindre la terre rouge du désert.   Le contraste est stupéfiant.     Me voilà arrivée en terre aride, et je sens déjà que la différence de température va être éprouvante, ainsi que les millions de mouches qui envahissent mon espace personnel et mon sandwich.     Notre guide me récupère et je rejoins de suite le groupe de Québécois avec qui je vais passer ces 4 jours. Peut-être savent-ils où trouver Priscilla ? Tabarnak !   A peine le temps d’enfiler des chaussures adéquats, nous voilà partis sur les monts Olgas (Kata Tjuta en aborigène), formation rocheuse de 36 dômes de plus de 800 millions d’années. Le ton est donné, la marche d’à peine 1km en pleine journée s’avère plutôt rude mais le paysage en vaut la peine.     De retour dans notre bus qui va nous amener au point fort de la journée, le coucher de soleil sur Ayers Rock (Uluru en aborigène). Sans oublier l’apéro pour apprécier ce moment idyllique. A la vôtre 😉 (vous noterez cette formation bizarre de Uluru à l’envers dans le verre).     Pour la petite histoire, Uluru, site aborigène sacré de plus de 600 millions d’années, fut découvert par les Aborigènes il y a plus de 10,000 ans. Ce site est maintenant visité par plus de 300,000 touristes par an. La marche autour du rocher est de 10km et la hauteur est de 348m. Il était autorisé de grimper tout en haut mais suite à quelques accidents (mortels) et pour sauvegarder ce site sacré, la grimpette sera bientôt interdite. Je pense que Priscilla a dû avoir des soucis pour monter aves ses talons aiguilles.     Retour à notre campement pour la nuit. Coucher relativement tôt étant donné le réveil aux aurores pour voir le lever de soleil sur Uluru, cette fois.   Le lendemain … tout est calme et sérénité … ou presque.     Un petit groupe d’initiés, dont moi-même, s’engage pour la marche de 10km (Mala Walk) autour du rocher, ce qui nous permet d’en découvrir tous les recoins. Ce gros caillou n’aura plus de secret pour nous. Il était en effet un refuge pour les ancêtres Anangu (il est d’ailleurs interdit de prendre des...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici