Virginie Roé

Voyage Panama : Traversée du Nord au Sud
Mar28

Voyage Panama : Traversée du Nord au Sud

    Carnet de voyage au Panama. Récit, photos et videos de Marion, conceptrice voyages chez Terra Caribea.         LIEU: Boca Chica HEURE LOCALE : 8h00 CONTEXTE : Après la semaine de reco de Lou, nous commençons la mienne depuis Boquete, direction Boca Chica. ESPRIT : Qu’est-ce que nous réserve cette région ?   Boca Chica c’est là pour ceux qui ne savent pas :     Pensant ne rien y trouver de bien intéressant, j’ai prévu qu’une seule nuit « étape » pour couper la route entre Boquete et Santa Catalina. Finalement, il s’est avéré que cette région fut l’un de nos plus gros coups de cœur du pays.   Un accueil chaleureux des gérants du Bocas del Mar, le tour au coucher du soleil pour observer les oiseaux avec un bon verre de vin blanc, l’excellent diner que nous avons pu déguster au restaurant de l’hôtel et l’inoubliable, magique, époustouflante matinée dans le parc de Chiriqui en bateau ! Un bateau privé rien que pour nous pour découvrir des îles désertes aux allures de carte postale :       Choquée par ce paysage, les étoiles pleins les yeux, nous devons quitter ce paradis sur terre ! Quel dommage de ne pas pouvoir y reste plus longtemps.   LIEUX : SANTA CATALINA HEURE LOCALE : 10h00 CONTEXTE : Le meilleur endroit pour faire de la plongée sur la côte pacifique. ESPRIT : Prête pour découvrir les fonds marins !   Après plus d’une heure de bateau et avoir croisé quelques baleines en chemin, nous arrivons aux alentours de Isla Coiba. Nous enfilons nos palmes et nos masques et plongeons du bateau.   Les guides c’est bien, mais à tous être autour, on se fonce dedans. Je décide donc de faire la maligne et d’aller nager toute seule de mon côté quand soudain, je vois un….. Requin ! Un peu blanche de panique malgré mes coups de soleil je remonte à la surface… le groupe, le guide… mmmh un peu loin. J’essaie de les rejoindre calmement jusqu’au moment où le guide m’explique qu’il s’agit d’un bébé requin totalement inoffensif…. Plus de peur que de mal !   Je préfère quand même de loin notre  rencontre avec une jolie tortue :     LIEUX : PEDASI HEURE LOCALE : 18h00 CONTEXTE : Petit village de pêcheurs ou la tranquillité règne. ESPRIT : On vit un rêve éveillé   Isabelle et Robert de la Rosa de los vientos nous accueillent chez eux chaleureusement. Ils nous conseillent une excursion le soir sur Isla Canas. Ne sachant pas trop à quoi nous attendre, nous rejoignons un petit bateau à moteur au coucher du soleil. Nous arrivons dans un petit village ou des hôtes nous avaient préparé à manger. Nous dînons...

Read More
Road Trip Nordeste do Brasil : Jericoacoara & Lençois Maranhenses
Sep14

Road Trip Nordeste do Brasil : Jericoacoara & Lençois Maranhenses

Les 5 commandements de la route des émotions Carnet de voyage by Samuel, concepteur voyages chez Terra Nossa.     Moins connue que les grands classiques du tourisme brésilien comme Rio ou Salvador, la route des émotions porte bien son nom. Ces 800 kms de circuit itinérant traversent les 3 états du Ceará, Piauí et Maranhão et proposent un cocktail étonnant d’ambiances, de couleurs et d’activités.   La beauté de ses plages, du luxuriant delta de Parnaíba et du parc des Lençois Maranhenses impose un respect divin envers Dame Nature. En bon disciple, à moi de vous transmettre ses 5 commandements pour un voyage réussi.   1.En buggy, les plages du Nordeste tu arpenteras     À la recherche de sensations fortes et de dépaysement, l’expédition buggy est faite pour vous. Au programme, une véritable croisade entre dunes, plages, rivières et routes asphaltées avec l’équipe francophone d’Everardo. Idéal pour souder un groupe et/ou se retrouver en famille.     2.Correctement Jericoacoara, tu prononceras   Parmi le lot de secrets du Nordeste, laissez-moi vous révéler le plus important: le diminutif de Jericoacoara est tout simplement « Jeri ».   Prière d’oublier les Jerico, Jerciquoiquoi, Jericacao et autres hérésies…   Village de pêcheurs aux parfums hippies, Jericoacoara est devenu une destination à la mode. Posé sur le sable au milieu d’une réserve naturelle, on s’y repose en admirant le coucher du soleil sur la dune du « Pôr do sol » comme on y festoie dans les soirées les plus branchées du Brésil. À vous de choisir.     3.Le Delta de Parnaíba, tu traverseras     Coincé entre les plages du Céara et les dunes du désert des Lençois, le delta de Parnaíba fait office d’oasis au goût de jardin d’Eden dans cet océan de sable. Troisième plus grand delta au monde, ses 80 îles composées de forêts de mangroves abritent caïmans, singes hurleurs, capivaras et ibis rouges.   Avis aux voyageurs: pour l’observation de la faune, mieux vaut prévoir un safari nocturne, les animaux étant timides la journée.     4.Dans le parc des Lençois, comme un enfant, tu t’amuseras     À l’instar de sa population, la nature brésilienne est le fruit de tous les mélanges. Le parc des Lençois en est l’illustration parfaite. Imaginez un mariage entre dunes de sable et lagunes d’eau douce, métissage parfait de matières et de couleurs. La traversée du désert ne peut être qu’agréable voire ludique. Dans cet environnement lunaire, comment ne pas se perdre et réapprendre à vivre. Bercés par les alizés, les voyageurs retrouvent leur âme d’enfant et font de ces 1 150 km2 un magnifique terrain de jeux.  ...

Read More
La Péninsule du Yucatan vue de l’intérieur
Sep05

La Péninsule du Yucatan vue de l’intérieur

Yucatan Inside             Carnet de voyage au Yucatan par Corentin, logisticien chez Terra Maya.                   Cancún, ses hôtels de luxe et ses plages, le petit paradis d’Holbox, la majestueuse Chichen Itzá, etc. Autant de destinations mondialement connues et reconnues qui attirent chaque année les touristes du monde entier.   Mais la péninsule du Yucatan a bien d’autres choses à offrir : petits cenotes intimistes perdus au bout d’une piste, savoir-faire artisanal hors du commun, sources d’eau douce paradisiaques dans la mangrove, histoires de la Guerre des Castes à écouter de la bouche des anciens du village, etc. Autant de petites perles disséminées dans cette grande plaine recouverte d’une forêt luxuriante, le plus difficile restant … de les découvrir.   Et pour ce faire, rien de tel qu’un bon vieux road trip. Nous sommes donc partis en voiture avec Adelind pendant une semaine de repérage. Appareils photos et caméra chargés, calepins, hamacs dans le coffre toujours prêts à dépanner en cas de pépin (qui est déjà tombé en panne au milieu de la jungle saura de quoi je parle), anti-moustique, crème solaire et chapeaux de paille obligatoires. On fait le plein et c’est parti!         Première étape: Yokdzonoot, dans le cenote du village où il fait toujours bon piquer une tête au milieu des énormes racines des arbres en surplomb. Tout en observant la multitude d’oiseaux Tho qui volent au dessus de nos têtes en chassant les insectes.     On en profite pour manger des panuchos dans l’excellent restaurant de la coopérative. Puis, on reprend la route pour arriver au cenote Chooj-Ha, le plus impressionnant que je connaisse. José nous y accueille, fusil à la main (il nous jure qu’il ne chasse pas les touristes, nous voilà rassurés).   La pluie torrentielle fulgurante dont le Yucatan a le secret nous force à nous abriter sous un petit toit de palme. Cela nous donne le temps de discuter avec ce personnage haut en couleur. Nous sommes même invités à la chasse. La prochaine fois, nous n’y manquerons pas ! Il nous dit également qu’un Alux (sorte de lutin habitant le lieu, dans la cosmovision maya) habite dans un des recoins de la grotte… Espérons qu’il soit accueillant!     La pluie se dissipe enfin et nous entrons dans le cenote par un grand escalier en bois. Totalement sous-terrain, on reste bouche-bée devant l’eau bleue turquoise. Les énormes colonnes de stalactites se jettent du plafond jusqu’au fond du cenote. Cela donne l’impression d’une cathédrale gothique qu’on aurait enterrée là, au milieu de la forêt. Les...

Read More
Colombie : île Gorgona, de l’enfer au paradis !
Aug22

Colombie : île Gorgona, de l’enfer au paradis !

Carnet de voyage sur l’île Gorgona Texte d’Anne-Laure, conceptrice voyages chez Terra Colombia.     Non, cet article ne sera pas un cours de religion, mais bien un récit de voyage sur l’Île Gorgona. Cette petite île colombienne au large du Pacifique découverte en 1524, ne fait que 9 kms de long et 2,5 kms de large. A 1h30 en bateau de la côte, ce petit bijou reste accessible bien que peu exploré. Gorgona étant un parc naturel protégé, sa faune et sa flore sont étonnamment riches.     G comme Gardienne Par le passé, Gorgona était le lieu de garde des prisonniers les plus dangereux du pays. De 1960 à 1984, une prison était en service sur l’ile. Loin du continent, elle permettait l’isolement des prisonniers et les empêchait de s’échapper.   Sa capacité de 800 à 900 personnes n’était souvent pas respectée : il y a eu près de 2 300 prisonniers et les conditions y étaient très rudes. Les prisonniers qui n’étaient pas dociles étaient enfermés dans des petites cellules et punis à coups de seaux d’eau toutes les heures.   Quant aux plus sages, ils étaient autorisés à sortir la journée et avaient des tâches assignées pour l’entretien de la plage, par exemple.   Avec le temps, la jungle a peu à peu envahi la prison, les surfaces se sont recouvertes de mousse, le sol est devenu boueux et les racines des arbres se sont logées dans certaines pièces.   Malgré cela, on peut encore bien s’imaginer la vie des prisonniers dans les différentes pièces : le dortoir, la salle à manger, les toilettes, la boulangerie, la laverie…     O comme Observation des baleines Gorgona est un des meilleurs spots sur la côte Pacifique pour observer les baleines. Depuis le restaurant, la plage, la lancha ou le bateau de plongée, les opportunités d’en apercevoir ne manquent pas. Ce qui compte, c’est la saison : de juillet à octobre, et même jusqu’à décembre bien qu’elles soient moins nombreuses en fin d’année.   Les baleines font un long voyage en migrant de la pointe sud de l’Amerique latine jusqu’en Colombie.   Pendant la saison propice, les baleines restent souvent proches de la côte ce qui rend leur observation plus facile. Elles peuvent rester jusqu’à 30 minutes sous l’eau, mais ont ensuite besoin de sortir pour respirer. Elles sortent aussi de l’eau pour se laver et enlever les parasites de leur peau.   Il arrive aussi qu’elles restent à la surface lorsqu’elles allaitent leurs petits.   Les balaineaux pesant environ 1 tonne, le corps massif des baleines adultes sortant de l’eau ne passent pas inaperçus, et on peut...

Read More
Brésil : Top 6 Ponta da Joatinga
Aug16

Brésil : Top 6 Ponta da Joatinga

Reco dans la communauté Caiçara de Ponta da Joatinga Texte, photos et vidéos de Luc, gérant Terra Brazil, accompagné de Nicolas, ancien gérant de l’agence.     1. Isolement A proximité de la charmante ville coloniale de Paraty, la réserve écologique de la Joatinga attire depuis plusieurs années l’attention des voyageurs pour ses beautés naturelles et sa biodiversité préservée, entre mer aux eaux vertes émeraude et montagnes verdoyantes.   Des itinéraires de randonnées ont été tracés au coeur même de la Réserve par les acteurs du tourisme pour les voyageurs curieux en quête d’aventure.   Cependant, ces circuits ont toujours ignoré la petite communauté de Ponta da Joatinga (“Pointe de la Joatinga”) en raison de son isolement. L’accès à pied est long et complexe, en bateau, et peut être fortement agité.   Ces contraintes géographiques ont maintenu jusqu’à présent le village isolé de toute activité touristique.   Ce petit village de pêcheurs, à flanc de montagne, vit paisiblement au rythme de l’océan.       2. Déconnexion Il y a des endroits comme ça qui ne laissent pas indifférent. Le temps semble ne pas avoir de prise sur ce coin du bout du monde. Pas d’électricité, pas de wifi, plutôt préservé des effets de notre société de consommation. On se sent bien, on déconnecte.   À quelques minutes de marche du village, on prend de la hauteur pour atteindre le phare de la Joatinga culminant à 167 mètres d’altitude. Place à la contemplation avec des vues privilégiées sur toute la péninsule du même nom. Le lieu est paisible, le silence invite à la méditation. On aperçoit à peine les toits des maisons du petit village, camouflés dans la forêt atlantique.   Depuis le phare, l’océan s’ouvre devant nous, on se sent tout petit. On reste là des minutes, des heures à admirer un lever de soleil, un vol d’oiseau, un paysage, un coucher de soleil…   On en oublierait presque qu’on est en mission, hein Nico ?           3. Animation & partage Retour au village accroché à la montagne.     On passe de maison en maison, on y rencontre une dame qui étend du linge, un homme qui répare ses filets de pêche, On échange 2-3 mots. Un autre nettoie ses poissons frais, des enfants courent d’un sentier à un autre, dévalant les pentes entre les habitations de la communauté Caiçara. Deux habitantes nous présentent leur projet d’artisanat et leurs confections décoratives. On croise le responsable de la “maison de la farine” (où les villageois élaborent leur farine de manioc) qui nous invite à découvrir le processus de fabrication traditionnel. Les chants de la...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici