Eric Quillevere

Bolivie : premier circuit, premières galères, premier amour…
Aug21

Bolivie : premier circuit, premières galères, premier amour…

          Par Eric Quillevere, guide pour Terra Andina Bolivia en 2000.               C’est juste après mon premier circuit en tant que guide que je gagnais le surnom de “superguide”. Sincèrement, quelques années plus tard, ça collait plutôt bien. Sur le coup, il y avait sans doute un peu d’ironie là dessous …   Le Salar d’Uyuni est un désert de sel perché a 3650 mètres d’altitude. Sa superficie, 12 000 km2, et sa régularité, en font la surface plane la plus grande du monde.   C’est un endroit hallucinant, unique, exceptionnel, où l’on perd toutes notions d’espace et de distances. Le Salar d’Uyuni portait originellement (bien avant que la ville d’Uyuni n’existe) le nom du volcan qui le domine, le Tunupa. Au pied du Tunupa, en bordure du Salar, se trouve le petit village de Jirira et une famille délicieuse qui vit dans cet endroit charmant.   C’est devenu l’une de mes étapes préférées (et je crois qu’elle l’est pour la majorité des guides de Terra Andina) car Doña Lupe, Don Carlos et leurs enfants nous accueillent chaque fois avec autant de plaisir, et il est largement partagé.   Les chambres sont disposées autour d’un patio, ornementé d’arbres et de plantes, qui nous procure une sensation de nature et de bien-être au milieu d’un altiplano si aride. Et puis il y a les enfants, et, autour du puits, des animaux : un chat, des chiens, des poules, un ñandu (autruche sud-américaine) et bientôt une vigogne. Bref c’est un endroit fort agréable et ce fut le théâtre de mes premiers “exploits”.   La première étape s’était relativement bien passée, quoiqu’un peu longue, car il s’agissait de rallier La Paz à Jirira par le nord. J’avais dû avouer à mes premiers clients, un couple de New-Yorkais d’une soixantaine d’années, que je ne connaissais pas toutes les portions du circuit que nous allions réaliser. J’entamais seulement ma première saison comme guide touristique et je ne pouvais donc pas connaître tous les circuits que nous proposions à l’époque, j’avais seulement visité deux ou trois endroits en tant que routard quelques mois auparavant.   Mes passagers n’étaient pas inquiets du tout, ils étaient venus pour l’aventure et ils allaient en avoir ! Nous quittons donc La Paz par la seule route qui monte du centre de la ville jusqu’à El Alto, la partie haute de La Paz et aussi la plus pauvre, et qui dessert ensuite tout le pays. Il y a tout de suite une première bifurcation : une route qui part à l’ouest vers le lac Titicaca et la frontière péruvienne, et...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici