Thomas Loubert

Nordeste : Marajó à dos de buffles
Apr13

Nordeste : Marajó à dos de buffles

              Par Thomas Loubert, Gérant Terra Nossa.                     Quand j’ai dit à mon fils Théo que je partais à la découverte d’une île peuplée de buffles, il m’a regardé avec de grands yeux pleins d’admiration et m’a dit que j’étais très courageux …   C’est donc rempli de courage et bien excité que j’ai pris l’avion en direction de Belém, capitale de l’état du Pará (Nord du Brésil).   De là je me rendrai sur Marajó, une île de la taille de la Suisse dans le delta du plus grand fleuve du monde : l’Amazone. Une île peuplée de buffles, donc.     J’arrive à Belém tôt le matin et suis immédiatement plongé dans l’humidité et la moiteur tropicale caractéristiques des régions amazoniennes.   Le taxista me salue d’un “Bem-vindo” chaleureux et après une discussion enjouée sur les charmes de sa ville, il me dépose à la pousada que j’ai retenue.   Je dépose mes affaires et repart tout de suite pour le Ver-O-Peso, plus grand marché en plein air d’Amérique Latine.   Les commerçants se répartissent en secteurs qui sont de véritables quartiers : les poissons, les viandes, les petits restaurants, les potions à bases de plantes médicinales, les habits, les jus….une ville dans la ville.     Je me balade dans les allées en observant tous les vendeurs qui alpaguent le client chaleureusement et où se mélangent les odeurs d’ananas frais et de poissons fraichement pêchés. Toute cette nourriture m’ouvre l’appétit, d’autant que le temps a filé et c’est déjà l’heure du déjeuner.     Je choisis au hasard une échoppe avec vue sur le fleuve et déguste mon premier plat typique de la région : açai com peixe (poisson à l’açai).   L’açai est une baie noire issue d’Amazonie qui est devenue depuis quelque temps très prisée par les Brésiliens pour ses vertues antioxydantes.   Si dans le reste du Brésil on le consomme sous forme de sorbet sucré avec des fruits le plus souvent, je découvre dans cette région que c’est l’accompagnement salé pour des plats avec poissons… et c’est délicieux !   Je continue ma découverte de la ville et notamment le Teatro da Paz, le plus grand théatre du Nord du Brésil construit en 1870 grâce aux revenus tirés de l’exportation du caoutchouc, qui était la grande affaire de Belém.   Pendant cette période, les bateaux partaient d’ici pleins de caoutchouc et revenaient chargés de pierres et autre matériel de construction, une combine qui leur revenait moins cher que s’ils s’étaient fournis au Brésil.     Outre les matérieux, c’est...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici