Claudia Hernández

Mexique : Guadalajara et la Route de la Tequila
Jun08

Mexique : Guadalajara et la Route de la Tequila

              Carnet de voyage de Claudia Hernández, conseillère voyages chez Terra Maya.                   Bonjour la planète Terra   Aujourd’hui je vous propose de (re)visiter le grand ouest mexicain, magnifique région que j’ai eu la chance de parcourir en reco.   La ville et la région sont très représentatives de l’image qu’on se fait du Mexique. C’est ici qu’on produit la Tequila dans le village voisin du même nom, c’est d’ici que viennent les mariachis, célèbres chanteurs mexicains. C’est aussi la terre des cavaliers « charros » et de leurs belles montures.     On commence notre parcours à Guadalajara, capitale de l’état de Jalisco. On y accède depuis México en avion (1h30) ou par la route (environ 7h). On apprécie son centre historique, avec ses places, ses marchés, sa cathédrale, son musée régional, et son insituto cabañas avec les fresques du célèbre peintre Jose Clemente Orozco, datant toutes du XVII ème et XVIII ème siècle.   La ville est aussi réputée pour sa gastronomie avec entre autre la fameuse « torta ahogada » que l’on traduit littéralement par « sandwich noyé ». À Guadalajara on vous conseille le bon restaurant La Chata, une “fonda” en plein coeur de la ville qui propose d’excellents plats à des prix raisonnables.         On continue le voyage par le village magique de Tequila, à 1h30. EL Tequila (masculin en mexicain) est une liqueur dont la production est autorisée dans quelques états du Mexique. L’immense majorité est produite dans l’état de Jalisco et plus précisément dans ce petit village qui a donné son nom à l’alcool. Les champs d’agave bleu dont on extrait la liqueur s’étendent à perte de vue. On peut les parcourir à pied ou à cheval pour apprécier les paysages.   A Tequila il faut bien évidemment visiter une des nombreuses distilleries qui ouvre ses portes au public. Nous avons testé celles de La Cofradía et de Jose Cuervo et c’est cette dernière que nous proposerons aux voyageurs. Jose Cuervo est une des plus anciennes « casa tequileras » et c’est un empire que la famille a construit au fil des siècles. Les maisons, fabriques, salles de conférences sont magnifiques, chargées d’histoire. La visite de la distillerie peut être prolongée par un tour dans les champs d’agave où on pourra rencontrer notamment un Maestro Jimador emblématique.     Pour l’hébergement, le magnifique hôtel Solar de las Animas est un de mes coups de coeur du voyage. L’hôtel est classé « Relais Châteaux », tout est soigné dans les moindres détails. J’ai également beaucoup aimé l’Hacienda Labor de Rivera à 1h de route qui est...

Read More
Mexique : Guadalajara, mariachis et tequila
Mar17

Mexique : Guadalajara, mariachis et tequila

      Par Carola Echenique, responsable de la communication chez Terra Maya.     Cela fait 6 mois que je suis au Mexique. Dernière arrivée au sein de l’équipe Terra Maya, j’ai eu l’occasion d’écumer la péninsule du Yucatan, des côtes Caraïbes au Golfe du Mexique, mais pas encore de connaître le reste du pays. Un ami se marie à Guadalajara… l’occasion est trop belle pour la rater : je réserve mon voyage et en profite pour planifier une reco dans la capitale de Jalisco. Me voilà enfin partie à la découverte d’un autre Mexique: celui des Mariachis, des cavaliers à Sombrero, de la tequila, … D’après mes amis yucatèques, Jalisco est aussi l’Etat des plus belles femmes du pays ! En tout cas la mariée fera tout honneur à cette réputation. À peine arrivée à Guadalajara, je sens une ambiance différente : on entre dans une mégalopole avec des gens qui s’affairent de tous les côtés. Les quartiers sont vivants, les postes de tacos fleurissent à tous les coins de rue. À côté, Mérida – qui compte pourtant près d’un million d’habitants – parait être un petit bourg tranquille ! Marché de Guadalajara – Mexique Je commence tout naturellement mon voyage par une visite du centre historique. La ville grouille mais le centre est plutôt tranquille avec un enchainement de grandes places piétonnes. J’apprécie la Cathédrale et la Plaza de Armas y faisant face. Je suis surprise d’y voir un très beau kiosque français style art nouveau, entouré de cireurs de chaussure. Le marché central vaut également le détour : des kilomètres de galeries réparties sur plusieurs niveaux. On y trouve de tout : des fruits et légumes, des bottes de cowbow, des chapeaux plus extravagants les uns que les autres, des plantes médicinales, des insectes, des marionnettes, des tissus, des statues … la liste est aussi longue que variée. Je visite également le Teatro Degollado, le Palacio del Gobierno, et bien sûr l’Institut national Cabañas. Ce dernier est à ne pas manquer : l’ancien orphelinat est aujourd’hui recensé au patrimoine mondial de l’Unesco. Il abrite une belle collection de peintures surréalistes et ses peintures murales sont chargées de l’histoire sanglante du pays. En repassant à proximité du Palacio de Gobierno, j’entends de l’agitation. C’est une étrange manifestation qui a lieu devant moi : quelques 200 à 300 mariachis se sont rassemblés devant les portes du gouverneur ! Moi qui espérais en voir quelques-uns jouer dans la ville ce soir, me voilà ravie ! Je prends un bon moment pour m’asseoir et observer cette manifestation peu commune : tous sont venus avec leurs instruments et sont habillés...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici