Christophe Napierai

Australie : Voyage Expédition dans les Kimberley
Oct31

Australie : Voyage Expédition dans les Kimberley

Kimberley : Road trip sur la Gibb River Road en Australie             Carnet de voyage dans les Kimberley de Christophe, fondateur et gérant de Terra Australia.                   L’excitation commence à monter, je suis en vol pour Broome, je sens mon âme d’enfant se réveiller, c’est parti pour ce voyage d’exploration dans les Kimberley. Cela me rappelle mes premiers voyages en Amérique du Sud de La Paz à Ushuaia avec notre bande de copains, souvenirs, souvenirs…   L’aventure a commencé dès le petit matin, Hans le guide qui m’accompagne avait oublié son sac, obligés de prendre le train suivant et ensuite travaux sur la ligne de l’aéroport…bon on a réussi à attraper notre avion pour Broome, just in time. Plus que 5h de vol pour aller récupérer notre 4×4, puis retrouver nos 2 clients, Gérard et Isabelle. Car oui j’ai oublié de vous dire qu’on avait trouvé 2 clients aventuriers heureux d’ouvrir avec nous cette première caravane empruntant la piste de la Gibb River Road pour rallier Broome à Darwin.   Voici en vidéo un aperçu de notre expédition :         Je dévore rapidement dans l’avion les récits des premiers explorateurs de la région, j’ai hâte de voir cette terre rouge et sentir la poussière de l’Outback australien.     Cette piste doit son nom au géologue Maitland Gibb qui en 1901 explora la région à pied, à cheval. Avant lui d’autres se sont frottés à cette région inhospitalière pour essayer d’y faire fortune en cherchant de l’or ou bien des terres propices à l’élevage. Avec plus ou moins de succès.   Aujourd’hui cette piste relie une série de « Roadhouse », généralement une pompe à essence avec de quoi se ravitailler en eau et nourriture, des « Cattle Station » ou ferme d’élevage de plusieurs milliers d’hectares avec parfois la possibilité d’y passer la nuit, des aires de camping ainsi que quelques hébergements au milieu du bush car un tourisme hors sentier battu s’y développe.     C’est parti…   Après avoir retrouvé nos 2 clients fraîchement débarqués de France, nous partons explorer Broome, ville majeure de 17000 habitants, poumon du nord ouest australien. Un peu notre Ushuaia australien, une ville du bout du monde et dernier lien avec la civilisation. C’est donc la qu’il faut faire son ravitaillement. Mais on y découvre aussi des spots magnifiques comme Cable Beach, plage où l’on peut rouler en 4×4 sur des dizaines de km, point de ralliement des Aussie pour le soir venu y boire une bière et regarder le coucher de soleil.   Dommage la lune n’est pas...

Read More
Roadtrip en famille dans l’Ouest canadien & Alaska
Jul12

Roadtrip en famille dans l’Ouest canadien & Alaska

Carnet de voyage en famille au Canada Texte, photos et vidéo de Julie Ligny et Jérome Sans, co-fondateurs de l’agence Terra Canada & Alaska.     Les faits : Quand ? du 28 février au 25 mai 2018. Qui ? Julie, fondatrice de Terra Canada, Jérome, co-fondateur, et Romeo, 5 mois au moment du départ. Comment ? en 4×4 équipé pour les routes hivernales. Pourquoi ? Il s’agissait du grand voyage de repérage pour l’ouverture prochaine de Terra Canada & Alaska.   Quelques chiffres : 13500 kilomètres parcourus 8556 photos à trier 285 panneaux « caribou crossing » de croisés 46 caribous observés 156 lacs gelés photographiés 2 arrêts par la police pour (légers) excès de vitesse 0 tracas mécanique   Quel objet avez-vous ramené de votre périple ? Romeo : une pépite d’or dénichée à proximité du Chilkoot trail, la route de la ruée vers l’or entre le Yukon et l’Alaska.   Julie : une agate que j’ai ramassée sur la plage Agata beach au nord de l’ile d’Haida Gwaii, on en trouve beaucoup dans ce coin-là.   Jérome : une bouteille de single malt de Pemberton, au nord de la Colombie-Britannique, qui dispose de seulement 600 bouteilles en production annuelle. Pour les longues soirées d’hiver à venir…     La plus belle route ? Julie : l’Icefield parkway qui relie Banff à Jasper dans les rocheuses : en été c’est l’une des routes mythiques de l’ouest canadien, très photographiée car bordée de lacs émeraudes magnifiques. En hiver, c’est toute une aventure pour l’emprunter. D’abord s’assurer qu’elle sera ouverte et sous quelles conditions. Le jour où nous nous y sommes aventurés, c’était l’hiver et elle était ouverte mais en alerte de « Winter conditions ». En effet, nous avons roulé sur une route de glace. La traversée était spectaculaire.   Jérome : au cœur du Kluane Park, juste avant d’arriver à la frontière entre le Yukon et l’Alaska. Ça serpente, c’est enneigé, il y a du vent et du brouillard, un train qui passe en contre bas… comme dans les films !   Romeo : jusqu’au bout mes parents ont hésité à partir sur la Dempster Road, la route qui relie le Yukon à Inuvik dans les Territoires du Nord-Ouest, en traversant le cercle arctique. C’est une route qui suit une ancienne piste de chiens de traineaux. Mais j’étais trop jeune pour cette aventure alors nous avons juste fait les premiers kilomètres !     Le plan le plus galère ? Romeo : la route vers le nord de la Colombie-Britannique, avec très peu d’endroits pour s’arrêter, on a dormi dans des motels en bord de route, c’était amusant !   Jérome : en embarquant à 4h du matin sur un ferry à Juneau, prêts pour une traversée de 8h vers...

Read More
Port Stephens Australie : un désert au bord de l’eau
Feb16

Port Stephens Australie : un désert au bord de l’eau

Carnet de voyage à Port Stephens, Australie A 2 heures de Sydney se trouve un lieu aux mille paysages. Port Stephens est un kaléidoscope, une composition de sable, de dunes, de montagnes, de forêts tropicales, de baies, de plages…   Un point de rencontre pour les passionnés en tout genre : sports nautiques, mécaniques, de glisse, de randonnées, surf, voile, 4×4… amateurs de faune, flore… La liste est « too much » et bien non. L’inventaire, lui, par contre, en serait indigeste.   Alors je tire au sort 3 mots en relation avec cette baie naturelle, juste 3 mots pour définir ce lieu, frustrant tant il y a à dire … Mais je me lance ! Désert Port Stephens possède la plus grande étendue de dunes de sables d’Australie. Le sable y est pur et donne matière à bien des découvertes, et bien des sensations. Les dunes de sable de Stockton Bight (territoire aborigène du Worimi), à proximité d’Anna Bay, sont le point de départ de chevauchées mécaniques en quad, buggy, 4×4 ou en méharées à dos de dromadaires… Le sable s’amuse avec ses hôtes, il glisse sous nos pas, ceux des pieds des monobosse, ou sous les gommes des véhicules tout terrain.     Il vous suffit de choisir votre camp : la maîtrise et le contrôle de votre engin ou cette sensation d’échappement, de cette glisse qui grise, pour un petit grain de folie sur un tapis de silice.   Colline Pour appréhender la géographie des lieux, rien de mieux que de se lancer dans une petite randonnée. Celle-ci nous mène au sommet à Tomaree Headland.     Un fois arrivé, la vue vous redonne le souffle pour un grand «Whouah!»   Vous mesurez toute la grandeur du site.   Le parc national de Tomaree offre une nature intacte, accessible pour les amateurs de randonnées et davantage. Eau Elle est omniprésente, la baie de Port Stephens a de la matière avec ses 26 plages, ces lacs tranquilles. Ce terrain de jeu immense se conjugue avec : surf, pêche, kayak, bateau, croisière, plongée, nage avec les dauphins…Et rencontres insolites!       En hiver, les eaux au large de Port Stephens sont l’un des meilleurs sites d’Australie pour observer la migration des baleines à bosse.   Et si la faune aquatique ne vous suffit pas, rendez-vous à Tilligerry Habitat pour y voir des koalas, oiseaux, reptiles… évoluant dans leur milieu naturel, sur plus de 9 hectares.   3 mots, juste 3 mots … Pas simple de tailler le portrait de P.Stephens. Allez, un 4 ème mot en guise de bonus : Carpe Diem… Port Stephens est une invitation à la détente, au...

Read More
Chili Grand Nord : 5 bonnes raisons d’y aller
Sep01

Chili Grand Nord : 5 bonnes raisons d’y aller

            Carnet de voyage au Chili Grand Nord réalisé par Marie Gadenne Viscontini, Terra Chile, voyages sur mesure au Chili.                 Après quelques jours à San Pedro de Atacama, acclimatation oblige, me voilà en route pour le Grand Nord Chilien deuxième étape de mon voyage au Chili pour une reconnaissance marathon d’1 mois dans mon nouveau pays d’accueil. Il y a pire comme mise en jambe …   Comme son nom ne le laisse pas supposer, surtout si vous n’êtes pas amis de la géographie, il y fait beau et chaud voir très chaud. En effet le désert d’Atacama se prolonge bien au-delà de San Pedro et des sites avoisinants et c’est une belle expédition 4×4 de 6 jours qui m’attend. En route !     Mon itinéraire – au fil des jours   Rien de telle qu’une carte, une petite video faite maison et un jour par jour pour comprendre en un clin d’oeil un itinéraire au Chili.     Jour 1 – San Pedro – Pica ? Geoglyphes de Pintados et Salar de Llamara Jour 2 – Pica ? Salar de Huasco et campo de Dunas Jour 3 – Pica – Colchane ? Eglise de la Tirana, Mines abandonnées de Humberstone et Santa Laura, Geoglyphe Géant d’Atacama Jour 4 – Colchane – Putre ? Village de Enquelga, Mirador de Suricayo, Salar de Surire, marche de Diablomarca Jour 5 – Putre ? Parc National Lauca, bofedal de las cuevas, bodefal de Parinacota, Lac Chungara Jour 6 – Putre – Arica ? Village de Socorama, quebrada de Cardones, musée San Miguel de Azapa, Cerro Sagrado   Alors, pourquoi partir en Expé 4×4 dans le Grand Nord Chilien ?   Maintenant que vous savez où et comment, parlons du pourquoi. De tout mon mois de reconnaissance, (promis après j’arrête de vous narguer) le Grand Nord chilien a été un véritable coup de coeur. Les explications de mon guide à la fois ludiques et informatives, l’incroyable variété des paysages, la sensation d’être le seul voyageur à explorer cette zone (presque) vierge … en font l’un de mes plus beaux souvenirs de voyage tous pays confondus.   Atacama autrement ? oui c’est encore possible ! Si le charme d’un séjour à San Pedro d’Atacama, oasis nichée au coeur du désert le plus aride au monde, est indéniable, il est vrai qu’il faut ruser et connaître la région sur le bout des doigts pour éviter la vague de cars et de touristes pendant la haute saison.   Dans le Grand Nord, soyez sans crainte, même en plein mois de Novembre, vous...

Read More
A la découverte du Far West argentin
Jun28

A la découverte du Far West argentin

    Deux conceptrices voyage de l’agence Terra Argentina, Emilie et Magali, ont été exilées de leur très chère Patagonie pour aller explorer le Nord-ouest du pays durant 10 jours.   Objectif : dénicher les « pépites » de la région.   Lieu de recherche : Salta La Linda et alentours.   Monture : une superbe Fiat Palio décorée avec goût.   Revenues de leur exploration, en chair et en os, nos deux amazones Made in Terra, nous rapportent leur récit d’aventure.     CARTE D’EXPEDITION :   Etapes : Salta – Purmamarca – Iruya – Chicoana – Cachi – Molinos – Cafayate – Salta     En selle camarades !   Guidées par le soleil, nous chevauchons durant 9 jours des contrées aux montagnes colorées, parfois irréelles, des vignes à perte de vue, des chemins poussiéreux et sinueux. Nous traversons des villages réputés pour leur artisanat, souvent empreint d’influences boliviennes comme des villages historiques en adobe ou blanchis à la chaux.   Nous partons donc cheveux au vent, toujours en quête de ces fameuses “pépites” qui ne tarderont pas à se mettre en travers de notre chemin.   La gazette du jour présente les 10 “immanquables” de notre expédition dans le Nord-Ouest argentin.   #1 Loger dans une cabaña en adobe sur les hauts de Purmamarca Purmamarca, village connu des voyageurs pour son marché central rempli d’étals colorés où le chausson imprimé d’un superbe lama côtoie sans souci le service à apéritif en forme de cactus. En s’écartant de cet amas d’objets insolites, attirées par des cris joyeux d’enfants, nous voilà en train d’admirer une partie de football entourée de montagnes aux couleurs fabuleuses.   Continuant sur ce chemin, nous arrivons à Los Colorados, un complexe de cabañas fait en adobe, typiques de la région et surplombant le village. Nous sommes bien immergées dans “la onda” du lieu.     #2 S’aventurer jusqu’à Iruya “Après la maison rouge, tournez à droite et après.. vive l’aventure!” nous susurre un condor à l’oreille. Vamos! C’est après pas moins de 3h de route sinueuse, 7 rivières traversées sans encombre et quelques autels de prière, que nous arrivons au village d’Iruya, au cœur d’une vallée fertile. Escortées par les enfants sortant de l’école, nous montons la rue principale jusqu’au point culminant du village. Quel plaisir d’admirer la vie reculée de ces habitants!     #3 Prendre de l’altitude au mirador Hornocal Envie de prendre de la hauteur? À partir du village d’Humahuaca, une route serpente durant une heure jusqu’au promontoire s’élevant à quelques 4750 mètres d’altitude. Après avoir repris nos esprits et mis notre poncho de rigueur, quel émerveillement devant cette montagne aux mille couleurs ! Une vague de folie...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici