Virginie Roé

Rurrenabaque, les portes de l’Amazonie bolivienne
Apr04

Rurrenabaque, les portes de l’Amazonie bolivienne

Rurrenabaque, les portes de l’Amazonie bolivienne             Carnet de voyage en Bolivie par Loïc, Terra Bolivia.                     Quand on parle d’Amazonie, on pense souvent au Brésil, au Pérou voire à l’Équateur. Pourtant, la Bolivie offre une des parties les plus intéressantes et l’un des parcs nationaux les plus “riches” au monde.   Rurre, ville tranquille Bienvenue à Rurrenabaque, ou Rurre pour les intimes ! Cette petite ville, à la frontière des départements de La Paz et du Beni, jouit d’une situation toute particulière, à la croisée de la Cordillère des Andes et du bassin amazonien. On y est accueilli chaleureusement par sa population, après 30 minutes d’avion depuis la capitale gouvernementale la plus haute du monde.   Pendant la journée, l’humidité et les températures élevées rendent l’ambiance plutôt tranquille. On profite des hôtels, de leur patio et piscine, à la recherche d’un peu de fraîcheur. Puis, à la tombée de la nuit, les rues s’animent et le bal des mototaxis démarre. C’est en effet le moyen le plus facile de se déplacer à Rurre. Ensuite, ses restaurants et bars, aux charmes exotiques et tous faits de bois tropicaux, se remplissent petit à petit. Ici, on vient prendre des renseignements pour les prochains jours ou partager les expériences incroyables que l’on vient de vivre autour de quelques verres. Car oui, si on vient à Rurre, c’est pour toute autre chose : ses environs !             Welcome to the jungle Direction la selva ! Après deux heures de navigation sur les rios Beni et Tuchi, nous voilà en plein cœur de la jungle et du Madidi, un des parcs qui offre le plus de biodiversité au monde. Ici l’expérience est immersive, c’est l’Amazonie !   On se retrouve au milieu de cette végétation luxuriante et on se sent alors tout petit, entouré de ces arbres géants. Et cette nature s’offre aux plus patients. Notre guide nous apprend à être observateur, attentif et à l’écoute. Tout d’abord avec la flore, on apprend sur les bienfaits de chaque plante. Mais aussi avec la faune, car il y en a autant au sol (tapir, cochons sauvages, félins, papillons, insectes…), que dans les airs (aras, toucans, hérons, singes…).   De nuit, l’expérience prend encore plus de sens, l’ouïe est mise à contribution et les bruits de la jungle nous entourent littéralement. A l’aide d’une lampe torche, dans de petites lagunes, les yeux des alligators se transforment en véritables billes d’or. Les lucioles, elles, nous offrent un spectacle naturel étonnant, digne d’un feu d’artifice. Et lorsqu’on rentre...

Read More
Incroyable Amazonie Brésilienne !
Mar20

Incroyable Amazonie Brésilienne !

Amazing Amazonia do Brasil !!!             Carnet de voyage en Amazonie brésilienne. Texte, photos et video de Sergio, gérant chez Terra Nossa, agence réceptive locale dans le Nordeste au Brésil.                 A-ma-zo-ne… existe-t-il nom plus évocateur, destination plus mythique, aventure plus excitante que celle qu´éveille instantanément dans l´imaginaire collectif ces 4 syllabes ?   C´est afin de le vérifier en personne que je me suis rendu au cœur de l´Amazonie brésilienne. Direction Manaus et le Rio Negro pour une croisière de 4 jours, au rythme du plus majestueux des fleuves. Florilège de moments forts, à consommer sans modération !   Pour commencer en beauté, bonus vidéo artisananale pour les yeux et les oreilles :     1/ Navigation sur le fleuve   4 jours et 3 nuits à bord de notre fier vaisseau, pour un périple hors du temps et de la civilisation : l´Amazonie brésilienne posséde une vibration, une pulsation qui n´appartient qu´à elle. Et quel meilleur moyen que de tendre son hamac sur le pont pour l´appréhender pleinement, au rythme des oscillations !   2/ Rencontre des Eaux   En aval de la ville de Manaus, le Rio Negro et le Rio Solimões se rencontrent et se cotoient sur de nombreux kilomètres, sans pour autant mélanger leurs eaux. Débit, température et densité différentes expliquent ce saisissant phénomène naturel, faisant apparaître une très nette démarcation entre les 2 affluents.   3/ Artisanat local   L´Amazonie brésilienne, c´est aussi ses habitants, établis sur ses rives, et qui tirent leur subsistance des produits que la nature leur offre en abondance.   C´est dans la petite communauté de Nossa Senhora do Perétuo Socorro que nous visitons cet atelier artisanal de fabrication de bijoux réalisés à partir de graines d´Açai, fruit emblématique de la région.   4/ Dauphins roses   Personnage incontournable, le «boto» ou dauphin rose d´Amazonie est tout aussi sociable que ses congénères marins.   Une légende populaire raconte que les nuits de pleine lune, le cétacé prend forme humaine sous les traits d´un élégant jeune homme tout de blanc vétu et arborant un grand chapeau… Certaines grossesses «inexpliquées» devenant ainsi tout naturellement l´œuvre du «boto»!   5/ Populations indigènes   Celles-ci sont également présentes sur les rives du fleuve, et tentent de pérpetuer leurs traditions ancestrales. Nous avons eu le privilège de pouvoir assister à la représentation de plusieurs danses rituelles, entrecoupées d´instructifs quoique décousus exposés du mode et du rythme de vie de la communauté par l´un de ses chefs.   6/ Baignade rafraîchissante   Quel plaisir de pouvoir se rafraîchir de la moiteur omniprésente dans les eaux cristalines de cette source...

Read More
Fernando de Noronha, la plus belle île du monde ?
Jan10

Fernando de Noronha, la plus belle île du monde ?

  Carnet de voyage à Fernando de Noronha, Brésil, texte et photos de Valérie Alonso, conceptrice voyages chez Terra Nossa, voyages sur mesure dans le Nordeste brésilien.   Mon dernier récit racontait mes aventures sur les chemins escarpés des montagnes péruviennes : 4 jours de trek, température moyenne autour de 0 et ma polaire en alpaga comme meilleure amie. Me revoilà dans un tout nouveau décor, plus tropical : j´ai posé mes valises depuis quelques mois dans le Nordeste du Brésil. Des dunes de sable, des plages et des températures frôlant très souvent les 30 degrés !   Mon premier voyage de reconnaissance ? Une découverte terrain grand luxe sur le plus bel archipel du monde, Fernando de Noronha, composé d’une vingtaine d’îles sauvages à 500 km de Recife. Vous allez me dire, elle exagère la petite… j´entends déjà mes collègues de Terra Chile me dire : « non mais allo, la plus belle d’Amérique Latine, c´est l´île de Pâques! ». Challenge accepted ! Voici la preuve en image qu’un archipel grandiose se cache ici en plein océan atlantique, sur les côtes brésiliennes.     Je suis revenue de ce petit paradis pour vous faire partager les 5 expériences à vivre à Fernando de Noronha. De quoi très bien commencer l’année 2017 :     La Praia do Sancho a bien été élue comme étant la plus belle plage du monde ! Ce petit paradis aux eaux cristallines devance de loin ses voisines des Caraïbes. Pour y accéder, il faudra emprunter un petit escalier abrupt et étroit… Toutes les merveilles de ce monde se méritent ! Pour les moins téméraires, vous pouvez choisir l´option d´un petit bateau pour accéder à la plage. L´embarcation vous fera découvrir par la même occasion les alentours de l´île.       J´ai eu la chance de dormir dans le plus bel hôtel de l´île. La Pousada Maravilha – Merveille en français – porte très bien son nom.   Encore une fois, toutes les belles choses se méritent, il y a seulement 8 chambres dans ce petit coin de paradis. Le jacuzzi extérieur des bungalows est un vrai plus pour les fins de journées difficiles ! C´est le seul hôtel de l´île qui offre une telle vue sur l´océan et qui est à 5 minutes à pied de la plage. Pour compléter l´expérience jusqu’au bout, j´ai été obligée de tester quelques mets du restaurant de l´hôtel. Je vous conseille les crevettes croustillantes accompagnées d´une bonne Caïpirinha bien fraîche.   Le seul inconvénient du lieu c´est le réveil par le bruit des vagues…Bref vous l´avez compris, c´est le lieu idéal pour une lune de miel (avis aux futurs mariés qui me lisent) – Fin de la...

Read More
Mexique : Basse Californie, désert entre deux mers
Dec13

Mexique : Basse Californie, désert entre deux mers

            Carnet de voyage en Basse Californie, texte et photos de Sophie, conseillère voyages chez Terra Maya.                   La péninsule de Basse Californie au nord-ouest du Mexique, est une véritable langue de désert entre le Pacifique et la mer de Cortés.     La région est totalement différente du reste du Mexique. Elle est à la fois désertique et montagneuse, avec des paysages de cactus à perte de vue. La roche volcanique plongeant dans la mer turquoise est à couper le souffle !     En arrivant à la Paz, on découvre une chaleur bien différente de celle du Yucatán. L’air n’est pas humide, le vent chaud de la mer vous caresse et vous invite à partir à la découverte de cette terre inconnue.   La Paz est la capitale de la Basse Californie Sud (Mexicali étant la capitale de la Basse Californie Nord). Il s’agit d’une petite capitale (pour le Mexique), soit environ 280 000 habitants, où il fait bon vivre. L’ensemble de la ville semble tourné vers la mer, Mer de Cortés, baptisée « Aquarium du monde » par Jacques Cousteau qui a passé de nombreuses années dans cette région du Mexique.   Très vite, on comprend pourquoi la Mer de Cortés mérite pleinement ce surnom qui lui a été donné par le célèbre commandant au bonnet rouge. Les embarcations partent directement de la plage du malecón (digue) et au bout de quelques minutes seulement, on découvre les premières tortues, requins baleines et raies qui évoluent en liberté. En s’approchant de l’île Espiritu Santo, on entend au loin le cri de lions de mer. Petit à petit on distingue leurs centaines de silhouettes affalées sur les rochers. Les petits s’amusent à se jeter dans l’eau, sous le regard fatigué des plus gros. Les adultes ne sont pas joueurs (certainement trop occupés à digérer !), en revanche leur progéniture s’amusera volontiers sous l’eau avec vous !       Autre étape magique de la Basse Californie sud : Todos Santos. Petite ville d’artistes, paisible, au bord de l’Océan Pacifique. Il y fait bon vivre, le climat est agréablement rafraîchi par le vent de l’Océan. On y vient pour faire du surf ou du cheval au coucher du soleil, de la marche ou du kayak (sur le lac la Poza). L’hôtel incontournable de cette cité tranquille est bien entendu L’hôtel California, rendu très célèbre par le groupe Eagles, qui s’en est inspiré pour écrire la chanson du même nom.       Cap vers le Nord, pour découvrir le petit port de pêcheurs de Loreto. Préparez-vous à voir de véritables paysages...

Read More
Playa Nicuesa : voyage au Sud du Costa Rica
Oct21

Playa Nicuesa : voyage au Sud du Costa Rica

          Carnet de voyage au Costa Rica par Barbara, conceptrice voyages chez Terra Caribea.                     Le bout du monde, ou l’inconnu, désert, différent, exotique. Une nouvelle expérience à part entière !     Départ pour rejoindre le Golfo Dulce, situé dans l’extrême Sud du Costa Rica, synonyme de dépaysement total pour moi qui ne connais pas cette partie du pays. On décolle tôt le matin et après 45 minutes de vol au dessus de la vallée centrale puis de la cordillère de Talamanca, quelles merveilles ! – nous arrivons à Puerto Jimenez où nous sommes attendus.     Nous nous rendons au petit port du village, d’où nous embarquons sur un petit bateau à moteur (lancha en espagnol) pour se rendre de l’autre côté du Golf.   L’arrivée nous donne un avant-goût de ce qui nous attend : une passerelle qui s’enfonce dans la jungle, des jus de fruits naturels de bienvenue… En s’avançant un peu, nous découvrons l’hôtel tout en bois qui se fond parfaitement dans son environnement. Immersion totale dans la jungle, déconnection en perspective !     Le Nicuesa Lodge prône l’écotourisme et la convivialité et c’est ce qui nous plaît aussi à Terra Caribea. L’hôtel prend le temps de sensibiliser les jeunes du village de Puerto Jimenez sur l’écotourisme, recyclage, ramassage des déchets … Et comme à la maison, nous devons enlever nos chaussures pour monter à l’étage – pas de problème, le sol est très propre ! – nous prenons tous nos repas à la même table, etc.     Et si l’hôtel est durable et convivial, c’est aussi grâce au personnel, aux petits soins, sensibilisé aux problématiques socio-environnementales de Puerto Jimenez.   Les chambres, au milieu de la jungle, sont peut-être la meilleure partie de l’hôtel : rien de mieux que de dormir avec les bruits de la jungle pour une sensation de bout du monde garantie !     Notre séjour a été divisé entre activités incluses et temps libre.   Nous n’avons pas eu besoin d’affronter un ours – ou un jaguar – à mains nues pour nous sentir au bout du monde. Lors d’un tour en bateau dans le Golfo Dulce, nous avons eu la chance d’apercevoir une baleine et son baleineau ! S’en sont suivis un petit-déjeuner mémorable sur une plage déserte, dans un cadre paradisiaque et du snorkeling au milieu des étoiles de mer, de poissons colorés – dont je n’ai pas retenu tous les noms, et des coraux ! Matinée de rêve, mais sportive, malgré les apparences, car il y avait beaucoup de courant !       Pendant notre temps libre, difficile de choisir :...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici