Cassandre Lafont

Costa Rica : la vallée centrale, région du café
Apr12

Costa Rica : la vallée centrale, région du café

            Texte et photos de Cassandre & Guillaume, concepteurs voyages  au Costa Rica, chez Terra Caribea.                   Immersion totale chez les Ticos! Ce qui était parti pour être un trek de 3 jours dans la région de Dota, s’est révélé être tout à fait autre chose ! S’il y a eu trek durant ce séjour – de 2h30 à 4h, de haut en bas – les randonnées ont été la partie la moins intéressante, mais intéressante quand même, de cette immersion totale.   Ce qui nous a marqué a été l’accueil chaleureux de la communauté et la découverte d’une région cafetera, deux très bonnes raisons pour aller faire un tour du côté de San Marcos de Tarrazú !     Les coups de cœur de Guillaume Au pays de la Pura vida, dormir chez l’habitant est le meilleur moyen d’éprouver la sympathie et l’hospitalité des Ticos (surnom des Costariciens). Nous avons donc passé trois jours et deux nuits au cœur de la communauté de los Santos, dans un petit village de producteurs de café.     San Marcos de Tarrazú se situe en pleine vallée centrale, au sud de San José, à 1500 mètres d’altitude. Cachée au milieu des plantations de café qui dévalent les flancs de montagne, nous découvrons notre « gîte », la maison de Smith et Arellis. Nos hôtes nous accueillent à grand renfort de sourire et avec un brin de timidité qui ne tardera pas à s’estomper avec les premières discussions, en espagnol, bien entendu.     Le confort de la chambre est sommaire et la salle de bain partagée. En parlant de partage, certains intrus peuvent parfois avoir envie de passer quelques instants avec nous dans la chambre, il est donc préférable de faire une petite vérification avant de se coucher pour éviter qu’un charmant insecte volant ne tente de communiquer avec nous durant notre sommeil.   Les repas ont lieu sur une terrasse en bois spécialement aménagée pour offrir une vue spectaculaire sur le rio Pirris et le tout nouveau barrage électrique.     Apres avoir englouti un traditionnel gallo pinto (riz et haricot), ou les non moins typiques tortillas (galettes de farine de maïs) nous sommes fin prêts à entamer une marche à la découverte de la région, et à rencontrer des locaux ravis à l’idée de présenter leurs spécialités.     Nous marchons une bonne heure, ponctuée de nombreuses pauses pour déguster des mûres, matasanas, pommes d’eau ou autres fruits trouvés sur les bords du sentier et recommandés par Smith, avant de rencontrer Alejandro. Ce jeune agriculteur, membre d’une fratrie de 10...

Read More
Costa Rica : Osa, Corcovado et Golfo Dulce
Mar12

Costa Rica : Osa, Corcovado et Golfo Dulce

            Récit de Pierre Ligonie & Céline Lebaudy, respectivement gérant et ex commerciale logisticienne chez Terra Caribea.                   “Golfito, enfin… Nous descendons du bus, fourbus et écœurés. Pendant plus de dix heures, nous avons eu droit à leur salsa. Abrutis par la musique, étouffés par la chaleur et la promiscuité, sur des banquettes pour trois, le voyage a été un enfer.”   Voici les premiers mots du livre qui m’a permis de créer mes premières images du Costa Rica avant d’y atterrir. Ce sont les premiers mots d’Oro, best seller sorti en 1985, oeuvre du charismatique et controversé Cyzia Zyke, qui relate une période de sa vie consacrée au montage d’une exploitation d’or au Costa Rica au cœur de la péninsule d’Osa.     Autour de sa passion et de son attraction pour  ce métal doré, il fait l’éloge de la drogue, de la violence et du sexe. On y apprend comment survivre et se faire respecter en forêt, entouré par une bande de brigands et d’alcooliques, ce qui me permit de mettre en place les bases de ma formation de chef d’équipe !..   Depuis la lecture de ce livre, ce morceau de la carte avait un vrai goût d’aventure. Il ne me restait plus qu’à aller y confronter l’imaginaire que j’avais développé autour du nom de ces lieux avec la réalité du moment.   C’est en compagnie de Céline que cette aventure s’est faite, elle travaillait alors comme commerciale logisticienne chez Terra Caribea. Ses aventures ont depuis pris la direction d’autres jungles plus urbaines.   Nous avons jugé qu’une semaine de reco nous permettrait de connaître les principaux lieux de cette péninsule dont la découverte est rendue difficile par les pistes qui la parcourent et les conditions climatiques. Ce sont ces mêmes conditions qui nous firent opter pour une découverte en 4×4 et non en bus local comme dans Oro…     Notre première étape est Piedras Blancas, pour rejoindre un village de dendrophiles – entendez personnes vivant dans les arbres. Nous cherchons une communauté d’Américains ayant construit un ensemble de cabanes dans les arbres et proposant de louer ces constructions.   Ces personnes souhaitant préserver leur projet et filtrer leurs visiteurs, la première difficulté fut de les contacter puis de les localiser puisque tout était fait pour ne pas les trouver. Cette première mission fut remplie avec succès, grâce à une petite enquête locale qui nous permit de découvrir ce secret bien gardé… La découverte est de taille puisque ce sont de véritables maisons plus que des cabanes que nous visitons pendant quelques...

Read More
Costa Rica : à la rencontre des Indiens Bribri
Aug29

Costa Rica : à la rencontre des Indiens Bribri

            Par Jules Tusseau et Daniela Brenes, concepteurs voyage chez Terra Caribea.             Ma chère collègue Daniela et moi même, Jules, sommes les deux chanceux de l’équipe à participer à ce voyage de reconnaissance que nous décrirons bien volontiers et en un mot d’insolite.   Le but de ce voyage est d’aller à la rencontre des indiens Bribri (peuple qui compte environ 15 000 personnes, pas plus) dispersés (principalement) dans la partie Sud de la Cordillère Talamanca, au Sud du Costa Rica, à la frontière avec le Panama.   Départ de San José à 08:00 en direction des Caraïbes et du village de Puerto Viejo de Talamanca.   Après 4 heures de route nous arrivons à l’intersection permettant de descendre encore plus au Sud, en direction du territoire Bribri, dans la Cordillère de Talamanca.   Nous arrivons au village de Bribri où nous avons rendez-vous avec notre guide local, Junior. Junior a 33 ans. Il est Bribri et fier de l’être. Sa principale activité est guide de trek. Il connait la Cordillère comme sa poche et bien sur toutes les communautés qu’elle abrite.     Après un bon “casado” (plat typique à base de riz, bananes plantain, salade et viande) dans une “soda” (restaurant) du coin, nous reprenons la route, abandonnons derrière nous l’asphalte pour de petites pistes en terre. Après 30 minutes de route, trois fleuves et 2 champs de bananes, nous arrivons au lieu dit de Bratsi où nous laissons le véhicule pour les 4 jours suivants. L’immersion commence ici.   14h30, entassés sous un abri pour nous protéger du soleil (38°C pour environ 90% d’humidité), nous attendons le bus local qui nous emmènera jusqu’à “l’embarcadère” de Suretka où nous traverserons le fleuve en pirogue. La pirogue n’est pas là. Je profite de l’occasion pour sortir l’appareil et prendre quelques photos de l’environnement local.     Après 30 minutes d’attente nous pouvons enfin embarquer pour traverser le fleuve. Sur l’autre berge, un autre bus! Il convient de constater que de ce côté-ci de la berge, les gens se parlent en Bribri: Is be shkena? Ye’ shkena bua’ë! (Bonjour, comment vas-tu? Très bien!).     Nous y sommes presque. Après 20 minutes supplémentaires de bus, nous parvenons à notre point de chute du jour, la communauté d’Amubri. Nous traversons le village à pied. Les gens nous regardent, nous saluent, nous sourient. Notre présence à l’air de les amuser.     Nous arrivons enfin à la petite auberge Koswak, gérée par notre collaborateur Roger, qui nous accueille très amicalement. C’est étrange, nous ne nous connaissons que par téléphone et...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici