Cassandre Lafont

Chili : festival altiplano, course à la viscache d’or
Aug18

Chili : festival altiplano, course à la viscache d’or

  Récit de Cassandre, photos et vidéos de Cassandre & Arnaud, tous deux conseillers voyage chez Terra Chile.   L’objectif de ce périple pour Arnaud et pour moi était double : connaître les classiques, et découvrir de nouvelles pépites. En plein dans le mille !     Plutôt que de vous parler des classiques, concentrons-nous sur les pépites ! Voici donc les palmes d’or ou, pour faire plus local, les Viscaches d’Or de notre voyage ! La viscache est un rongeur d’Amérique du Sud qui ressemble fortement au lapin. En voici un exemplaire :     Dans la catégorie Meilleur guide : Francisco ! Quand on est derrière son bureau toute la semaine à vendre des circuits, c’est parfois difficile de se rendre compte à quel point le guide est primordial dans la réussite ou l’échec d’un voyage. Avec Francisco, banco ! Aymara, chauffeur depuis ses plus jeunes années, drôle, rigoureux, curieux, aventurier quand il le faut, cultivé, et j’en passe et des meilleures, Arnaud et moi avons touché le gros lot !       Dans la catégorie Village le plus flippant : Humberstone, découvert lors de notre première journée, centrée sur la Guerre du Pacifique et la ruée vers le Salpêtre et idéale pour les amateurs d’histoire. Entre l’arrêt à la bataille Dolores, l’Hacienda Tiliviche, le village presque fantôme de Pisagua, et Humberstone & Santa Laura, les aficionados seront rassasiés. Et si vous tombez un samedi, nous pouvons vous organiser la visite des officines de salpêtre de nuit ! Rien de mieux pour sentir leur atmosphère fantomatique !     Dans la catégorie Meilleur hôtel : El Huarango, entre Pica et Iquique. Situé en plaine Pampa de Tamarugal, et tenu par un couple original, Coca, designer, et Marco, géologue péruvien, El Huarango est idéal pour les amateurs d’authenticité, de service personnalisé… et d’écologie. L’expérience huarango – nom péruvien du tamarugo, arbre typique de la pampa du Tamaragual au Chili – inclut chambres confortables et originales, eau chauffée à l’énergie solaire, petit-déjeuner fait-maison riche et savoureux, visite du domaine par Marco pendant laquelle vous pouvez donner à manger aux animaux de compagnie … entre autres ! Arnaud et moi avons été conquis ! Si conquis, que nous sommes en train de vous concocter un nouveau module, comprenant, non pas une mais deux nuits au Huarango, des nouvelles excursions, et du tourisme d’aventure (rappel, VTT, sandboard etc.) !   Your browser does not support the video tag. 00:00 / 00:00 Close Press Ctrl+C to copy the embed code to clipboard   Dans la catégorie Plus belle vue: Celle depuis la montagne aux cactus, à quelques kilomètres de Cariquima, au coucher du soleil sur le Salar de Coipasa. Un mot : superbe… Le bonus ? Le cactus...

Read More
Chili : en piste sur le triangle d’or
Oct30

Chili : en piste sur le triangle d’or

              Par Florian Servant, gérant Terra Chile.   Photos de Mathieu Morelière, Continents Insolites.                   Partir en « reco » est toujours un moment spécial, que l’on prépare des semaines à l’avance. On  part à l’aventure et on peut enfin mettre des paysages sur des noms familiers, on s’approprie les endroits pour pouvoir ensuite en parler, on gratte des notes sur un bout de papier, on discute avec les locaux, on enchaîne les bonnes et mauvaises critiques sur les hôtels, bref on découvre un peu plus un pays que l’on propose à nos clients.   Que ce soit lors d’un trek en bivouac, un accompagnement de groupe, ou un road trip avec un client seul, c’est toujours un luxe et on se dit qu’on a le meilleur boulot du monde… Alors quand l’occasion se présente d’enchaîner 3 pays sur 15 jours, le célèbre triangle d’or Argentine-Bolivie-Chili, avec un groupe de gens sympas, c’est le top.   Nous voici réunis, avec Myriam Fernandez, gérante de Terra Andina Bolivia, et Mathieu Morelière, notre ami de Continents Insolites Lyon, à l’aéroport de Buenos Aires, prêts pour un décollage vers le NOA! Le NOA c’est le Nord Ouest argentin, ses salars, déserts et vignes dont les patagons de Terra Argentina nous vantent les mérites depuis des années.   Pourtant, quand on arrive à Tucuman, on est loin des paysages imaginés. Tout est vert ici.     Ce périple doit nous mener du NOA à La Paz, en Bolivie, en passant par l’extraordinaire Salar d’Uyuni, les volcans de San Pedro de Atacama, le lac Chungara, Cafayate dans les valléees Calchaquies, le parc Sajama et, en point d’orgue, le volcan Acontango afin de passer la barre symbolique des 6.000m d’altitude…   On part sur la route (ou plutôt sur les pistes) du fameux Triangle d’Or, dont nos clients raffolent d’avril à octobre, une véritable trilogie des déserts andins!   La partie argentine dure 6 jours, avec des étapes insolites et hors sentiers battus vers El Peñon et Antofagasta de la Sierra. La neige tombée récemment, qui nous comble lors des traversées d’immensités désertiques d’un blanc immaculé, aura raison de notre aventure, si chère à Mathieu, sensée nous emmener à Tolar Grande.     Ce voyage nous donne l’occasion de jouer les randonneurs qui se perdent sur les pentes de volcan vers Antofagasta, de pénétrer la quebrada de las Conchas (si si si…), de nous transformer en photographes professionnels pour faire quelques clichés des, désormais mondialement connus, « sauts Terra », au milieu du surprenant champs de pierre ponce et le volcan Carachi...

Read More
Pérou : le sud version nature
May13

Pérou : le sud version nature

      Par Sandrine Gallo, Terra Andina Peru             Tous les récits de voyages comportent leur lot d’anecdotes, la mienne se situe dès le premier jour. Jessica, la charmante hôtesse de la station-service, pensait sûrement à son amoureux en faisant le plein de mon véhicule. De l’essence au lieu du diesel … Journée foutue, il faut démonter le réservoir, le vider et nettoyer tous les tuyaux qui mènent au moteur. En l’espace de quelques heures je suis devenue une vrai pro de la mécanique automobile …   Le sympathique panier repas préparé par mon restaurant fétiche d’Arequipa (le Zig Zag) rend l’attente « presque » agréable. La fin de journée pointe son nez mais impossible de passer une seconde nuit dans la ville blanche car le timing est trop serré. Je décide donc de prendre la route, pour une arrivée tardive sur l’altiplano. Le plan campement tombe à l’eau, je recherche donc un hôtel à Espinar ville minière situe à 4100 m d’altitude. C’est bruyant, froid et moche, on reste donc dans l’ambiance de début de journée : glauque !   Région d’Arequipa – Voyage au Pérou Sûrement le prix à payer pour pouvoir découvrir le reste, la deuxième journée commence sur le même ton que la veille : au menu du petit déjeuner, soupe de tripes ou … soupe de tripes …   Je décide de faire l’impasse et j’entame à jeûn la descente sur Tres Cañones.   C’est de toute beauté, j’en oublie mon ventre creux. Incroyable Pérou, comment des paysages aussi grandioses peuvent-ils rester cachés du monde ? Sans parler des sites archéologiques bien préservés tels que Maria Fortaleza, Maukallaqcta, K’anamarka : pas âme qui vive à l’horizon.   Sites archéologiques – Voyage au Pérou Il fait quand même assez froid pour passer une nuit sous tente, je vois au loin un feu de cheminée, je tente ma chance. Genaro et son épouse sont en pleine construction de chambres pour développer le tourisme rural, ils ont tous les deux une grosse boule dans leur bouche et des dents toute noires. Pas de panique, ce n’est pas «le retour des visiteurs». Bien que peu esthétique, ce n’est qu’une coutume locale des paysans des Andes que de mastiquer des feuilles de coca qui se transforment en boules gigantesques qui se coincent entre les gencives et les joues.   Hélas pas de place pour moi ce soir dans leur maison inachevée, en revanche ils me disent que c’est DIEU qui m’envoie et nous échangeons nos coordonnées pour un début de collaboration qui se saurait d’ailleurs tarder.   Tourisme rural au Pérou   Étape...

Read More
Bolivie, ascension du Condoriri
Jan29

Bolivie, ascension du Condoriri

  Par Jules Tusseau, Terra Andina Bolivia       Le récit qui suit raconte une expérience de reco un peu particulière dans le sens où nous décidons de partir sans guide ni porteur. Les photos qui illustrent le récit sont biaisées. Elles ont été prises à la redescente, puisque la montée se fait de nuit !   Topo de la Cabeza del Condoriri:   Le parcours de l’ascension – Condoriri, Bolivie Avec mon grand pote d’ici, Benjamin, glaciologue pour l’IRD, l’Institut pour la Recherche et le Développement, nous nous sommes attelés à l’ascension de la Cabeza del Condoriri (la tête du Condor), surnommée ainsi par les Boliviens Aymaras en raison de sa forme. Ce sommet est l’un des plus beaux de la Cordillère Royale, et bien qu’il ne soit pas si haut (5,648m seulement…!) il est relativement technique.   Nous avons donc mis les voiles de La Paz samedi vers 11h après avoir bien checké le matériel (si tu oublies quelque chose, tu ne montes pas, ton matériel c’est ta vie). Après 3 heures de transport nous arrivons à Tuni, petit village de Cordillère situé à 4,400m d’altitude, plus de lamas que d’humains, point de départ de notre marche d’approche.   Village de Tuni, sous la face Ouest du Huayna Potosi Nous nous mettons en route pour 3 heures de marche à travers l’Altiplano, royaume des lagunes, des plaines peuplées de camélidés intrigués par notre présence, et des montagnes imposantes et majestueuses, intimidantes mais séduisantes.   Marche d’approche – Trekking Cordillère Royale, Bolivie Marche d’approche – Trek dans la Cordillère Royale, Bolivie Randonnée dans la Cordillère Royale, Bolivie Trekking en Cordillère Royale, Bolivie Randonnée Cordillère Royale, Bolivie Nous atteignons notre camp de base vers 17h, au bord de la Laguna Chiar Khota (4,700m), au pied de la raison de notre venue, le Condoriri.   Laguna Chiar Khota – Cordillère Royale – Bolivie Nous montons la tente, mangeons, et nous couchons vers 20h.   Campement trekking Condoriri Bolivie 1h00, le réveil sonne. Il doit faire -10 degrés, la tente est congelée à cause de la condensation qui a gelé. Il faut se faire une violence bien particulière pour parvenir à sortir de son duvet chaud, avec comme motivation une ascension de nuit de près de 1000m de dénivelé, dans le froid et l’obscurité… Bref, on repousse le réveil!   1h30. Branle-bas de combat. On s’équipe et on démarre. Nous partons à 2h15. On ne sait pas où on va, en tout cas pas précisément.   3h30. Passage difficile en roche (nous n’avons pas trouvé le chemin…). Besoin d’escalader. Ma lampe frontale me lâche. Je suis furieux et inquiet. Les...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici