Récits de repérage

Rurrenabaque, les portes de l’Amazonie bolivienne
Apr04

Rurrenabaque, les portes de l’Amazonie bolivienne

Rurrenabaque, les portes de l’Amazonie bolivienne             Carnet de voyage en Bolivie par Loïc, Terra Bolivia.                     Quand on parle d’Amazonie, on pense souvent au Brésil, au Pérou voire à l’Équateur. Pourtant, la Bolivie offre une des parties les plus intéressantes et l’un des parcs nationaux les plus “riches” au monde.   Rurre, ville tranquille Bienvenue à Rurrenabaque, ou Rurre pour les intimes ! Cette petite ville, à la frontière des départements de La Paz et du Beni, jouit d’une situation toute particulière, à la croisée de la Cordillère des Andes et du bassin amazonien. On y est accueilli chaleureusement par sa population, après 30 minutes d’avion depuis la capitale gouvernementale la plus haute du monde.   Pendant la journée, l’humidité et les températures élevées rendent l’ambiance plutôt tranquille. On profite des hôtels, de leur patio et piscine, à la recherche d’un peu de fraîcheur. Puis, à la tombée de la nuit, les rues s’animent et le bal des mototaxis démarre. C’est en effet le moyen le plus facile de se déplacer à Rurre. Ensuite, ses restaurants et bars, aux charmes exotiques et tous faits de bois tropicaux, se remplissent petit à petit. Ici, on vient prendre des renseignements pour les prochains jours ou partager les expériences incroyables que l’on vient de vivre autour de quelques verres. Car oui, si on vient à Rurre, c’est pour toute autre chose : ses environs !             Welcome to the jungle Direction la selva ! Après deux heures de navigation sur les rios Beni et Tuchi, nous voilà en plein cœur de la jungle et du Madidi, un des parcs qui offre le plus de biodiversité au monde. Ici l’expérience est immersive, c’est l’Amazonie !   On se retrouve au milieu de cette végétation luxuriante et on se sent alors tout petit, entouré de ces arbres géants. Et cette nature s’offre aux plus patients. Notre guide nous apprend à être observateur, attentif et à l’écoute. Tout d’abord avec la flore, on apprend sur les bienfaits de chaque plante. Mais aussi avec la faune, car il y en a autant au sol (tapir, cochons sauvages, félins, papillons, insectes…), que dans les airs (aras, toucans, hérons, singes…).   De nuit, l’expérience prend encore plus de sens, l’ouïe est mise à contribution et les bruits de la jungle nous entourent littéralement. A l’aide d’une lampe torche, dans de petites lagunes, les yeux des alligators se transforment en véritables billes d’or. Les lucioles, elles, nous offrent un spectacle naturel étonnant, digne d’un feu d’artifice. Et lorsqu’on rentre...

Read More
Incroyable Amazonie Brésilienne !
Mar20

Incroyable Amazonie Brésilienne !

Amazing Amazonia do Brasil !!!             Carnet de voyage en Amazonie brésilienne. Texte, photos et video de Sergio, gérant chez Terra Nossa, agence réceptive locale dans le Nordeste au Brésil.                 A-ma-zo-ne… existe-t-il nom plus évocateur, destination plus mythique, aventure plus excitante que celle qu´éveille instantanément dans l´imaginaire collectif ces 4 syllabes ?   C´est afin de le vérifier en personne que je me suis rendu au cœur de l´Amazonie brésilienne. Direction Manaus et le Rio Negro pour une croisière de 4 jours, au rythme du plus majestueux des fleuves. Florilège de moments forts, à consommer sans modération !   Pour commencer en beauté, bonus vidéo artisananale pour les yeux et les oreilles :     1/ Navigation sur le fleuve   4 jours et 3 nuits à bord de notre fier vaisseau, pour un périple hors du temps et de la civilisation : l´Amazonie brésilienne posséde une vibration, une pulsation qui n´appartient qu´à elle. Et quel meilleur moyen que de tendre son hamac sur le pont pour l´appréhender pleinement, au rythme des oscillations !   2/ Rencontre des Eaux   En aval de la ville de Manaus, le Rio Negro et le Rio Solimões se rencontrent et se cotoient sur de nombreux kilomètres, sans pour autant mélanger leurs eaux. Débit, température et densité différentes expliquent ce saisissant phénomène naturel, faisant apparaître une très nette démarcation entre les 2 affluents.   3/ Artisanat local   L´Amazonie brésilienne, c´est aussi ses habitants, établis sur ses rives, et qui tirent leur subsistance des produits que la nature leur offre en abondance.   C´est dans la petite communauté de Nossa Senhora do Perétuo Socorro que nous visitons cet atelier artisanal de fabrication de bijoux réalisés à partir de graines d´Açai, fruit emblématique de la région.   4/ Dauphins roses   Personnage incontournable, le «boto» ou dauphin rose d´Amazonie est tout aussi sociable que ses congénères marins.   Une légende populaire raconte que les nuits de pleine lune, le cétacé prend forme humaine sous les traits d´un élégant jeune homme tout de blanc vétu et arborant un grand chapeau… Certaines grossesses «inexpliquées» devenant ainsi tout naturellement l´œuvre du «boto»!   5/ Populations indigènes   Celles-ci sont également présentes sur les rives du fleuve, et tentent de pérpetuer leurs traditions ancestrales. Nous avons eu le privilège de pouvoir assister à la représentation de plusieurs danses rituelles, entrecoupées d´instructifs quoique décousus exposés du mode et du rythme de vie de la communauté par l´un de ses chefs.   6/ Baignade rafraîchissante   Quel plaisir de pouvoir se rafraîchir de la moiteur omniprésente dans les eaux cristalines de cette source...

Read More
Port Stephens Australie : un désert au bord de l’eau
Feb16

Port Stephens Australie : un désert au bord de l’eau

Carnet de voyage à Port Stephens, Australie A 2 heures de Sydney se trouve un lieu aux mille paysages. Port Stephens est un kaléidoscope, une composition de sable, de dunes, de montagnes, de forêts tropicales, de baies, de plages…   Un point de rencontre pour les passionnés en tout genre : sports nautiques, mécaniques, de glisse, de randonnées, surf, voile, 4×4… amateurs de faune, flore… La liste est « too much » et bien non. L’inventaire, lui, par contre, en serait indigeste.   Alors je tire au sort 3 mots en relation avec cette baie naturelle, juste 3 mots pour définir ce lieu, frustrant tant il y a à dire … Mais je me lance ! Désert Port Stephens possède la plus grande étendue de dunes de sables d’Australie. Le sable y est pur et donne matière à bien des découvertes, et bien des sensations. Les dunes de sable de Stockton Bight (territoire aborigène du Worimi), à proximité d’Anna Bay, sont le point de départ de chevauchées mécaniques en quad, buggy, 4×4 ou en méharées à dos de dromadaires… Le sable s’amuse avec ses hôtes, il glisse sous nos pas, ceux des pieds des monobosse, ou sous les gommes des véhicules tout terrain.     Il vous suffit de choisir votre camp : la maîtrise et le contrôle de votre engin ou cette sensation d’échappement, de cette glisse qui grise, pour un petit grain de folie sur un tapis de silice.   Colline Pour appréhender la géographie des lieux, rien de mieux que de se lancer dans une petite randonnée. Celle-ci nous mène au sommet à Tomaree Headland.     Un fois arrivé, la vue vous redonne le souffle pour un grand «Whouah!»   Vous mesurez toute la grandeur du site.   Le parc national de Tomaree offre une nature intacte, accessible pour les amateurs de randonnées et davantage. Eau Elle est omniprésente, la baie de Port Stephens a de la matière avec ses 26 plages, ces lacs tranquilles. Ce terrain de jeu immense se conjugue avec : surf, pêche, kayak, bateau, croisière, plongée, nage avec les dauphins…Et rencontres insolites!       En hiver, les eaux au large de Port Stephens sont l’un des meilleurs sites d’Australie pour observer la migration des baleines à bosse.   Et si la faune aquatique ne vous suffit pas, rendez-vous à Tilligerry Habitat pour y voir des koalas, oiseaux, reptiles… évoluant dans leur milieu naturel, sur plus de 9 hectares.   3 mots, juste 3 mots … Pas simple de tailler le portrait de P.Stephens. Allez, un 4 ème mot en guise de bonus : Carpe Diem… Port Stephens est une invitation à la détente, au...

Read More
Pérou : sur les traces de Pachacutec
Jan29

Pérou : sur les traces de Pachacutec

  Carnet de voyage au Pérou sur les traces de Pachacutec Texte et photos de Marion, gérante, et Alex, conceptrice voyages chez Terra Peru.   Connaître le terrain, c’est le cœur de notre métier. Et pour parfaire notre expertise, nous sommes toujours prêts à relever les plus grands challenges !   C’est ainsi que nous décidons, début novembre 2017, de traverser la cordillère des Andes centrales du Pérou et de braver ses nombreux kilomètres pour partir à la recherche du premier Inca, le célèbre Pachacutec, grand maître d’œuvre des bijoux culturels de la sierra central : de l’Intihatana au village de Vilcashuaman, en passant par Sondor et Saywite, jusqu’au berceau de l’empire Inca… Cusco !   Première étape de notre expédition: Jauja, la 1ère capitale historique du Pérou !   Cap sur le site archéologique de Tunanmarca, peuplement de la culture Huanca, qui a succombé à l’expansion Inca. Lorsque l’Inca Tupac Yupanqui, successeur de Pachacutec, envahit la vallée du Mantaro vers 1460, Tunamarca est la dernière population à se rendre.   Impossible d’y trouver notre homme.     Nous rebroussons alors chemin et nous mettons en route vers Huancavelica.   Petit détour par l’atelier Lapi chuco pour nous initier à la confection des chapeaux en laine de mouton, un incontournable pour affronter le froid de la montagne.     Le lendemain, réveil matinal. Nous prenons le fameux train Macho, celui qui a la réputation de ne jamais partir et de rester à quai. Pas une minute de retard au départ cette fois-ci. Le sifflet sonne,  le train démarre. Pendant 6 heures, nous traversons de fabuleux paysages andins, le long du fleuve Mantaro, entrecoupés de 39 tunnels et de 7 arrêts à quai.   Aperçu video à bord du train Macho :     Arrivées à Huancavelica, direction Sacsamarca, un petit village pittoresque proche de la mine de Santa Barbara, où Pachacutec a été aperçu il y a peu. Nous arrivons trop tard, il est allé à la source… Ayacucho.     Le chemin vers Ayacucho est exceptionnel : 55 kms parcourus en 3 heures pour atteindre le col de Huayraccasa à 5059 mètres d’altitude. Nous croisons des lamas, des brebis, des viscaches, des lagunes aux couleurs turquoises et des montagnes enneigées. Des paysages à couper le souffle, probablement une des plus belles routes du Pérou.     9 heures plus tard (oui tout de même !), nous voilà à Ayacucho, prêtes à mettre le grappin sur le fameux Pachacutec.   Nous mettons les bouchées doubles et arpentons la ville et ses alentours. Rien à l’horizon. Notre guide Pacha nous fait signe de monter jusqu’au site d’Intihuatana, calendrier solaire datant de l’époque de Pachacutec. Le site, extrêmement...

Read More
Un Rallye Argentine Chili au Top !
Jan16

Un Rallye Argentine Chili au Top !

          Carnet de bord du Rallye Argentine Chili organisé par Terra Argentina et Terra Chile. Texte et photos de Sébastien, concepteur voyages chez Terra Chile, et Agathe, directrice RH Terra Group.                 Le Top 5 du Rallye Argentine Chili Au moment ou je vous écris ces quelques lignes, quelques mois ont déjà passé depuis ce superbe évènement dont la préaparation a commencé dès le printemps 2016 et qui s’est réalisé au Chili et en Argentine en septembre 2017.   Pour vous rafraîchir un peu la mémoire, il s’agissait donc d’un évènement exceptionel de rallye de voitures anciennes à la découverte du désert d’Atacama et passant par tout le Nord Ouest en Argentine avant de revenir au Chili en passant la frontiere près de Santiago et ainsi terminer sur les côtes chiliennes.     Ce rallye fut le fruit de près d’un an et demi de travail en coopération avec l’agence belge Destination Rallye. Plus qu’un simple évènement, il s’agit avant tout d’une aventure humaine qui m’a permis de rencontrer des personnes passionnées et avec lesquelles j’ai passé des moments inoubliables au cours des 2 voyages de repérages que nous avons faits afin de pouvoir mettre sur pied cet évènement de grande ampleur.   C’est avec grand plaisir qu’ Agathe et moi-même nous vous livrons notre Top 5 des moments les plus incroyables de ce rallye.   1.Rouler dans l’immensité du desert d’Atacama Déjà que voir ces voitures anciennes dans la rue vous émeut un peu si vous êtes passionné de mécanique, les voir évoluer dans cet environnement entre les volcans et les lagunes altiplaniques, cela change encore la donne et procure le sentiment de réellement participer à un évènement unique en son genre.   C’est donc dans ces paysages, plus impersionnants les uns que les autres, que nos participants ont évolué durant 3 jours :         Et passant la barre des 5000 m sur la route de l’Argentine :     2.Des empanadas à toutes les sauces agrémentées de quelques asados par ci par là Lors de ce Rallye nous avons beaucoup, beaucoup, beaucoup mangé. Je peux dire que leurs empanadas (petits chaussons à la viande, poulet, légumes, etc..) correspondent à nos cacahuètes en apéritif. Sauf qu’une cacahuète n’est pas égale à une empanada. Une fois les 3 empanadas dégustées, vous pouvez compter sur une bonne bière Quilmes de 600 ML pour faire descendre le tout et donc passer à la suite. Qui dit suite dit : barbecue géant ! Des saucisses, du boudin noir, des côtes de boeufs géantes, du porc, etc. Si vous...

Read More
Lesotho : rencontre sur le toit de l’Afrique
Dec27

Lesotho : rencontre sur le toit de l’Afrique

            Carnet de voyage au Lesotho, par Laurène, nouvelle gérante Terra South Africa.                   Le voyage de reco terrain de Laurène en video !     L comme Lesotho Le pays a accédé à son indépendance en 1966 et compte seulement 2 millions d’habitants, les Basotho qui parlent le Sesotho. Ce superbe petit pays, grand comme la Belgique, est économiquement très dépendant de l’Afrique du Sud. Sa devise : « Paix, pluie et prospérité ».         E comme enclavé Ce petit royaume, bien qu’enclavé au cœur de l’Afrique du Sud ressemble peu à son voisin. En effet, le Lesotho est un territoire montagneux sans accès à la mer et dont l’histoire n’a pas été marquée par l’Apartheid. C’est une monarchie constitutionnelle dont le souverain actuel est le roi Letsie III.       S comme Semonkong Petit village situé à 120 km de Maseru la capitale, à l’intérieur des terres. Vous ne pouvez y circuler qu’à pied ou à cheval.   Les chutes de Maletsunayne sont la principale attraction, avec la descente en rappel de 180 m, la plus longue du monde !     O comme Odyssée Voyager au Lesotho est assurément une expérience mémorable que vous garderez longtemps parmi vos meilleurs souvenirs. Le tourisme y est très peu développé pour l’instant, donc tout y est authentique.   Le pays est intact et permet une découverte quotidienne aux rares touristes qui s’y aventurent.       T comme toit de l’Afrique C’est l’autre nom donné au Lesotho car tout le territoire est situé au-dessus de 1 400m d’altitude avec un point culminant à 3 482 m:  le Thabana Ntlenyana. Le relief est volcanique et les températures avoisinent 0 degré de juin à août.       H comme horse Au-delà de l’activité touristique, c’est avant tout le moyen de transport du peuple Basotho. En effet, dans certaines parties reculées du pays, les routes sont presque inexistantes. Les ânes et les chevaux sont alors le seul moyen de transport, hors des sentiers battus …       O comme ouverture d’esprit du peuple Basotho Muni de sa traditionnelle couverture et d’un chapeau de forme conique, le peuple montagnard Basotho vous fera découvrir ses villages et partager sa culture. Leur gentillesse et ouverture vous surprendront et vous toucheront.     Contactez Laurène pour plus d’infos sur son voyage au Lesotho !   Consultez notre circuit traversant 3 pays dont le Lesotho pour une découverte de l’Afrique australe :   Rendez-Vous en Afrique Australe : Afrique du Sud, Lesotho &...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici