Colombie

Zoom sur les Indigènes de Colombie
Apr24

Zoom sur les Indigènes de Colombie

            Carnet de voyage en Colombie, zoom sur les Indigènes, Hors Série 2017, par Galvin, concepteur voyages chez Terra Colombia.                 Chez Terra Colombia, nous vous proposons des voyages sur mesure et nous sommes chaque jour à la recherche de nouveautés pour vous faire découvrir la richesse et la complexité d’un pays aux mille facettes.   Depuis quelques mois, nous vous proposons une approche exclusive du pays à travers un thème nous paraissant illustrer de manière originale et intéressante notre terrain de jeu. Quelques belles réunions d’équipe durant lesquelles nous envisageons les différentes options de voyages d’exploration attrayantes nous ont vite découragés d’emprunter les routes classiques menant à Pablo Escobar (la série de Netflix nous ayant devancés 😉 ).   Chose souvent ignorée, la Colombie est LE pays du métissage ethnique et culturel avec une population parmi les plus variées d’Amérique Latine et du monde. Dans ce beau pays, les yeux bleus et les cheveux blonds se mêlent à la peau noire des descendants afro avec une importante population blanche et métisse. Mais ce n’est pas tout ! Si la présence espagnole est bien mise en évidence avec les villes coloniales qui parsèment le pays (Villa de Leyva, Cartagena, Popayan), l’héritage afro se retrouve dans de belles destinations (Côte Pacifique, Caraïbe, Village de Palenque, Providencia…).     Nous nous sommes donc rendu compte que la partie pré colombienne était bien souvent oubliée et qu’à l’exception de quelques sites archéologiques (San Agustin, Tierradentro…) à l’aura moins internationale que nos voisins Péruviens (Machu Picchu, Cusco…) ou d’Amérique centrale (Guatemala, Mexique…), cet héritage culturel et ces traditions millénaires étaient rarement mises en avant. Et ce, malgré une richesse indigène indéniable, préservée et dont les droits sont garantis par l’Etat depuis quelques décennies !   De là est née l’idée de monter notre Hors-série 2017 autour des communautés indigènes de Colombie, un voyage hors du temps et loin des sentiers battus pour découvrir les cultures emblématiques de cette belle nation.     La Colombie compte plus de 80 ethnies indigènes et près de 60 langues et dialectes disséminés sur 27 départements à travers plus de 710 réserves indigènes. Ces dernières disposent d’un statut unique où la propriété collective fait loi de règles et d’une autorité propre, indépendante de la législation colombienne classique permettant aux autochtones une autonomie importante, la promulgation de leur culture et la conservation de leurs traditions.     Devant l’étendue du pays, la variété des cultures existantes et les contraintes de temps des voyageurs, notre choix de parcours a dû se restreindre à des ethnies emblématiques, ce qui permet néanmoins la...

Read More
Le meilleur de la Colombie
Jan04

Le meilleur de la Colombie

Un portrait par mois, 5 thèmes choisis pour l’amour de la Colombie Travailler terra, c’est vivre “là-bas”, éprouver au quotidien le goût de la différence, la vibration de l’altérité. Dis-nous Laura, c’est quoi pour toi vivre au rythme de la Colombie ? Un lieu L’île de Providencia, un petit coin de paradis en pleine mer des Caraïbes. Sable blanc, mer à 30 degrés, fonds marins spectaculaires, langouste grillée, eau turquoise… Le bonheur Une expression Que Chimba ! Chevere ! Bacano ! Pour les colombiens, c’est comme si vous disiez “Super extra top génial trop sympa énorme trop cool” mais en un seul mot ! Un film Colombia Magia Salvaje. 90 minutes exceptionnelles montrant l’incroyable diversité de la faune et la flore. Un bel hommage à la beauté de ce pays. Une activité La salsa… c’est la Colombie: colorée, gaie, dynamique, intergénérationnelle ! Et à titre personnel, une grande passion. Une artiste Toto La Momposina : la grande dame de la chanson folklorique de la côte caraïbe. Une musique joyeuse inspirée des cultures africaine et indigène.     Le meilleur de la Colombie selon Laura Mauro, travel designer...

Read More
Colombie côte caraïbe et Parc Tayrona
Aug12

Colombie côte caraïbe et Parc Tayrona

          Carnet de voyage de Galvin, concepteur voyages chez Terra Colombia.                     Quelques mois que je suis devenu un Terra Boy et premier départ sur le terrain pour la côte Caraïbe et les alentours de Santa Marta.     Ma mission : redécouvrir le charme de la première ville fondée par les Espagnols sur le continent sud-américain et trouver de nouveaux sentiers pour visiter le célèbre Parc Tayrona, l’un des plus visités de Colombie célèbre pour ses plages de sable blanc paradisiaques.     Santa Marta, entre histoire, culture indigène et rythme caribéen   Quelques jours à parcourir les ruelles de Santa Marta où vieilles maisons coloniales, immeubles modernes, quartiers populaires et front de mer touristique se mélangent… Entre les histoires de pirates qui peuplent sa baie – au début de la colonisation espagnole, la ville fut très souvent pillée par les pirates -, l’ombre du Libertador – qui y finit ces jours-, tout cela sous le regard des peuples indigènes dans les montagnes de la Sierra Nevada. 4 tribus y sont toujours présentes : les Koguis, les Arhuacos, les Wiwas et les Kankuanos.     Les rues comme l’architecture sont un joyeux mélange de couleurs, entre les vieilles façades vétustes et le centre historique doucement réaménagé. Sur la côte, le rythme est langoureux, pas de stress mais du bruit. Si à quelques kilomètres les neiges éternelles de la Sierra nous rappellent que la fraîcheur existe, dans les rues de Santa Marta, la chaleur est omniprésente.   Et c’est avec plaisir qu’on prend le temps de s’arrêter sur l’une des nombreuses terrasses du centre historique pour boire un jus de fruits frais ou déguster une petite glace. La petite place appelée « Plaza de los Novios » – Place des amoureux- qui fut rebaptisée ainsi par les locaux de par le fait que beaucoup de jeunes gens venaient y passer leur rendez-vous galant à la nuit tombée, ainsi que ses jolies terrasses sont le centre de la vie citadine de Santa Marta.     La visite continue avec la partie historique et la Quinta San Pedro Alejandrino, dernière demeure de Bolivar, puis direction le musée de l’or que je visite accompagné d’une famille de Koguis, pieds nus et mâchant la feuille de Coca. Le père explique, dans sa langue gutturale, à sa petite famille que ce sont là les objets de leurs ancêtres qui sont exposés. Ici, les époques et les cultures se mélangent, un melting pot architectural et humain bien représentatif de la diversité colombienne.     Pour bien finir la journée, quoi de mieux qu’une promenade sur la...

Read More
Colombie : best of Ile de Providencia
Mar28

Colombie : best of Ile de Providencia

            Texte et photos de Laura Mauro, conceptrice voyage chez Terra Colombia.                   Le rêve en nuances de bleus Concevoir des voyages, c’est avant tout connaitre le terrain, son terrain.   Les randonnées, les villages, les hôtels, les véhicules, les guides, les petits trésors cachés, les adresses méconnues, les plages de sable fin… ouh la je m’égare, faut pas rêver!   Et pourtant si. Concepteur voyage chez Terra Colombia, c’est avoir accès à un terrain de jeu incroyablement varié : des Andes au Pacifique, en passant par l’Amazonie et les Caraïbes. Villes coloniales, sommets enneigés, tribus reculées, migration des baleines, etc…   Ça me donne des idées…   Et si je partais en reco sur un archipel paradisiaque? Providencia… ça vous dit quelque chose?     Archipel colombien au large du Nicaragua, en pleine mer des Caraïbes… langouste grillée, fonds marins spectaculaires, peuple accueillant, mer à 30 degrés toute l’année… Bref, la routine des Caraïbes vous me direz… sauf que Providencia a une particularité : c’est l’île des dégradés de bleus.   The blue place to be Une véritable palette, du turquoise au bleu roi, qui change toutes les heures. Gauguin aurait adoré.   Un paradis pour ceux qui ont la larme à l’œil lorsque les bleus se mélangent aux oranges alors que la journée s’achève.   L’éden des amoureux qui voient désormais la vie en bleu.   Alors, si vous voulez comprendre ma blue attitude, suivez-moi, je vais tout vous raconter!   Le grand bleu vu du ciel C’est parti ! Embarquement dans une avionnette de 19 places. A l’approche de l’île, une petite excitation se fait ressentir. Appareil photo en main, nous découvrons Providencia vue du ciel où le bleu marine se détache nettement du bleu turquoise. L’atterrissage est imminent.     Depuis le sommet, vous ne vous ferez pas avoir comme des bleus ! Arrivée à l’hôtel, je retrouve Eusebio, un Raizal (c’est ainsi que sont appelés les habitants de Providencia). Nous partons pour le Peak (ou El Pico), le sommet le plus haut de l’île, culminant à 360 mètres d’altitude. La randonnée dure environ 1h30 pendant laquelle nous croisons de nombreux iguanes. Le paysage se dessine petit à petit, nous y sommes ! La vue à 360° est spectaculaire : végétation luxuriante, cabanes en bois, plages, l’île de Santa Catalina, et … l’époustouflant panorama sur la barrière de corail, l’une des plus grandes au monde. J’en suis toute bleue !   Je commence à comprendre pourquoi Providencia, autrefois appelée Old Providence, est surnommée par ses habitants Divina Providencia. Et je n’étais qu’au début de mes surprises…    ...

Read More
Colombie : voyage en terres indigènes du Sud
Sep21

Colombie : voyage en terres indigènes du Sud

              Récit et photos de Maxence Tournier, conseillère voyages chez Terra Colombia.                   Aujourd´hui départ pour un circuit de 10 jours dans le sud de la Colombie. Cette région encore méconnue ou mal cernée va m´apporter autant de surprises que d´émotions !     Ma première étape est le désert de la Tatacoa… cette étendue est incroyablement divisée en deux de façon naturelle : un désert rouge et un désert gris ! Impossible de dire laquelle est la plus belle tellement elle offre un spectacle différent ! Je vous laisse en juger par vous-même.   Malheureusement, le ciel était trop couvert pour passer une soirée sous les étoiles à l´observatoire astronomique.       Départ pour une nouvelle étape : San Agustin, réputé pour son parc archéologique aux statues aussi imposantes qu´énigmatiques. Cette population indigène est une des seules sur laquelle il n´existe aucun écrit, les archéologues ont donc dû laisser place au mystère qui les entoure.       Après tant de culture, un moment nature s´impose : mon guide m´emmène sur 2 sites exceptionnels :   La Chaquira : un point de vue qui surplombe un canyon. Les photos se passent de commentaires.     Et l´Estrecho où le fleuve tumultueux de la Magdalena se resserre sur seulement quelques mètres de large. Un spectacle bruyant qui vous laisse sans voix.     Le lendemain, je pars par la route et m´enfonce encore plus dans l´inconnu : Tierradentro (terre de l´intérieur) porte bien son nom ! Je ne sais pas ce qui m´impressionne le plus : ces tombeaux creusés dans la roche et peints, ou les paysages à couper le souffle.         Enfin, ma dernière étape m´amène à Popayán pour mes derniers jours dans la région.   Un tour de la ville me permet de découvrir cette ville blanche, aux très nombreuses universités.       Je passe ensuite une journée entière dans le parc du Puracé : entre observation de condors (qui ne se sont pas laissés apercevoir ce jour-là), marche à travers les frailejones (plantes des climats andins de haute altitude) et les sources thermales de souffre, ce parc naturel offre la possibilité de découvrir les paysages typiques des hauts plateaux andins. Pour les plus courageux, une randonnée sur le volcan du Puracé peut se faire.         Une nouvelle journée d´émotions m´attend : départ aux aurores avec mon guide, un indien Yanacona, pour rejoindre son village, à 3 heures de route de Popayán. Cette population a ses propres lois, tribunaux, la police et l´armée ne sont pas admises car les armes sont interdites… En cette journée de fêtes,...

Read More
Colombie : Caño Cristales, rivière arc-en-ciel
Feb04

Colombie : Caño Cristales, rivière arc-en-ciel

            Récit de Sébastien Coeur, conseiller voyages chez Terra Colombia. Photos de Mario Carvajal.                   Partons aujourd’hui à la découverte d’un endroit unique au monde, situé en plein cœur de la Colombie, dans le Meta, l’une de ses 32 régions. Cet endroit est modestement surnommé « la plus belle rivière du monde » ou bien « la rivière qui s’est échappée du paradis ». Le titre parait exagéré mais il est difficilement contestable une fois sur les berges de ce majestueux cours d’eau. Bienvenue à Caño Cristales.   Nous serons tous d’accord pour dire que nombre de voyages ont commencé sur une carte. Sur une page internet ou celle d’un atlas, peu importe, les questions sont les mêmes : quels sont les sites d’intérêt de ce pays, de cette région ? Comment faire pour aller d’ici à là ? Quels obstacles devrons-nous franchir ? Je vous invite donc à commencer cette lecture en ayant une carte de Colombie sous les yeux, et de placer votre doigt sur ce qui serait pour vous le point central du pays.     Si tout va bien (et attention, ce qui suit n’est pas valable sur une carte politique), vous pointez une zone naturelle à la végétation dense, à l’Est de la cordillère orientale, et au sud de Bogotá, apparemment assez proche de la capitale. En apparence seulement, car avoir la chance de connaitre cette merveille naturelle se mérite. Arriver au village de la Macarena, point d’entrée de Caño Cristales, ne se fait que par voie aérienne tant les routes environnantes sont hors d’usage. L’avion peut arriver soit de Bogotá (3 à 4 vols par semaine avec la compagnie Satena) soit de Villavicencio, ville se trouvant à deux heures de route au Sud de Bogotá.   Caño cristales se trouve à une heure de vol de Bogotá ou de Villavicencio. Depuis Bogotá, vous voyagerez avec la compagnie Satena dans un ATR, un avion à hélices de 42 ou 72 places. Pour plus d’aventure, il faut prendre un vol depuis Villavicencio. Selon les jours, vous emprunterez soit une petite avionnette de 11 places maximum soit un mythique D-C3, cet avion bimoteur à hélices utilisé par les Alliés pendant la seconde guerre mondiale.   Ce n’est quand même pas courant de voyager dans un tel avion, c’était en tout cas une première. J’y monte par ses petites marches avec l’aide aimable du pilote et je m’assoie sur un coté du couloir, dos à la carlingue.  Nous sommes les uns à côté des autres avec devant nous l’ensemble des bagages et des cargaisons venant approvisionner les habitants de la zone.    ...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici