Colombie

Tintin en Colombie
Mar14

Tintin en Colombie

La Colombie revisitée à travers les aventures de Tintin ! Récit de reco réalisé par Laura, conceptrice voyages chez Terra Colombia.     Bon, on m’a demandé un fil conducteur pour accrocher le lecteur (il paraît que ça fonctionne) mais comme je n’étais pas inspirée, j’ai choisi Tintin. (Tintin / voyage – voyage / Tintin). Vous ne voyez pas ? … et bien c’est pareil.       Les 7 Boules de Cristal (ou les 7 Merveilles de Colombie) Lorsque l’on dit que la Colombie regroupe tous les paysages d’Amérique latine, ce n’est pas exagéré. En Colombie on a: – Les montagnes – La mer des Caraïbes – Le désert – La jungle amazonienne – Les villages coloniaux – Le Pacifique sauvage – Les rivières (on a failli les oublier celles-là !)   Dupond et Dupont (cerveau en ébullition … vous l’avez celle-là?) En plus d’avoir tous les paysages, on en a aussi certains qui ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde. Si, si, vous avez bien lu ! En Colombie, il y a une rivière appelée Caño Cristales ou la rivière aux cinq couleurs dans le département du Meta, mais aussi un mini Caño Cristales dans le Santander. On peut y voir des algues donnant des couleurs rouges, roses, jaunes, vertes à la rivière. Dans le mini Caño Cristales, on peut y observer les mêmes couleurs mais aussi des jacuzzis naturels tout le long de la rivière.   Tintin au Tibet (je vois venir les esprits critiques m’interdisant la comparaison) Nous voilà donc partis pour le mini Caño Cristales : Las Gachas. Il se situe sur la route entre Villa de Leyva et Barichara, près du village de Guadalupe. Pour y arriver nous partons de Barichara. Il faut savoir que les routes en Colombie sont un peu particulières : on est à 90 km de Las Gachas mais on va mettre plus de 3 heures pour y arriver. Les responsables? D’abord ces satanées montagnes présentes presque partout. On passe donc notre temps à basculer d’un versant à l’autre. Ensuite, les camions, notamment ceux des bières Aguila, qui roulent à 10 km/heure. Eh oui, on n’a pas de train en Colombie (eh non, on n’est pas dans le Temple du Soleil, le Pérou peut bien faire le fier cette fois). Bon, en fait, je me plains mais ce sont aussi nos montagnes qui font de ce pays un des plus beaux pays d’Amérique du Sud !   On a marché sur la lune (ou sur l’eau, c’est pareil) Bref, après environ 20 minutes de marche “bucolique”, nous arrivons à la rivière. Première opération : retirer ses chaussures et rester...

Read More
Colombie : île Gorgona, de l’enfer au paradis !
Aug22

Colombie : île Gorgona, de l’enfer au paradis !

Carnet de voyage sur l’île Gorgona Texte d’Anne-Laure, conceptrice voyages chez Terra Colombia.     Non, cet article ne sera pas un cours de religion, mais bien un récit de voyage sur l’Île Gorgona. Cette petite île colombienne au large du Pacifique découverte en 1524, ne fait que 9 kms de long et 2,5 kms de large. A 1h30 en bateau de la côte, ce petit bijou reste accessible bien que peu exploré. Gorgona étant un parc naturel protégé, sa faune et sa flore sont étonnamment riches.     G comme Gardienne Par le passé, Gorgona était le lieu de garde des prisonniers les plus dangereux du pays. De 1960 à 1984, une prison était en service sur l’ile. Loin du continent, elle permettait l’isolement des prisonniers et les empêchait de s’échapper.   Sa capacité de 800 à 900 personnes n’était souvent pas respectée : il y a eu près de 2 300 prisonniers et les conditions y étaient très rudes. Les prisonniers qui n’étaient pas dociles étaient enfermés dans des petites cellules et punis à coups de seaux d’eau toutes les heures.   Quant aux plus sages, ils étaient autorisés à sortir la journée et avaient des tâches assignées pour l’entretien de la plage, par exemple.   Avec le temps, la jungle a peu à peu envahi la prison, les surfaces se sont recouvertes de mousse, le sol est devenu boueux et les racines des arbres se sont logées dans certaines pièces.   Malgré cela, on peut encore bien s’imaginer la vie des prisonniers dans les différentes pièces : le dortoir, la salle à manger, les toilettes, la boulangerie, la laverie…     O comme Observation des baleines Gorgona est un des meilleurs spots sur la côte Pacifique pour observer les baleines. Depuis le restaurant, la plage, la lancha ou le bateau de plongée, les opportunités d’en apercevoir ne manquent pas. Ce qui compte, c’est la saison : de juillet à octobre, et même jusqu’à décembre bien qu’elles soient moins nombreuses en fin d’année.   Les baleines font un long voyage en migrant de la pointe sud de l’Amerique latine jusqu’en Colombie.   Pendant la saison propice, les baleines restent souvent proches de la côte ce qui rend leur observation plus facile. Elles peuvent rester jusqu’à 30 minutes sous l’eau, mais ont ensuite besoin de sortir pour respirer. Elles sortent aussi de l’eau pour se laver et enlever les parasites de leur peau.   Il arrive aussi qu’elles restent à la surface lorsqu’elles allaitent leurs petits.   Les balaineaux pesant environ 1 tonne, le corps massif des baleines adultes sortant de l’eau ne passent pas inaperçus, et on peut...

Read More
Colombie : la Guajira dans l’objectif
Dec12

Colombie : la Guajira dans l’objectif

Top 8 de Laura à La Guajira             Carnet de voyage à la péninsule de La Guajira, par Laura, conceptrice voyages chez Terra Colombia, séjours sur mesure en Colombie.                 Terre aride au bord de la mer des Caraïbes, c’est à la pointe la plus au Nord de l’Amérique du Sud que vit l’un des plus grands peuples indigènes : les Wayúu.   Découvrir leur territoire en partageant un temps d’immersion dans une famille est une expérience assurément marquante.   Objectif à la main, c’est dans La Guajira que nous partons à travers des paysages étonnants et des rencontres touchantes à la découverte d’une culture bien préservée.     #1 – Un grand peuple indigène: Les Wayúu Le peuple Wayúu est l’une des plus grandes communautés indigènes d’Amérique du Sud qui a résisté à la colonisation. C’est durant cette période qu’ils se sont retranchés dans ce désert inhospitalier où ils ont affirmé leur autonomie. Vivant à cheval sur la Colombie et le Venezuela, ce peuple semi-nomade a su conserver sa culture et ses traditions.  Leur langue, le Wayùunaiki, est partagé par tous et fonde leur identité.     #2 – Un désert de cactus au bord de la mer La Guajira étonne par ses paysages et le plus surprenant est ce désert de cactus au bord de la mer des Caraïbes. C’est le territoire le plus aride et le plus sec de toute la zone.     #3 – Un dégradé de bleu des Caraïbes S’il fallait décrire les paysages de La Guajira avec deux couleurs, ce serait sans aucun doute l’orange et le bleu. Bleu turquoise, bleu roi, bleu marine, bleu émeraude, bleu foncé… C’est une véritable palette qui change toutes les heures.     #4 – Des liens familiaux très forts La société Wayúu ne s’établit pas dans des villages mais est organisée en une vingtaine de clans répartis sur tout le territoire.   L’appartenance à un clan est déterminée par la mère, dans la famille de laquelle les enfants sont éduqués. La place de la femme est primordiale et ce sont elles qui transmettent la culture et le savoir. Communauté coupée du monde civil, ils accordent une importance très forte à la famille.     #5 – Un mode de vie si particulier Echanger avec les Wayúu est une chance unique de découvrir un mode de vie unique.   Les Wayúu attachent beaucoup d’importance à leur terre qu’ils quittent très rarement afin de la protéger mais surtout de conserver leurs traditions et leur indépendance si précieuse.   Sur cette terre si aride où la pluie se fait de plus en...

Read More
Zoom sur les Indigènes de Colombie
Apr24

Zoom sur les Indigènes de Colombie

            Carnet de voyage en Colombie, zoom sur les Indigènes, Hors Série 2017, par Galvin, concepteur voyages chez Terra Colombia.                 Chez Terra Colombia, nous vous proposons des voyages sur mesure et nous sommes chaque jour à la recherche de nouveautés pour vous faire découvrir la richesse et la complexité d’un pays aux mille facettes.   Depuis quelques mois, nous vous proposons une approche exclusive du pays à travers un thème nous paraissant illustrer de manière originale et intéressante notre terrain de jeu. Quelques belles réunions d’équipe durant lesquelles nous envisageons les différentes options de voyages d’exploration attrayantes nous ont vite découragés d’emprunter les routes classiques menant à Pablo Escobar (la série de Netflix nous ayant devancés 😉 ).   Chose souvent ignorée, la Colombie est LE pays du métissage ethnique et culturel avec une population parmi les plus variées d’Amérique Latine et du monde. Dans ce beau pays, les yeux bleus et les cheveux blonds se mêlent à la peau noire des descendants afro avec une importante population blanche et métisse. Mais ce n’est pas tout ! Si la présence espagnole est bien mise en évidence avec les villes coloniales qui parsèment le pays (Villa de Leyva, Cartagena, Popayan), l’héritage afro se retrouve dans de belles destinations (Côte Pacifique, Caraïbe, Village de Palenque, Providencia…).     Nous nous sommes donc rendu compte que la partie pré colombienne était bien souvent oubliée et qu’à l’exception de quelques sites archéologiques (San Agustin, Tierradentro…) à l’aura moins internationale que nos voisins Péruviens (Machu Picchu, Cusco…) ou d’Amérique centrale (Guatemala, Mexique…), cet héritage culturel et ces traditions millénaires étaient rarement mises en avant. Et ce, malgré une richesse indigène indéniable, préservée et dont les droits sont garantis par l’Etat depuis quelques décennies !   De là est née l’idée de monter notre Hors-série 2017 autour des communautés indigènes de Colombie, un voyage hors du temps et loin des sentiers battus pour découvrir les cultures emblématiques de cette belle nation.     La Colombie compte plus de 80 ethnies indigènes et près de 60 langues et dialectes disséminés sur 27 départements à travers plus de 710 réserves indigènes. Ces dernières disposent d’un statut unique où la propriété collective fait loi de règles et d’une autorité propre, indépendante de la législation colombienne classique permettant aux autochtones une autonomie importante, la promulgation de leur culture et la conservation de leurs traditions.     Devant l’étendue du pays, la variété des cultures existantes et les contraintes de temps des voyageurs, notre choix de parcours a dû se restreindre à des ethnies emblématiques, ce qui permet néanmoins la...

Read More
Le meilleur de la Colombie
Jan04

Le meilleur de la Colombie

Un portrait par mois, 5 thèmes choisis pour l’amour de la Colombie Travailler terra, c’est vivre “là-bas”, éprouver au quotidien le goût de la différence, la vibration de l’altérité. Dis-nous Laura, c’est quoi pour toi vivre au rythme de la Colombie ? Un lieu L’île de Providencia, un petit coin de paradis en pleine mer des Caraïbes. Sable blanc, mer à 30 degrés, fonds marins spectaculaires, langouste grillée, eau turquoise… Le bonheur Une expression Que Chimba ! Chevere ! Bacano ! Pour les colombiens, c’est comme si vous disiez “Super extra top génial trop sympa énorme trop cool” mais en un seul mot ! Un film Colombia Magia Salvaje. 90 minutes exceptionnelles montrant l’incroyable diversité de la faune et la flore. Un bel hommage à la beauté de ce pays. Une activité La salsa… c’est la Colombie: colorée, gaie, dynamique, intergénérationnelle ! Et à titre personnel, une grande passion. Une artiste Toto La Momposina : la grande dame de la chanson folklorique de la côte caraïbe. Une musique joyeuse inspirée des cultures africaine et indigène.     Le meilleur de la Colombie selon Laura Mauro, travel designer...

Read More
Colombie côte caraïbe et Parc Tayrona
Aug12

Colombie côte caraïbe et Parc Tayrona

          Carnet de voyage de Galvin, concepteur voyages chez Terra Colombia.                     Quelques mois que je suis devenu un Terra Boy et premier départ sur le terrain pour la côte Caraïbe et les alentours de Santa Marta.     Ma mission : redécouvrir le charme de la première ville fondée par les Espagnols sur le continent sud-américain et trouver de nouveaux sentiers pour visiter le célèbre Parc Tayrona, l’un des plus visités de Colombie célèbre pour ses plages de sable blanc paradisiaques.     Santa Marta, entre histoire, culture indigène et rythme caribéen   Quelques jours à parcourir les ruelles de Santa Marta où vieilles maisons coloniales, immeubles modernes, quartiers populaires et front de mer touristique se mélangent… Entre les histoires de pirates qui peuplent sa baie – au début de la colonisation espagnole, la ville fut très souvent pillée par les pirates -, l’ombre du Libertador – qui y finit ces jours-, tout cela sous le regard des peuples indigènes dans les montagnes de la Sierra Nevada. 4 tribus y sont toujours présentes : les Koguis, les Arhuacos, les Wiwas et les Kankuanos.     Les rues comme l’architecture sont un joyeux mélange de couleurs, entre les vieilles façades vétustes et le centre historique doucement réaménagé. Sur la côte, le rythme est langoureux, pas de stress mais du bruit. Si à quelques kilomètres les neiges éternelles de la Sierra nous rappellent que la fraîcheur existe, dans les rues de Santa Marta, la chaleur est omniprésente.   Et c’est avec plaisir qu’on prend le temps de s’arrêter sur l’une des nombreuses terrasses du centre historique pour boire un jus de fruits frais ou déguster une petite glace. La petite place appelée « Plaza de los Novios » – Place des amoureux- qui fut rebaptisée ainsi par les locaux de par le fait que beaucoup de jeunes gens venaient y passer leur rendez-vous galant à la nuit tombée, ainsi que ses jolies terrasses sont le centre de la vie citadine de Santa Marta.     La visite continue avec la partie historique et la Quinta San Pedro Alejandrino, dernière demeure de Bolivar, puis direction le musée de l’or que je visite accompagné d’une famille de Koguis, pieds nus et mâchant la feuille de Coca. Le père explique, dans sa langue gutturale, à sa petite famille que ce sont là les objets de leurs ancêtres qui sont exposés. Ici, les époques et les cultures se mélangent, un melting pot architectural et humain bien représentatif de la diversité colombienne.     Pour bien finir la journée, quoi de mieux qu’une promenade sur la...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici