Archives par destination

Île de Pâques : dessine-moi un Moai
Nov07

Île de Pâques : dessine-moi un Moai

Carnet de voyage chez les Moai             Récit de repérage terrain à l’Île de Pâques. Texte, dessins, photos et video de Marie Gadenne Viscontini, gérante chez Terra Chile.                 « J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait :   – S’il vous plaît… dessine-moi un » moai ! *   *Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry.    Après 5h de vol au départ de Santiago, c’est bien cette impression d’être seul au milieu de l’océan qui vous frappe en arrivant à Rapa Nui, plus connu sous le nom de l’île de Pâques.   Note au lecteur : si j’ai décidé de vous raconter mon voyage sur l’île de Pâques en trois dessins, il s’agit plus de doodle, ce gribouillage autorisé pour adulte que de croquis de voyage au sens noble du terme. C’est donc pour des soucis de véracité et de perspective que j’ai également réalisé une vidéo de notre reco :     Bienvenue sur l’île de Pâques L’île de Pâques est l’endroit habité le plus isolé au monde ce qui explique son nom originel : Te Pito o Te Henua, « nombril du monde ». Pendant des décennies les Rapanui ont pensé être seuls au monde ; le premier explorateur Jakob Roggeveen n’étant arrivé qu’en avril 1722, le jour de Pâques.   Aujourd’hui appelée Rapa Nui, ce nom rend la part belle aux origines polynésiennes de l’île.   Rapa Nui signifie « la Grande Rapa » et serait le nom donné par les premiers Polynésiens à être venus s’installer sur l’île en référence à Rapa Iti, la petite Rapa, une des îles les plus isolées de la Polynésie française. Un autre exemple, linguistique cette fois-ci : Bonjour en rapa nui se dit Iorana qui est une contraction de l’expression tahitienne Ia Ora Na.     A pieds, à cheval, en voiture ou à vélo, quand vous traversez cette île de 163Km2 tout vous rappelle la Polynésie : ses habitants tout d’abord, la végétation faite de palmiers et de bananiers et bien évidemment les poules, condition sine qua non à un voyage en Polynésie.   Le conseil Terra Chile : pour découvrir cette culture si particulière rendez-vous au musée anthropologique Père-Sebastien-Englert dans le centre de Hanga Roa.   Anatomie du Moai Avec plus de 900 Moais patrimoine mondial de l’UNESCO répartis sur toute l’île et une renommée internationale, ces grandes statues de pierre auraient été érigées entre 1250 et 1500 en l’honneur des ancêtres. Si l’on parle souvent des mystères de l’Ile de Pâques, un...

Read More
Voyage en Espagne : gastronomie, art et nature
Oct26

Voyage en Espagne : gastronomie, art et nature

Les cinq sens en éveil             Carnet de bord réalisé par Margaux, conceptrice voyages chez Terra España.                   Une Reco de voyage en Espagne digne d’une étoile Michelin mariant la gastronomie, la nature et l’art, allant du Pays Basque à la Galice en passant par la Cantabrie et les Asturies.   Ces quatre régions incarnent une Espagne plus discrète, sauvage et savoureuse.   Elles sont considérées comme l’antithèse de l’Andalousie de par son climat, sa végétation luxuriante et sa gastronomie plus raffinée. En préservant leurs côtes maritimes, elles ont su échapper à l’invasion du béton.   La culture y est omniprésente. On y parle le galicien (mélange de portugais brésilien et d’espagnol) et le basque (proche du celte). Leur architecture va du style plateresque (influence de la Renaissance italienne et du gothique) au style contemporain.     BILBAO ma première étape Connue pour le Guggenheim devenu son symbole en moins de 20 ans !   Je vous invite à flâner au cœur de son centre historique « las 7 calles », ses bars à pintxos tels que le Victor Montes et le Gure-Toki (l’un des gagnants du meilleur pintxo 2018). Belle promenade à faire également dans le quartier Getxo (accessible en métro) en longeant le fleuve Nervión rythmé par les entraînements d’aviron. Son pont transbordeur Bizkaia datant de 1893 (UNESCO) est encore en activité. Vous y trouverez également de beaux « palacetes » (=hôtels particuliers) le long de la plage et l’Alhondiga (=halle aux grains) devenue un centre culturel avec la collaboration de Philippe Starck (cocorico !)     Je quitte Bilbao pour prendre la route en direction de San Sebastian en passant par le rocher Gaztelugatxe (bien connu des fans de « Games of Thrones »). Puis, par le village de pêcheurs Getaria où se trouve le restaurant étoilé Elkano ainsi que le musée Balenciaga (pour les amoureux de la mode).   SAN SEBASTIAN mon coup de cœur Celle qui fait l’unanimité des gourmets avec ses 17 étoiles Michelin ! (possibilité d’assister à un atelier de cuisine pour y découvrir les secrets d’un chef étoilé dans un lieu emblématique afin d’épater vos amis lors d’un prochain dîner).   Elle incarne l’élégance, l’innovation. Elle est une référence incontestable en terme gastronomique et culturelle (à ne pas manquer : le festival international du film en septembre et le festival de Jazz en juillet). Ce n’est pas pour rien qu’elle fut élue capitale européenne de la culture en 2016 !   J’ai commencé par une balade commentée à vélo. Parfait pour un premier aperçu de cette Donostia (en basque) divisée entre l’ancienne et la nouvelle ville.   Puis,...

Read More
Johannesburg : weekeng à Maboneng!
Oct18

Johannesburg : weekeng à Maboneng!

Le meilleur de Maboneng             Video, texte et photos de Morgane, conceptrice voyages chez Terra South Africa.                     Pour ceux qui faisaient l’impasse sur Johannesburg pour filer au Cap, au Kruger ou sur la Garden route, voici une des multiples raisons pour faire un détour ou vous attarder un peu plus dans la plus grande ville d’Afrique australe.     Johannesburg change Malgré une réputation peu réjouissante, la capitale économique sud-africaine ne manque pas d’atouts pour le voyageur qui souhaite l’apprivoiser. Tout n’a pas changé certes, mais se promener dans certains quartiers du centre historique offre de belles expériences & découvertes.   Outre la visite indispensable du township de Soweto pour mieux comprendre l’histoire et la réalité du pays, la ville de l’or, offre de nombreuses pépites. Elle est même devenue un lieu branché pour une étape de trois ou quatre jours, idéalement lors d’un long week-end. C’est en effet le samedi et le dimanche que se concentre l’animation dans les quartiers de Maboneng, Melville ou 44 Stanley. Voici, un de mes coups de cœur.     Maboneng : poumon culturel & multiracial Je me suis prêtée au rythme des habitants de Jozie, (pour les intimes), le temps d’un week-end prolongé et suis allée à la découverte d’un des quartiers dont on m’avait tant parlé, j’ai nommé Maboneng. Ancienne zone industrielle, qui signifie “lieu de la lumière” en sotho, (une des 11 langues officielles du pays), Maboneng est un petit quartier structuré à partir de Fox street (épine dorsale de Maboneng), désormais géré par un investisseur privé.     On y trouve, pêle-mêle, boutiques de créateurs, galeries d’art, restaurants, bars rooftop (bars en haut d’immeubles offrant une vue panoramique sur la ville) hôtels, lieux culturels… Des entreprises y ont installé leurs locaux, des particuliers peuvent y acquérir un appartement. Le week-end, c’est le lieu de rendez-vous d’une population souvent jeune, multiraciale.   Après l’avoir découvert de nuit avec ses roof tops qui offrent des panoramas urbains à perte de vue, j’y suis retournée le dimanche, dans une ambiance moins effrénée. Je vous conseille de vous balader notamment à Arts on Main, un ancien parking réaménagé en lieu de création avec galeries et magasins de créateurs, la semaine.     Tous les dimanches, l’endroit se transforme en un immense foodcourt hipster. Au-delà des multiples échoppes et ateliers d’artistes, j’ai pu me désaltérer dans la cour intérieure, bruncher au rez-de-chaussée, et enfin danser aux sons de musiques latines le dimanche soir en plein air sur le toit terrasse.   Je me suis baladée dans les rues pour m’imprégner de...

Read More
Australie : Globe trotters & reporters en herbe
Oct05

Australie : Globe trotters & reporters en herbe

          Carnet de voyage en famille en Australie : Globe Trotters power !               Les A.A.A  sont venus nous voir en Australie ! A comme Adrien A comme Alexandre A  comme  Antoine   Ils ont des airs de famille, normal. Les A-A-A sont frangins et je dirais même plus : Adrien et Alexandre sont jumeaux ! Et Antoine le « benjamin ». Ils nous ont laissé leur vision de l’Australie : leurs icônes, coups de cœur… dans leur carnet de voyage !     Il y a des phrases toutes faites comme « Les voyages forment la jeunesse », mais notre métier d’agence locale nous permet d’assister à la naissance de véritables vocations comme : GLOBE TROTTERS REPORTERS !   Extraits choisis … de leur poésie voyageuse :     Les AAA à Sydney Visite de l’Opéra, il est incroyable, son architecture est semblable à des voiles !       Les AAA à l’Ayers Rock Uluru : les lumières ressemblent à des  fleurs, c’est trop beau !       Les AAA dans la Hunter Valley « Papa goûte du vin, belle vue, et on a vu des centaines et des centaines de Kangourous ! »     Les AAA et le surf Départ à la plage des surfeurs… nous nous arrêtâmes nous baigner dans des vagues gigantesques !     Les AAA et l’Art Aborigène   Les AAA et la faune australienne : «  On a vu des dauphins, j’ai réalisé mon rêve ! »     « Un Kangourou ! Trop bien ! Il était très près de nous »     «  On a vu un possum (sorte de petit singe –rat) c’est un marsupial » « Ps : j’ai vu des cacatoès ! »     Encore merci aux AAA ! Et leur vision de l’Australie ! A bientôt pour de nouvelles Aventures en famille au pays  d’Oz !   1-2-3 c’est parti !     Contactez Cat pour en savoir plus sur les voyages en famille en Australie...

Read More
Road Trip Nordeste do Brasil : Jericoacoara & Lençois Maranhenses
Sep14

Road Trip Nordeste do Brasil : Jericoacoara & Lençois Maranhenses

Les 5 commandements de la route des émotions Carnet de voyage by Samuel, concepteur voyages chez Terra Nossa.     Moins connue que les grands classiques du tourisme brésilien comme Rio ou Salvador, la route des émotions porte bien son nom. Ces 800 kms de circuit itinérant traversent les 3 états du Ceará, Piauí et Maranhão et proposent un cocktail étonnant d’ambiances, de couleurs et d’activités.   La beauté de ses plages, du luxuriant delta de Parnaíba et du parc des Lençois Maranhenses impose un respect divin envers Dame Nature. En bon disciple, à moi de vous transmettre ses 5 commandements pour un voyage réussi.   1.En buggy, les plages du Nordeste tu arpenteras     À la recherche de sensations fortes et de dépaysement, l’expédition buggy est faite pour vous. Au programme, une véritable croisade entre dunes, plages, rivières et routes asphaltées avec l’équipe francophone d’Everardo. Idéal pour souder un groupe et/ou se retrouver en famille.     2.Correctement Jericoacoara, tu prononceras   Parmi le lot de secrets du Nordeste, laissez-moi vous révéler le plus important: le diminutif de Jericoacoara est tout simplement « Jeri ».   Prière d’oublier les Jerico, Jerciquoiquoi, Jericacao et autres hérésies…   Village de pêcheurs aux parfums hippies, Jericoacoara est devenu une destination à la mode. Posé sur le sable au milieu d’une réserve naturelle, on s’y repose en admirant le coucher du soleil sur la dune du « Pôr do sol » comme on y festoie dans les soirées les plus branchées du Brésil. À vous de choisir.     3.Le Delta de Parnaíba, tu traverseras     Coincé entre les plages du Céara et les dunes du désert des Lençois, le delta de Parnaíba fait office d’oasis au goût de jardin d’Eden dans cet océan de sable. Troisième plus grand delta au monde, ses 80 îles composées de forêts de mangroves abritent caïmans, singes hurleurs, capivaras et ibis rouges.   Avis aux voyageurs: pour l’observation de la faune, mieux vaut prévoir un safari nocturne, les animaux étant timides la journée.     4.Dans le parc des Lençois, comme un enfant, tu t’amuseras     À l’instar de sa population, la nature brésilienne est le fruit de tous les mélanges. Le parc des Lençois en est l’illustration parfaite. Imaginez un mariage entre dunes de sable et lagunes d’eau douce, métissage parfait de matières et de couleurs. La traversée du désert ne peut être qu’agréable voire ludique. Dans cet environnement lunaire, comment ne pas se perdre et réapprendre à vivre. Bercés par les alizés, les voyageurs retrouvent leur âme d’enfant et font de ces 1 150 km2 un magnifique terrain de jeux.  ...

Read More
La Péninsule du Yucatan vue de l’intérieur
Sep05

La Péninsule du Yucatan vue de l’intérieur

Yucatan Inside             Carnet de voyage au Yucatan par Corentin, logisticien chez Terra Maya.                   Cancún, ses hôtels de luxe et ses plages, le petit paradis d’Holbox, la majestueuse Chichen Itzá, etc. Autant de destinations mondialement connues et reconnues qui attirent chaque année les touristes du monde entier.   Mais la péninsule du Yucatan a bien d’autres choses à offrir : petits cenotes intimistes perdus au bout d’une piste, savoir-faire artisanal hors du commun, sources d’eau douce paradisiaques dans la mangrove, histoires de la Guerre des Castes à écouter de la bouche des anciens du village, etc. Autant de petites perles disséminées dans cette grande plaine recouverte d’une forêt luxuriante, le plus difficile restant … de les découvrir.   Et pour ce faire, rien de tel qu’un bon vieux road trip. Nous sommes donc partis en voiture avec Adelind pendant une semaine de repérage. Appareils photos et caméra chargés, calepins, hamacs dans le coffre toujours prêts à dépanner en cas de pépin (qui est déjà tombé en panne au milieu de la jungle saura de quoi je parle), anti-moustique, crème solaire et chapeaux de paille obligatoires. On fait le plein et c’est parti!         Première étape: Yokdzonoot, dans le cenote du village où il fait toujours bon piquer une tête au milieu des énormes racines des arbres en surplomb. Tout en observant la multitude d’oiseaux Tho qui volent au dessus de nos têtes en chassant les insectes.     On en profite pour manger des panuchos dans l’excellent restaurant de la coopérative. Puis, on reprend la route pour arriver au cenote Chooj-Ha, le plus impressionnant que je connaisse. José nous y accueille, fusil à la main (il nous jure qu’il ne chasse pas les touristes, nous voilà rassurés).   La pluie torrentielle fulgurante dont le Yucatan a le secret nous force à nous abriter sous un petit toit de palme. Cela nous donne le temps de discuter avec ce personnage haut en couleur. Nous sommes même invités à la chasse. La prochaine fois, nous n’y manquerons pas ! Il nous dit également qu’un Alux (sorte de lutin habitant le lieu, dans la cosmovision maya) habite dans un des recoins de la grotte… Espérons qu’il soit accueillant!     La pluie se dissipe enfin et nous entrons dans le cenote par un grand escalier en bois. Totalement sous-terrain, on reste bouche-bée devant l’eau bleue turquoise. Les énormes colonnes de stalactites se jettent du plafond jusqu’au fond du cenote. Cela donne l’impression d’une cathédrale gothique qu’on aurait enterrée là, au milieu de la forêt. Les...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici