Sébastien Cœur

Colombie : Caño Cristales, rivière arc-en-ciel
Feb04

Colombie : Caño Cristales, rivière arc-en-ciel

            Récit de Sébastien Coeur, conseiller voyages chez Terra Colombia. Photos de Mario Carvajal.                   Partons aujourd’hui à la découverte d’un endroit unique au monde, situé en plein cœur de la Colombie, dans le Meta, l’une de ses 32 régions. Cet endroit est modestement surnommé « la plus belle rivière du monde » ou bien « la rivière qui s’est échappée du paradis ». Le titre parait exagéré mais il est difficilement contestable une fois sur les berges de ce majestueux cours d’eau. Bienvenue à Caño Cristales.   Nous serons tous d’accord pour dire que nombre de voyages ont commencé sur une carte. Sur une page internet ou celle d’un atlas, peu importe, les questions sont les mêmes : quels sont les sites d’intérêt de ce pays, de cette région ? Comment faire pour aller d’ici à là ? Quels obstacles devrons-nous franchir ? Je vous invite donc à commencer cette lecture en ayant une carte de Colombie sous les yeux, et de placer votre doigt sur ce qui serait pour vous le point central du pays.     Si tout va bien (et attention, ce qui suit n’est pas valable sur une carte politique), vous pointez une zone naturelle à la végétation dense, à l’Est de la cordillère orientale, et au sud de Bogotá, apparemment assez proche de la capitale. En apparence seulement, car avoir la chance de connaitre cette merveille naturelle se mérite. Arriver au village de la Macarena, point d’entrée de Caño Cristales, ne se fait que par voie aérienne tant les routes environnantes sont hors d’usage. L’avion peut arriver soit de Bogotá (3 à 4 vols par semaine avec la compagnie Satena) soit de Villavicencio, ville se trouvant à deux heures de route au Sud de Bogotá.   Caño cristales se trouve à une heure de vol de Bogotá ou de Villavicencio. Depuis Bogotá, vous voyagerez avec la compagnie Satena dans un ATR, un avion à hélices de 42 ou 72 places. Pour plus d’aventure, il faut prendre un vol depuis Villavicencio. Selon les jours, vous emprunterez soit une petite avionnette de 11 places maximum soit un mythique D-C3, cet avion bimoteur à hélices utilisé par les Alliés pendant la seconde guerre mondiale.   Ce n’est quand même pas courant de voyager dans un tel avion, c’était en tout cas une première. J’y monte par ses petites marches avec l’aide aimable du pilote et je m’assoie sur un coté du couloir, dos à la carlingue.  Nous sommes les uns à côté des autres avec devant nous l’ensemble des bagages et des cargaisons venant approvisionner les habitants de la zone.    ...

Read More
Colombie : le réalisme magique à Mompox
Feb13

Colombie : le réalisme magique à Mompox

      Par Sébastien Cœur, concepteur de voyages chez Terra Colombia             Colombie, García Marquez, Mompox : Looking for Macondo.   Macondo, ce nom ne vous dit peut-être rien, mais c’est pourtant l’un des symboles du réalisme magique dans l’univers de Gabriel García Marquez, le seul écrivain colombien ayant reçu, en 1982, le prix Nobel de littérature. Macondo est le village imaginaire, situé dans la région du Magdalena entre la mer des caraïbes et la Sierra Nevada, dans lequel se déroule les aventures de la famille Buendía, protagoniste du chef d’œuvre du maître colombien: « Cent ans de solitude ».   Petite immersion dans l’ambiance de Mompox:     Si Aracataca, la cité natale de García Marquez, pourrait à bien des égards admettre la comparaison avec Macondo – au point même que son maire a voulu, il y a quelques années, renommer sa ville du nom de Macondo afin de rendre hommage au plus illustre des Aracateño – je vous invite aujourd’hui à découvrir Mompox, certainement le dernier village entièrement colonial de la région Caraïbes, au sens large, et problablement le seul que l’on puisse encore comparer avec la terre natale des Buendía tant le temps semble s’y être arrêté. Arrivée à Mompox – Colombie   Se rendre à Mompox, depuis Santa Marta ou Carthagène, est une aventure en soi. On y accède par voies terrestre et maritime. C’est un trajet qui peut durer entre 6 et 7 heures, sur des routes (ou parfois des pistes) assez lentes, mais c’est l’occasion de passer par un grand nombre de petits villages, d’observer une végétation dense et une quantité impressionnante d’animaux. Quelqu’un d’observateur verra le passage dans tous les villages comme une source d’informations sans limite. Les lecteurs de Gabriel Garcia Marquez ne pourront se défaire de l’impression d’être en plein cœur de l’un de ses romans. Je vous propose donc une immersion dans la Colombie « profonde », authentique, historique. En effet, Mompox, deuxième site colombien à être classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, est une ville coloniale très riche historiquement, par laquelle passaient tous les bateaux de la Grande Colombie et toutes les marchandises qui venaient de l’intérieur des terres et allaient jusqu’à Carthagène. Le fleuve Magdalena était à l’époque une véritable route. Douanes de Mompox – @ Luis Alfredo Dominguez Hazbun Mompox était donc une ville riche, dans laquelle s’est développé l’artisanat fin de l’or et de l’argent (filigrane). Vous pourrez prendre le temps de visiter certaines des 6 églises, de rencontrer les artisans dans leurs ateliers de filigrane, de parcourir un magnifique cimetière où le blanc prédomine et dans lequel une...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici