Luc Durieux

Brésil : Top 6 Ponta da Joatinga
Aug16

Brésil : Top 6 Ponta da Joatinga

Reco dans la communauté Caiçara de Ponta da Joatinga Texte, photos et vidéos de Luc, gérant Terra Brazil, accompagné de Nicolas, ancien gérant de l’agence.     1. Isolement A proximité de la charmante ville coloniale de Paraty, la réserve écologique de la Joatinga attire depuis plusieurs années l’attention des voyageurs pour ses beautés naturelles et sa biodiversité préservée, entre mer aux eaux vertes émeraude et montagnes verdoyantes.   Des itinéraires de randonnées ont été tracés au coeur même de la Réserve par les acteurs du tourisme pour les voyageurs curieux en quête d’aventure.   Cependant, ces circuits ont toujours ignoré la petite communauté de Ponta da Joatinga (“Pointe de la Joatinga”) en raison de son isolement. L’accès à pied est long et complexe, en bateau, et peut être fortement agité.   Ces contraintes géographiques ont maintenu jusqu’à présent le village isolé de toute activité touristique.   Ce petit village de pêcheurs, à flanc de montagne, vit paisiblement au rythme de l’océan.       2. Déconnexion Il y a des endroits comme ça qui ne laissent pas indifférent. Le temps semble ne pas avoir de prise sur ce coin du bout du monde. Pas d’électricité, pas de wifi, plutôt préservé des effets de notre société de consommation. On se sent bien, on déconnecte.   À quelques minutes de marche du village, on prend de la hauteur pour atteindre le phare de la Joatinga culminant à 167 mètres d’altitude. Place à la contemplation avec des vues privilégiées sur toute la péninsule du même nom. Le lieu est paisible, le silence invite à la méditation. On aperçoit à peine les toits des maisons du petit village, camouflés dans la forêt atlantique.   Depuis le phare, l’océan s’ouvre devant nous, on se sent tout petit. On reste là des minutes, des heures à admirer un lever de soleil, un vol d’oiseau, un paysage, un coucher de soleil…   On en oublierait presque qu’on est en mission, hein Nico ?           3. Animation & partage Retour au village accroché à la montagne.     On passe de maison en maison, on y rencontre une dame qui étend du linge, un homme qui répare ses filets de pêche, On échange 2-3 mots. Un autre nettoie ses poissons frais, des enfants courent d’un sentier à un autre, dévalant les pentes entre les habitations de la communauté Caiçara. Deux habitantes nous présentent leur projet d’artisanat et leurs confections décoratives. On croise le responsable de la “maison de la farine” (où les villageois élaborent leur farine de manioc) qui nous invite à découvrir le processus de fabrication traditionnel. Les chants de la...

Read More
10 bonnes raisons de s’aventurer sur le trek de l’Or à la Serra da Bocaina
May29

10 bonnes raisons de s’aventurer sur le trek de l’Or à la Serra da Bocaina

              Carnet de voyage dans le Parc National Serra da Bocaina au Brésil, par Luc, gérant Terra Brazil.                   Un aperçu video pour commencer:     1. Fuir la civilisation La Serra da Bocaina est idéalement située entre Rio de Janeiro et São Paulo.     On fuit les grandes agglomérations en prenant de la hauteur depuis la vallée de Paraiba pour rejoindre la petite et paisible ville de São José do Barreiro. Un véritable havre de paix dans la partie haute du Parc à plus de 1600 mètres d’altitude. Le Parc fait partie de la Serra do Mar, chaine de montagne avec des sommets à plus de 2000 mètres et plongeant dans l’Océan Atlantique, des paysages exceptionnels. Ce trekking propose donc de partir de 1600 mètres d’altitude pour rejoindre la mer.       2. Faire un retour à l’époque coloniale, phase marquante de l’histoire du Brésil Au-delà de la nature exubérante et ses paysages fascinants, ce chemin vous ramène à l’époque du cycle de l’Or fin 18e début 19e siècle. La région était alors occupée par les Indiens Guaianás. L’or provenait de la région intérieure du Minas Gerais et était acheminé à dos de mules par les troupes de la Couronne Portugaise jusqu’à Paraty, d’où partaient les bateaux pour le Vieux Continent chargés d’or et autres richesses naturelles du Brésil. Les sentiers que nous empruntons représentaient la route non-officielle utilisée par les contrebandiers qui fuyaient les contrôles et taxes appliquées par les troupes portugaises. Ils accédaient ainsi au petit port de Mambucaba à quelques kilomètres de Paraty.     3. Servir de repas pour les Indiens Guaianás? L’aventure des contrebandiers n’étaient pas sans encombres. Traversant des territoires indigènes Guaianás, certains ne verront jamais les plages idylliques de la Costa Verde, servis bien malgré eux comme plat principal d’un festin Guaianás.   De nos jours, le doute persiste encore sur la présence de la communauté indigène dans les forêts de la Bocaina. Prudence et vigilance sont de mise. Gardez un oeil sur vos compagnons de randonnée…     4. Trouver une pépite Les Indiens n’avaient que faire des cailloux transportés par le “plat principal”. Ouvrez l’oeil, à défaut de rencontrer des autochtones cannibales, vous aurez peut être la chance de débusquer une petite pétite d’or, heureuse de trouver un nouveau propriétaire.       5. Emprunter un chemin pavé au cœur d’une forêt luxuriante Ces sentiers alternatifs furent découverts par les troupes portugaises. À l’apogée du cycle du café, entre 1840 et 1864, elles décidèrent d’élargir et de paver tout le chemin jusqu’au littoral...

Read More
Brésil : Pantanal, Amazonie et Monte Roraima
Jun21

Brésil : Pantanal, Amazonie et Monte Roraima

          Récit et photos de Nivea, Luiza et Luc, conseillères voyage et nouveau gérant de Terra Brazil.                     L’année 2014 a été marquée par une volonté collective de mise au vert. En effet, toute l’équipe Terra Brazil a choisi de fuir l’agitation carioca (de Rio de Janeiro) et la vie urbaine pour prendre un grand bol d’air frais, d’autant plus après une coupe du monde de football bien animée. Pour cela, rien de tel que de choisir les plus grands espaces naturels du pays :   Luiza a choisi les vastes étendues sauvages partiellement inondées du Pantanal et les sources d’eaux cristallines de Bonito. Nivea s’est évadée en Amazonie en pleine période de coupe du monde de football pour suivre l’événement avec les caboclos. Luc s’est attelé à l’ascension du Monte Roraima, situé à l’extrême Nord du Brésil. Voici ci-dessous le récit de nos aventures :     Luiza au Pantanal Le Pantanal est une région pleine de prairies et savanes inondables (selon la saison) où la diversité animale est facilement observable du fait d’une basse végétation. L’endroit est très recherché pour les amoureux de la nature et de photographie.   Ce que très peu de personnes savent est qu’il existe “12 différents” (voire plus) Pantanal. Ces sous-régions sont définies en accord avec le régime des eaux des rivières, ce qui modifie la répartition de la flore et de la faune et les caractéristiques de chaque région.   Lors de mon voyage de reconnaissance, j’ai eu l’occasion de découvrir 3 différents ecosystèmes à travers la visite de quelques fermes. Il est intéressant de noter que selon l’accessibilité et les caractéristiques de la nature, chaque “fazenda” developpe un type différent d’activités : bétail, élevage de chevaux, cultures de riz, etc.   J’ai choisi de vous présenter la région du Rio Negro.   L’aventure commence à Campo Grande où, à ma grande surprise, j’ai été informée que mon transfert terrestre avait été annulé ! (aie !) 10 minutes après, nouvelle surprise : le transfert sera fait en avion ! Du village d’Aquidauana, embarquement à bord d’un petit avion et début de mon aventure direction le Pantanal. En altitude, nous pouvons comprendre un peu mieux le relief et apprécier la beauté des paysages.       Une fois sur place, à partir du Rio Negro, la découverte de la région se fait à pied ou en barque.           L’attrait principal de la visite de cette ferme est que toutes les visites sont faites en privatif, et les propriétaires sont toujours présents pour les petites attentions.   Et...

Read More
Brésil : la région des canyons
Sep30

Brésil : la région des canyons

              Par Luc Durieux, conseiller voyage chez Terra Brazil                     Des changements se profilent au Brésil : Terra Brazil laisse du terrain dans le Nord du pays au bénéfice de Terra Nossa, pour en partie se concentrer un peu plus sur le Sud du pays.   Il est temps de faire du neuf et d’explorer un peu ce Sud afin de se spécialiser toujours plus. Voici les principales caractéristiques des Etats du Rio Grande do Sul, Santa Catarina et Parana :   –        Zone colonisée par des immigrés allemands, slaves, italiens essentiellement, où la culture européenne y est très marquée (on y fête par exemple l’Oktoberfest ; on peut retrouver des dialectes mélangeant allemand et portugais).   –        Climat européen : l’hiver est la saison préférée des touristes brésiliens pour le froid (températures passant dans les négatifs) et les quelques flocons de neige que l’on rencontre dans les Serras Gaúcha et Catarinense.   –        Niveau économique, le Sud représente la zone la plus développée du pays.   Faisant suite à la reco de Luiza de « Floripa » au littoral du Paraná, j’ai choisi de partir encore plus au Sud et parcourir la Serra Gaúcha et la Serra Catarinense de Porto Alegre à Florianópolis. Cette petite chaîne de montagnes longe le littoral, alignant de superbes canyons et points de vue.   1ère étape/ Porto Alegre, qui a accueilli le premier match de l’Equipe de France lors de la Coupe du Monde de Football le 15 juin dernier. Je récupère ma voiture de location et pars à la découverte de cette ville sans charme, sans intérêts particuliers. Ville accueillant surtout un tourisme d’affaires.     2ème étape / Départ pour les deux grandes attractions locales : les villes jumelles de Gramado et Canela, distantes de 8km. Je commence à prendre un peu de hauteur. Approchant de mon but, la route est magnifique : les hortensias sont en fleurs (floraison de début décembre à mi-janvier environ).       Arrivé à Gramado, tourisme de masse. Les hortensias sont au rendez-vous, les bus à touristes aussi. Principale attraction de ces 2 villes : les fêtes de Noël, avec une énorme programmation de spectacles, animations… de début novembre à mi-janvier. A cette période, les deux villes sont bondées. Elles se transforment en véritable parc d’attractions, paradis des enfants.   Comme tout paradis qui se respecte, il y a du chocolat. La ville a accueilli 5-6 fabriques de chocolat, j’en ai visité seulement 3, avec dégustation. Spécialité des restaurants : la fondue.     Quelques années auparavant, Canela vivait dans l’ombre de Gramado. Canela s’est spécialisée...

Read More
Brésil : sous les cocotiers de Bahia
Dec30

Brésil : sous les cocotiers de Bahia

  Récit de voyage de la team Terra Brazil, par Agathe Guy, gérante, et Nivea Atallah, conseillère voyage.       A notre tour, en cette fin d’année, de boucler les valises pour nous évader de notre vie Carioca si tranquille. Direction Bahia et plus particulièrement la côte de Coco. Aprés avoir parcouru une cinquantaine de kilomètres et sa succession de plages aux noms célèbres – Arembepe, Imbassai – nous arrivons à Praia do Forte, sa vedette. Petit village de pêcheur qui, contrairement à ses voisins, a privilégié un aménagement plûtot bien réussi pour accueillir de nombreux visiteurs, Praia do Forte est également reconnu pour accueillir le projet Tamar – centre d’étude et de protection des tortues dont la région regorge.   Praia do Forte – Brésil Ne vous attendez pas à lire ici nos exploits de trek sur des sommets enneigés ou nos balades marines en compagnie de requins – nous devions rester fidéles au côté mélo et tranquille de la région et ne surtout pas trop en faire…   Praia do Forte – Equipe Terra Brazil Caipirinha de Caju (fruit de la noix de Cajou), Caipirinha de Maracujá (Fruit de la passion), Caipirinha de Acerola (Cerise des Antilles trés riche en vitamine C) – le choix fut difficile donc nous les avons toutes goûtées.   Agathe et Nivea a Praia do Forte – Brésil Nous partageons donc volontiers la recette de la Caipirinha, c’est cadeau.   Allez, trêve de plaisanterie.   L’esprit de curiosité propre à notre métier a bien évidemment repris le dessus: Nivéa, Luc et Luiza sont partis à la découverte de Mangue Seco, situé à une centaine de kilometres de Praia do forte. Nivea nous en a ramené son histoire et quelques jolies photos.   Mangue Seco, la terre de Tieta do Agreste – récit de Nivéa   Dunes de sables blancs, Mangue Seco – Brésil L’endroit : Mangue Seco, un petit village de pêcheurs perdu entre immenses dunes de sable blanc et cocotiers, au nord de Bahia.   La femme : Tieta do Agreste, célèbre personnage de Jorge Amado, un des plus grands auteurs brésiliens.   L’histoire: on raconte que la chevrière Tieta, adolescente, fut rejetée par son père pour avoir perdu sa virginité. Une vingtaine d’années plus tard, riche, la fille prodigue revient dans sa ville: Mangue Seco.   Plage de Mangue Seco – Brésil Depuis 1977, année de publication du livre, l’histoire pleine de sensualité et de critique sociale a été adaptée pour le cinéma et la télévision. Flashback musical avec le générique de la telenovela Tieta (1986), inspirée du roman de Jorge Amado et grand succès de la télévision au...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici