Laurène Dubreuil

Lesotho : rencontre sur le toit de l’Afrique
Dec27

Lesotho : rencontre sur le toit de l’Afrique

            Carnet de voyage au Lesotho, par Laurène, nouvelle gérante Terra South Africa.                   Le voyage de reco terrain de Laurène en video !     L comme Lesotho Le pays a accédé à son indépendance en 1966 et compte seulement 2 millions d’habitants, les Basotho qui parlent le Sesotho. Ce superbe petit pays, grand comme la Belgique, est économiquement très dépendant de l’Afrique du Sud. Sa devise : « Paix, pluie et prospérité ».         E comme enclavé Ce petit royaume, bien qu’enclavé au cœur de l’Afrique du Sud ressemble peu à son voisin. En effet, le Lesotho est un territoire montagneux sans accès à la mer et dont l’histoire n’a pas été marquée par l’Apartheid. C’est une monarchie constitutionnelle dont le souverain actuel est le roi Letsie III.       S comme Semonkong Petit village situé à 120 km de Maseru la capitale, à l’intérieur des terres. Vous ne pouvez y circuler qu’à pied ou à cheval.   Les chutes de Maletsunayne sont la principale attraction, avec la descente en rappel de 180 m, la plus longue du monde !     O comme Odyssée Voyager au Lesotho est assurément une expérience mémorable que vous garderez longtemps parmi vos meilleurs souvenirs. Le tourisme y est très peu développé pour l’instant, donc tout y est authentique.   Le pays est intact et permet une découverte quotidienne aux rares touristes qui s’y aventurent.       T comme toit de l’Afrique C’est l’autre nom donné au Lesotho car tout le territoire est situé au-dessus de 1 400m d’altitude avec un point culminant à 3 482 m:  le Thabana Ntlenyana. Le relief est volcanique et les températures avoisinent 0 degré de juin à août.       H comme horse Au-delà de l’activité touristique, c’est avant tout le moyen de transport du peuple Basotho. En effet, dans certaines parties reculées du pays, les routes sont presque inexistantes. Les ânes et les chevaux sont alors le seul moyen de transport, hors des sentiers battus …       O comme ouverture d’esprit du peuple Basotho Muni de sa traditionnelle couverture et d’un chapeau de forme conique, le peuple montagnard Basotho vous fera découvrir ses villages et partager sa culture. Leur gentillesse et ouverture vous surprendront et vous toucheront.     Contactez Laurène pour plus d’infos sur son voyage au Lesotho !   Consultez notre circuit traversant 3 pays dont le Lesotho pour une découverte de l’Afrique australe :   Rendez-Vous en Afrique Australe : Afrique du Sud, Lesotho &...

Read More
Vivre à Cape Town selon l’équipe Terra South Africa
Jun03

Vivre à Cape Town selon l’équipe Terra South Africa

Vivre à Cape Town selon l’équipe Terra South Africa !  

Read More
Le meilleur de l’Afrique du Sud avec Laurène
Jul15

Le meilleur de l’Afrique du Sud avec Laurène

Un portrait par mois, 5 thèmes choisis pour l’amour d’un pays Travailler terra, c’est vivre “là-bas”, éprouver au quotidien le goût de la différence, la vibration de l’altérité. Dis nous Laurène, c’est quoi ton best of de l’Afrique du Sud ? Un lieu La réserve naturelle de Kagga Kamma, dans les montagnes du Cederberg, qui mêle tout ce que j’aime : vie sauvage, flore, et histoire (les fresques rupestres ont plus de 6000 ans !). Un plat La milk tart. Une tarte au lait qui ressemble à un flan, mais avec une texture légère et mousseuse. Saupoudrée de cannelle, elle est servie lors des grands barbecues familiaux, une pure tradition ! Une activité La randonnée. En vivant au Cap, les options de balade sont à portée de main.Table Mountain, Lion’s Head, Devil’s Peak … les paysages de là-haut sont tout simplement dingues. Une expression Ag shame man ! (faire traîner le Arrrr) soit littéralement “mince alors !”. Couteau suisse de la langue, on l’utilise pour exprimer la compassion, l’admiration, l’étonnement … Une artiste Brenda Fassie (1964 – 2004) chanteuse d’origine xhosa. Chantre de la vie quotidienne dans les townships de Johannesburg, elle fut surnommée “la Madonna des bidonvilles”. Laurène Dubreuil, conceptrice voyages, Terra South Africa, Afrique du...

Read More
Afrique du Sud : de Johannesburg à Durban
Apr27

Afrique du Sud : de Johannesburg à Durban

              Récit et photos de Laurène Dubreuil, conceptrice voyages chez Terra South Africa.                   A peine arrivée chez Terra South Africa et déjà en reco (et bien, elle perd pas de temps celle-là !!).   C’est donc mon premier récit de reco et j’ai vraiment tout tenté pour avoir le meilleur récit : tomber en panne d’essence, crever, s’ensabler, se faire attaquer par un éléphant… Rien de tout cela ne s’est produit, parfois j’y étais presque…mais non !   Pour autant, j’ai vécu de grands moments inoubliables, alors c’est parti pour 18 jours et plus de 3 300 km avec ma Hyundai i20 à travers 5 régions d’Afrique du Sud et le Swaziland !       L’aventure commence à Johannesburg dans la région du Gauteng, après avoir récupéré ma voiture à l’aéroport, je découvre ce que signifie réellement le mot « embouteillage » : vendredi, 13h, à l’arrêt sur la M1 (4 voies) qui traverse Johannesburg pendant 2h ; la cause ? un énorme carambolage.   Durant ces 2 jours à Johannesburg, je cours partout car je suis en retard à toutes mes visites d’hôtels à cause des embouteillages. J’apprends en même temps à me servir du nouveau GPS qui m’aidera beaucoup à certains moments mais qui, parfois, me perdra complètement. Par exemple, lorsque je cherche le départ de mon tour de vélo à Soweto et que le GPS m’amène au fin fond du township par des routes qui n’existent plus (ou pas encore) ou lorsqu’il me fait passer aux abords du stade où chante le soir même les One Direction, je me retrouve dans des files d’attente pour accéder aux parkings de l’événement…     Je quitte la vie frénétique de Johannesburg pour me diriger vers la région du North West et plus précisément le magnifique parc du Pilanesberg.   C’est ici, accompagnée de mon ranger et d’une super famille d’Américains, que je vois mon premier Big Five : deux rhinocéros blancs. C’est impressionnant, ces animaux semblent arriver tout droit de la préhistoire. Nous les laissons venir vers nous, ils sont à moins d’un mètre des roues du 4×4. Ils mangent tranquillement sans se soucier de notre présence. Puis mon second Big Five, au détour d’un virage nous tombons nez à nez (ou nez à trompe plutôt) avec un éléphant. Il nous fait sentir qu’il n’est pas ravi de nous voir mais il continue son chemin.       Je reprends la route et me dirige vers la région du Limpopo et son splendide massif du Waterberg.   Pour atteindre mon lodge qui se situe dans la réserve privée Welgevonden, j’emprunte une piste...

Read More

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici