Chili : la Patagonia

Author(s):  


chili blog voyage clémentine terra chile

 

 

 

 

 

 

Carnet de voyage en Patagonia au Chili, texte et photos de Clémentine, conceptrice voyages chez Terra Chile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Es como si fuera en otro mundo.

 

Punta Arenas. Un nom qui nous a fait longtemps rêvé. Un rêve d’enfant, une contrée éloignée, une terre sauvage inaccessible. L’inconnu ou le paradis chilien. Vingt-deux ans après être apparue dans ce petit monde, me voilà posant les pieds en Patagonie. Un léger mal-être s’empare de moi. L’impression de violer cette terre, d’y être arrivée trop vite. De ne pas l’avoir encore méritée, faute de n’y être point arrivée à pied. La mécanique aéronautique ne laisse pas le temps à l’âme de digérer la nouvelle. Mais après tout, le voyage sac sur le dos, les pieds dans des souliers d’un temps passé sera pour une autre fois. Aujourd’hui, je suis là, et je vais m’en émerveiller comme il se doit. Les cinq sens éveillés, c’est parti !

 

Il fait bon vivre à Punta Arenas, me partage le premier local croisé sur ma route. La vie est paisible, les salaires sont plus élevés que dans le reste du pays, les touristes ne tarissent pas, et surtout, le lieu est magnifique. A mon tour de découvrir. La lumière décline sur le bord de mer. Les oiseaux – race inconnue à mon regard d’étrangère – se laissent coiffer par la brise marine. Le monument aux marins domine le front de mer, posant un regard protecteur sur les marcheurs alentour. L’horizon se colore de son voile rosé tandis que le soleil épouse l’océan. Une image qui aurait certainement inspiré notre Señor Neruda.

 

Punta Arenas - Le monument aux marins - Patagonia, Terra Chile

Punta Arenas – Le monument aux marins – Patagonia, Terra Chile

 

Un air de violon sur la baie de Punta Arenas - Patagonia

Un air de violon sur la baie de Punta Arenas – Patagonia

 

Deuxième journée en cette contrée éloignée, direction Puerto Natales. Entre les deux villes, une plaine et ses guanacos tranquilles. Puerto Natales, petite métropole de 19,000 habitants à ce jour, est située dans la bouche orientale du canal de Señoret qui unie le golfe Almirante Montt et le bras de mer (Seno) Ultima Esperanza. Face aux montagnes, la vie bat son plein dans la capitale de la « Région du Dernier Espoir », comme le permettrait une traduction littéraire simpliste. Et hop, un petit saut au marché artisanal. A droite, à gauche, des peaux de moutons, des pingouins de bois peints à la main, des bonnets en laine de mérinos, et des représentations grandeurs natures des Selk’nams et Tehuelches, autochtones aujourd’hui disparus. Le nom de Patagonie serait inspirée de ces peuples, apparus tels des géants aux Espagnols, d’où le nom de « Terre des Grands Pieds », entre autres interprétations possibles… Des peintures murales nous rappellent le mode de vie ancestral : pêche, chasse, cueillette. Pas un sourire sur cette fresque pourtant haute en émotions et en couleurs ; les peintres auraient-ils oublié d’y évoquer le bonheur ?

 

La baie de Puerto Natales - Patagonia

La baie de Puerto Natales – Patagonia

 

Puerto Natales - entre le golfe Almirante Montt et le bras de mer Ultima Esperanza

Puerto Natales – entre le golfe Almirante Montt et le bras de mer Ultima Esperanza

 

Selk'nam à l'entrée du marché artisanal de Puerto Natales

Selk’nam à l’entrée du marché artisanal de Puerto Natales

 

Rio Serrano, Patagonia, Chili

Rio Serrano, Patagonia, Chili

 

Le lendemain, le premier glacier se dévoile à mes yeux. Nous descendons nos kayaks dans les eaux du Glacier Grey. Ce dernier semble à 500 m de distance, mais se trouve en réalité à une quinzaine de kilomètres ! Seuls sur les eaux du Río Grey, nous savourons l’instant présent au cœur de la Pachamama. Au-dessus de nous, un toit de nuages noirs nous protégeant du ciel. À l’Est et à l’Ouest, une forêt en renaissance. Au Sud, les Torres del Paine se dégagent d’entre les brumes. Sous les coques, une eau fraîche riche en sédiments. Et un calme absolu. L’isolement, enfin. Un air de bout du monde.

 

En kayak sur le Rio Grey, face aux montagnes de Torres del Paine

En kayak sur le Rio Grey, face aux montagnes de Torres del Paine

 

Torres del Paine

Torres del Paine

 

Glacier Grey

Glacier Grey

 

Le temps file à toute vitesse, il ne nous reste qu’une journée pour découvrir la Patagonie ; cette fois-ci, par un tour du Parc des Torres del Paine. À faire en marchant, recommandé. Mais pour les pressés, une journée en bus est possible. Sous nos yeux ébahis, des guanacos traversent la route, des flamants aux ailes rose vif s’envolent, une cascade décharge son lot d’histoire en passant sur un pont noyé, et un Chilien au grand sourire nous tend du maté. Le guide nous offre quelques anecdotes : ici, on achète au moins un hectare de terrain ! Face aux pics acérés de 2 500m de haut, nous ne sommes qu’à… 30m d’altitude ! Et enfin, les habitants de la ville sont surnommés les « Natalinos Tira Piedras ” (Lance-Pierres) ; on vous laissera trouver pourquoi… Au revoir, petit bout du monde. Avec un sourire à la pancarte qui indique « Conseil Régional Chilien Du Détroit de Magellan et de l’Antarctique », je quitte les lieux en me promettant de revenir.

 

Guanaco dans les steppes patagoniennes

Guanaco dans les steppes patagoniennes

 

Cascade de Torres del Paine

Cascade de Torres del Paine

 

Contactez Clémentine au Chili pour en savoir plus sur son séjour et jetez un oeil aux circuits spécialement dédiés à la Patagonia !

Author:  

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici