Mexique : Guadalajara, mariachis et tequila

Author(s):  


 

Carola - Terra Maya

 

 

Par Carola Echenique, responsable de la communication chez Terra Maya.


 

 

Cela fait 6 mois que je suis au Mexique. Dernière arrivée au sein de l’équipe Terra Maya, j’ai eu l’occasion d’écumer la péninsule du Yucatan, des côtes Caraïbes au Golfe du Mexique, mais pas encore de connaître le reste du pays.
Un ami se marie à Guadalajara… l’occasion est trop belle pour la rater : je réserve mon voyage et en profite pour planifier une reco dans la capitale de Jalisco. Me voilà enfin partie à la découverte d’un autre Mexique: celui des Mariachis, des cavaliers à Sombrero, de la tequila, … D’après mes amis yucatèques, Jalisco est aussi l’Etat des plus belles femmes du pays ! En tout cas la mariée fera tout honneur à cette réputation.
À peine arrivée à Guadalajara, je sens une ambiance différente : on entre dans une mégalopole avec des gens qui s’affairent de tous les côtés. Les quartiers sont vivants, les postes de tacos fleurissent à tous les coins de rue. À côté, Mérida – qui compte pourtant près d’un million d’habitants – parait être un petit bourg tranquille !
Marché de Guadalajara - Mexique
Marché de Guadalajara – Mexique
Je commence tout naturellement mon voyage par une visite du centre historique. La ville grouille mais le centre est plutôt tranquille avec un enchainement de grandes places piétonnes. J’apprécie la Cathédrale et la Plaza de Armas y faisant face. Je suis surprise d’y voir un très beau kiosque français style art nouveau, entouré de cireurs de chaussure. Le marché central vaut également le détour : des kilomètres de galeries réparties sur plusieurs niveaux. On y trouve de tout : des fruits et légumes, des bottes de cowbow, des chapeaux plus extravagants les uns que les autres, des plantes médicinales, des insectes, des marionnettes, des tissus, des statues … la liste est aussi longue que variée.
Je visite également le Teatro Degollado, le Palacio del Gobierno, et bien sûr l’Institut national Cabañas. Ce dernier est à ne pas manquer : l’ancien orphelinat est aujourd’hui recensé au patrimoine mondial de l’Unesco. Il abrite une belle collection de peintures surréalistes et ses peintures murales sont chargées de l’histoire sanglante du pays.
En repassant à proximité du Palacio de Gobierno, j’entends de l’agitation. C’est une étrange manifestation qui a lieu devant moi : quelques 200 à 300 mariachis se sont rassemblés devant les portes du gouverneur ! Moi qui espérais en voir quelques-uns jouer dans la ville ce soir, me voilà ravie ! Je prends un bon moment pour m’asseoir et observer cette manifestation peu commune : tous sont venus avec leurs instruments et sont habillés en tenue traditionnelle avec leurs grands chapeaux. Certains poussent la chansonnette dans les coins de la place, j’entends pour la première fois ce fameux rire qui caractérise si bien ces musiciens.

 

Carola et les Mariachis dans le centre historique de Guadalajara - Mexique
Carola et les Mariachis dans le centre historique de Guadalajara – Mexique
Le Mexique est en pleine réforme fiscale, m’explique l’un d’eux. Nous jouons dans les rues, les bars et les restaurants, et maintenant l’Etat veut que nous émettions des factures pour chanter, que nous payions des impôts alors que nous n’avons pas de revenus fixes !” Un sujet brûlant depuis quelques semaines dans tout le pays… Je glisse quelques mots d’encouragement avant de reprendre la route et de partir inspecter quelques hôtels.

 

Mariachis dans le centre de Guadajara, Mexique

Mariachis dans le centre de Guadajara, Mexique


Aux alentours de Guadalajara, c’est le village de Tlaquepaque qui retiendra le plus mon attention. Aujourd’hui rattrapé par l’agglomération de Guadalajara, Tlaquepaque a gardé cette ambiance de petit village romantique qui respire l’art, la musique et la créativité. Je ne me lasse pas de visiter les galeries, les innombrables boutiques d’artisanat de qualité. Il y a de belles affaires à faire
et je regrette de ne pas avoir plus d’espace dans mes valises. Je m’assois pour – enfin- manger une “torta ahogada“, spécialité régionale. Littéralement, torta ahogada signifie « sandwich noyé »… le nom est bien trouvé : le sandwich est servi dans un large récipient que l’on recouvre entièrement de sauce… J’utilise environ 62 serviettes pour m’essuyer les doigts mais c’est délicieux. Attention à la sauce piquante !

 

Carola au village de Tlaquepaque, Mexique
Carola au village de Tlaquepaque, Mexique
Mariachis à Tlaquepaque, Jalisco, Mexique
Mariachis à Tlaquepaque, Jalisco, Mexique

Il existe dans la région plusieurs villages où l’on peut trouver cette ambiance paisible, authentique. Tlaquepaque est le plus accessible et se visite dans la journée. Pour les voyageurs moins pressés, nous conseillons tout particulièrement les “Pueblos Magicos” de Tapalpa et Mazamitla.
Le village de Tequila est aussi un grand classique de la région. Vous l’aurez deviné, c’est d’ici que provient la boisson aujourd’hui exportée dans le monde entier. On rejoint le village en traversant de grands champs d’agave bleu – de laquelle on produit le fameux alcool. La visite des distilleries est à ne pas rater, que l’on soit amateur ou non.
La Tequila, c’est un peu comme le Champagne… il y en a de toutes les qualités, pour toutes les bourses. Évidemment, la tequila blanche exportée en Europe s’apparente plus à un mousseux de supermarché qu’a un Champagne Moët Chandon. Ici, la Tequila est vieillie en fût, ce qui lui donne une couleur ambrée, presque comme le whisky. Elle se boit avec du sel, mais lentement, contrairement à l’idée reçue. Les premières bouteilles s’achètent aux alentours de 150 pesos, et les prix atteignent parfois plusieurs milliers de pesos. Certaines bouteilles sont de véritables œuvres d’art ! Bien sûr, qui dit Tequila dit dégustation… ne vous inquiétez pas, vous n’aurez pas à reprendre le volant : le train Tequila Express vous ramènera jusqu’à Guadalajara en toute sécurité.
Il est déjà temps de revenir à Mérida, sur les terres mayas. Je réalise alors que le Mexique est un tissu de cultures, de populations différentes. Guadalajara est très différentes de Mérida. Le centre du pays regorge de surprises et se démarque fortement de la péninsule du Yucatan. Ce voyage me donnera soif de plus de découvertes et cela tombe bien, je repars prochainement pour parfaire ma connaissance du terrain. Il m’aura aussi confortée dans l’idée que Jalisco est un passage obligé lorsque l’on visite le centre du pays, et ses villes coloniales.

 

L’occasion de retoucher en profondeur notre circuit « Villes Coloniales » en y insérant cette étape de choix sur votre carnet de voyage.

Contactez Carola pour plus d’infos sur l’Etat de Jalisco, les mariachis et la téquila…

Visualisez les étapes de ce voyage depuis Mérida à Guadalajara sur la carte ci dessous:

 

Ver Mexique: Guadalajara, mariachis et tequila en un mapa ampliado

Author:  

Share This Post On

1 Comment

  1. Profe! que bueno tener noticias tuyas, te extranamos un monton… Espero que estes bien profe, disfrutando de Mexicooo! Te cuidas mucho profe un fuerte abrazo

    Post a Reply

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici